Aller au contenu principal
  1. Accueil
  2. Information
  3. Algérie : nouvelle mobilisation du peuple en ce jour de fête de l'indépendance

Algérie : nouvelle mobilisation du peuple en ce jour de fête de l'indépendance

Chargement du lecteur...
TV5MONDE

C'est le 57 ème anniversaire de l'indépendance.  L'appel à un dialogue national inclusif lancé mercredi par le président par intérim n'a pas apaisé la colère du peuple algérien. Anciens combattants de la guerre d'indépendance et jeunes militants ont manifesté ensemble pour dénoncer un système politique mis en place depuis 1962 au cours d'un vingtième vendredi de contestation.

 

 Il ne marche plus beaucoup mais peu importe. Il est là au milieu des siens. Ses 86 ans, Areski les porte fièrement et ses compatriotes ne s'y trompent pas. Ils l'écoutent. Ils prennent soin de cet ancien combattant de l'indépendance. Pour Areski Hadjaj, le combat continue, 57 ans après. « Nous avons libéré la terre en 1962 mais nous n'avons pas libéré les hommes, aujourd'hui tout est à refaire.  Ils ont volé au nom de la révolution. Ils ont dilapidé le pays au nom des anciens combattants, et des fils des martyrs de la guerre de révolution, mais j'espère qu'ils vont tous payés », confie ce héros de la guerre d'indépendance.
 
A l'image de Areski Hadjaj, ils sont des centaines de milliers à dénoncer le système, plus nombreux encore que la plupart des vendredis. Sur les boulevards algérois, aujourd'hui plus que tout autre jour, c'est l'histoire d'une rencontre entre les anciens et les jeunes, entre les moujahid d'hier et d'aujourd'hui, puisque c'est d'indépendance et de combat dont il est question. « Nous sommes là aujourd'hui pour libérer le pays et reprendre notre indépendance et notre liberté », indique Amira Boussouf, étudiante. 

L'appel au dialogue lancé ce mercredi 3 juillet 2019 par le président par intérim Abdelkader Bensalah n'a pas pris. Il promettait pourtant une instance où l'Etat et l'armée ne siègeraient pas. "Foutaises", lui répond la rue. "Il faut partir", dit-elle, et "libérez les prisonniers d'opinion". Notamment ceux arrêtés pour un drapeau berbère ou une prise de position. C'est le cas de Lakhdar Bourgaa, héros de l'indépendance, arrêté samedi dernier, objet du scandale.

Les Algériens dans la capitale et dans de nombreuses villes ont montré une fois de plus leur détermination contre les ruses et les répressions du régime.

Publicité