Aller au contenu principal
  1. Accueil
  2. Information
  3. Afrique de l'Ouest : les faux médicaments tuent des milliers de personnes chaque année

Afrique de l'Ouest : les faux médicaments tuent des milliers de personnes chaque année

Chargement du lecteur...
TV5MONDE

Un rapport de l'Union européenne appelle à un renforcement des lois afin de réduire le nombre de décès dus aux médicaments contrefaits en Afrique de l'Ouest. 

C'est ici, dans la rue, que Moustapha vient acheter ses médicaments. Un vendeur à la sauvette ne tarde pas à arriver.

"Je suis allé à l'hôpital, j'avais mal au ventre. On m'a prescrit un médicament, mais quand je suis allé l'acheter à la pharmacie, j'ai trouvé qu'il était trop cher. J'ai donc dû acheter des médicaments illicites, car ils sont beaucoup moins chers.", raconte MOUSTAPHA DIENG, un habitant de Ouagadougou.

Moins chers mais il avait alors acheté des médicaments contrefaits et son état de santé avait empiré. 
L'Afrique de l'Ouest est devenue une plaque tournante de faux médicaments. Ils proviennent de Chine, d'Inde, du Paraguay et même du Royaume-Uni. 

" Je pense que c'est un crime d'imiter des médicaments et de les mettre dans des emballages qui ressemblent aux vrais alors qu'il n'y a rien à l'intérieur.", estime RUTH DREIFUSS,  PRÉSIDENTE DE LA COMMISSION MONDIALE POUR LA POLITIQUE DES MEDICAMENTS

Chaque année, des milliers de personnes meurent après avoir ingéré de faux médicaments. Ce sont les traitements anti-paludiques contrefaits qui font le plus de victimes. 

Ces deux dernières années, la Côte d'Ivoire a saisi près de 400 tonnes de faux médicaments.

"Ce problème a commencé à s'aggraver dans les années 1980, lorsque nous avons commencé à vendre de faux médicaments dans la rue.  Un médicament sur trois est vendu illégalement, ce qui signifie que 30% des médicaments dans ce pays sont vendus illégalement.", explique le  DR. AIME OUMAR TOE, MEMBRE DU COMITÉ NATIONAL CONTRE LE TRAFIC DE FAUX MEDICAMENTS 

A Abidjan, le Comité national contre le trafic de faux médicaments tentent d'alerter les populations en organisant des débats dans les rues les plus fréquentées. 
La solution pourrait être la vente de génériques dans les pharmacies car ils sont moins coûteux. Ou encore une production propre car les états africains achètent 70% de leurs médicaments et au prix fort.