Aller au contenu principal
  1. Accueil
  2. Information
  3. Algérie : le général Ahmed Gaïd Salah est mort

Algérie : le général Ahmed Gaïd Salah est mort

Le général Ahmed Gaïd Salah, 79 ans, est mort lundi 23 décembre d'une crise cardiaque. L'homme fort du pays, chef d'état-major de l'armée et incarnation du "système", il était dans la ligne de mire du "Hirak" depuis le début de la contestation. 

Ahmed Gaïd Salah, pilier du régime depuis 1962, est décédé lundi 23 décembre d'une crise cardiaque. C'est par un communiqué officiel lu à la télévision publique algérienne que l'annonce a été faite. 

Le président Tebboune a décrété trois jours de deuil national et a chargé le général Saïd Chengriha, commandant des Forces terrestres, d'assurer l'intérim. 
 

  • Le point avec notre correspondant à Alger, Khaled Drareni : 
Chargement du lecteur...
TV5MONDE

Record de longévité

D'Ahmed Gaïd Salah, 79 ans, on ne sait presque rien. Il commence sa carrière militaire dans le maquis en 1957, pendant la guerre d’indépendance. Sa formation le conduira en Union soviétique, près de Moscou, où il fera ses classes à l’Académie d’artillerie de Vystrel.

  • Retrouvez le portrait de Ahmed Gaïd Salah, dans notre édition du jour :
Chargement du lecteur...

Pas de grands faits d’armes à son actif, explique Dalia Ghanem, chercheuse résidente au Centre Carnegie à Beyrouth que nous avions interviewée en novembre dernier à son sujet : “Du peu d’éléments biographiques dont on dispose, on sait qu’il a gravi les échelons de la hiérarchie militaire petit à petit, notamment pendant la guerre civile, la décennie noire des années 90 où il est devenu commandant des forces terrestres. Est venue l’ère Bouteflika au cours de laquelle il est resté aux commandes très longtemps alors que tant d’autres ont été mis à la retraite, je pense notamment au général Lamari et d’autres. Il a alors occupé plusieurs postes avant d’être nommé vice-ministre de la Défense en 2013”.

Nommé chef d'état-major par le président Bouteflika en 2004, il détient aujourd'hui un record de longévité à ce poste. 

Fidélité à Bouteflika

Une longévité qu'il doit à une fidélité et une loyauté sans faille à Abdelaziz Bouteflika et à son clan. On le sait notamment très proche de Saïd Bouteflika, le frère -aujourd’hui aux arrêts- de l’ancien président.

"Il était considéré comme le chouchou de Bouteflika du fait de sa proximité avec son frère Saïd, explique ​Dalia Ghanem. Il doit beaucoup à cette famille qui a poussé sa carrière." 

Le 26 mars 2019, c’est pourtant lui qui, sous la pression de la rue, sonne la fin de la partie pour Bouteflika. Le chef de l’armée, vice-ministre de la Défense, demande l’application de l’article 102 de la constitution qui prévoit l’empêchement du président.

L’élection présidentielle prévue avant fin avril 2019 est, par conséquent, reportée à juillet avec des candidats tout neufs : dans l’esprit d’Ahmed Gaïd Salah.

Cible du "Hirak"

Mais rien ne se passera comme prévu. Faute de candidats, le scrutin de juillet n’aura jamais lieu. Une nouvelle date est fixée, le 12 décembre. A quelques jours du vote, les rumeurs d’annulation courent encore et les manifestations du "Hirak" se poursuivent chaque vendredi à travers l’Algérie. En ligne de mire toujours : l'homme fort du pays, Ahmed Gaïd Salah.

Les manifestants lui reprochent “d’avoir retourné sa veste et de s’être présenté comme le sauveur", commente Dalia Ghanem. 

De la démission de Bouteflika jusqu'à l'élection présidentielle, Ahmed Gaïd Salah a assuré la réalité du pouvoir. Garant de la survie du "système" dont le Hirak entend obtenir le démantèlement, il est resté la cible du mouvement de contestation tout comme le nouveau président élu. 

Ce 19 décembre, le général Ahmed Gaïd Salah assistait d'ailleurs à la cérémonie d'investiture du nouveau chef d'Etat contesté : Abdelmadjid Tebboune.

Publicité