Algérie : 20 ans de prison pour un ancien ministre d'Abdelaziz Bouteflika

Image
Algérie : 20 ans de prison pour un ancien ministre d'Abdelaziz Bouteflika  (1)
L'ancien ministre algérien de l'Énergie et des Mines Chakib Khelil, photo d'archive du 17 mars 2010. En poste pendant 10 ans sous la présidence d'Abdelaziz Bouteflika, il a de nouveau été condamné ce jeudi 19 janvier par contumace, à 20 ans de prison ferme pour corruption, selon l'agence officielle APS.
AP Photo/Hans Punz
Mis à jour le
19 janvier 2023 à 20:10
par TV5MONDE AFP

L'ex-ministre de l'Energie Chakib Khelil, a de nouveau été condamné jeudi par contumace, à 20 ans de prison ferme pour corruption, selon l'agence officielle APS. Il était en poste pendant 10 ans sous la présidence d'Abdelaziz Bouteflika. 

Le tribunal de Sidi M'Hamed à Alger a également condamné d'autres anciens hauts responsables à des peines allant de 5 à 10 ans de prison ferme.

Il s'agit de l'ancien ministre des Travaux publics, Amar Ghoul, de l'ancien ministre des Affaires étrangères, Mohamed Bedjaoui, et de deux anciens patron du géant public des hydrocarbures Sonatrach, Noureddine Bouterfa et Abdelmoumen Ould Kaddour.

(Re)lire : Algérie: nouvelles condamnations pour corruption de deux anciens Premiers ministres de l'ère Bouteflika

Ils étaient poursuivis pour "dilapidation de deniers publics lors de la conclusion de marchés avec des entreprises étrangères".

Le tribunal a également confirmé le mandat d'arrêt international émis à l'encontre de M. Khelil.

En 2013, la justice algérienne avait émis un mandat d'arrêt international contre M. Khelil dans le cadre d'une enquête sur le versement de commissions occultes par une filiale du géant italien ENI pour l'obtention de contrats en Algérie, scandale qui a fait l'objet de plusieurs procès en Italie et en Algérie.

(Re)lire : Algérie : "L’ère Abdelaziz Bouteflika aura été un énorme gâchis"

Réfugié aux Etats-Unis, il était rentré en 2016 en Algérie après l'abandon des poursuites contre lui, avant de repartir à l'étranger lorsque la procédure avait été relancée après la chute de Bouteflika le 2 avril 2019 sous la pression du mouvement de protestation Hirak et de l'armée.

(Re)lire : Algérie : décryptage d'une justice opaque à l'image du système