Algérie : que reste-t-il du Front islamique du salut, trente ans après sa victoire aux législatives ?

Image
Algérie : que reste-t-il du Front islamique du salut, trente ans après sa victoire aux législatives ? (1)
Après la victoire du FIS au premier tour des élections législatives de 1991, l'armée annule le second tour et déclenche la guerre civile.
AP
Mis à jour le
23 décembre 2021 à 20:22
par Clément Perruche
Le 26 décembre marque la victoire du Front islamique du salut aux législatives de 1991. Une date fondamentale pour comprendre l'histoire contemporaine algérienne car après l'annulation du scrutin par les militaires, le pays a basculé dans une guerre civile qui a fait entre 150.000 et 200.000 morts. Thomas Serres, politiste à l'université Aix-Marseille et expert de l'Algérie nous explique pourquoi l'héritage du FIS pose problème.

C'est la peur de devoir gouverner avec les islamistes qui pousse les généraux "Janviéristes" emmenés par Mohamed Mediène et Khaled Nezzar à annuler le 11 janvier 1992 le second tour des élections législatives prévu pour le 16. C'est un affront pour le FIS. Le mouvement islamiste, créé seulement trois ans plus tôt, avait remporté 47% des voix au premier tour et s'apprétait à remporter une majorité des sièges à l'Assemblée populaire.


TV5MONDE : Comment est né le FIS ?

Thomas Serres : Après les soulèvements populaires d’octobre 1988, le gouvernement algérien dirigé par le FLN a été obligé d'aller vers le multipartisme. Et le mouvement islamique a été capable de créer cette coalition, le FIS, qui a uni pendant une période très courte des tendance très différentes : salafistes [une doctrine prônant le retour aux valeurs fondamentales de l'islam, NDLR ], intellectualistes, populistes, des tendances plus militarisées et aussi des personnes influencées par les Frères musulmans [organisation islamique fondée en Égypte en 1928 pronant le retour de l'islam dans la société, NDLR].

Le FIS n’est pas un parti politique classique. C’est une coalition de militants islamiques qui s’est formée par l’agrégation de revendications au cours des années 1980. C’est le résultat d’un processus de maturation des mouvements islamiques, mais aussi un effort de toute cette mouvance pour essayer d’agir dans un cadre commun.

Le FIS a différentes références, mais pas une seule idéologie islamique
 

Thomas Serres, politiste et sociologue, spécialiste de l'Algérie

 Dates-clés de la guerre civile algérienne

1988 : La répression des manifestations contre le président Chadli Bendjedid et les carences de l'Etat en faillite font plus de 500 morts.
1989 : Réforme de la constitution qui autorise le multipartisme. Création du Front islamique du salut (FIS).
1990 : Montée en puissance du FIS, qui remporte les élections locales.
26 décembre 1991 : Le FIS remporte le premier tour des élections législatives avec 48% des votes.
11 janvier 1992 : L'armée annule les élections et forcent Chadli Bendjedid à démissionner. Le FIS dénonce un coup d'Etat.
13 janvier 1992 : Mohammed Boudiaf devient le nouveau président de l'Algérie. Il est assassiné le 29 juin.
4 mars 1992 : Dissolution du FIS. La violence s'amplifie.
1995 : Vague d'attentats meurtriers en France et en Algérie
1996 : Sept moines français sont assassinés.
1997-1998 : Massacres de masse contre les civils aux portes d'Alger.
1999 : Abdelaziz Bouteflika est élu président. Il promulgue la loi sur la concorde civile qui prévoit l'amnistie des islamistes armés.
2000 : Les violences continuent mais de manière sporadique


TV5MONDE : Quelles sont les racines idéologiques du FIS ? 

Thomas Serres : Le FIS a différentes références, mais pas une unique idéologie islamique. On a l’illusion que le mouvement islamique en Algérie est rigide. C’est complètement faux. L’islam est une grammaire vivante. Il est constamment réinterprété, y compris en politique.

Les Frères musulmans ne sont pas dominants. La confrérie n’a jamais été capable de s’appuyer sur la même intelligentsia bourgeoise qui était présente en Égypte. Certains cadres du FIS sont des figures religieuses, qui poussent pour que le nouveau système algérien soit aussi islamique que possible.

En 1989, au sein de la coalition, il y a des gens qui partagent un même diagnostic sur la nécessité de faire quelque chose pour sortir le pays de l’ornière, de la crise politique, économique et culturelle. Le FIS est aussi nationaliste. C’est un mouvement qui est très populiste.

Ce qui va permettre aux gens de se retrouver au sein du FIS, c’est qu’ils partagent l’idée que l’islam peut être une solution à la crise politique et culturelle algérienne et la conviction que l’on ne va pas rejeter la culture politique populiste et nationaliste héritée de la guerre d’indépendance.

À bien des degrés, le FIS s’imagine comme continuant la guerre d’indépendance afin d’obtenir une vraie indépendance de la France, du système moderniste imposé par la colonisation et plus tard par les technocrates du FLN.

TV5MONDE : Quel était le programme du FIS ? 

Thomas Serres : Le FIS a été capable d’avoir un programme séduisant : par exemple mettre en place des marchés qui donnent accès à des ressources de première nécessité aux personnes pauvres.

En revanche,  le FIS est aussi un parti très ambigu, qui dit tout et son contraire, parce que c’est une coalition. Ils étaient capables de dire qu’ils allaient interdire le raï, pour ensuite dire qu’ils n’allaient pas l’interdire. Leur discours n’était pas toujours clair. Malgré des propositions séduisantes, le FIS est trop divers et trop ambigu dans ses discours.

Ce qui est certain, c’est que l’islamisation de la société algérienne, un changement des habitudes vestimentaires et culturelles figuraient dans son programme, qui est résolument islamiste et populiste.

TV5MONDE : Quelle image du FIS ont les Algériens, notamment la jeunesse, qui n’a pas connu la décennie noire ?

Thomas Serres : Cela dépend considérablement de leur bord politique. On peut facilement imaginer que les militantes féministes n’ont aucune sympathie pour le FIS. Le mouvement porte une partie de la responsabilité de ce qui s’est passé dans les années 1990.

Pour beaucoup, en Algérie, le FIS est un parti de terroristes. C’est le narratif dominant. Cela ne veut pas dire que tout le monde est d’accord avec ça : il y a aussi des gens qui ont une sensibilité conservatrice ou islamique, qui vont associer le FIS à une opposition radicale à l’injustice de l’Etat.

Le Fis sera toujours lié à la décennie noire

Thomas Serres, politiste et sociologue, spécialiste de l'Algérie

Le FIS représente aussi cet effort révolutionnaire, radical, pour changer l’Algérie en profondeur, contre un État qui est vu par beaucoup comme faisant du colonialisme interne.

TV5MONDE : Dans les médias et le champ politique, la question du FIS est-elle taboue ? Peut-on se revendiquer du FIS ?

Thomas Serres : C’est interdit en vertu de la Charte pour la paix et la réconciliation nationale. On ne peut pas se revendiquer du FIS. Compte tenu de ce qu’il s’est passé dans les années 1990, le FIS sera toujours lié à la décennie noire.

Même si le FIS a été en partie victime de violences d’Etat, il n’y a pas grand chose qu’on peut en tirer politiquement de manière positive. Même les gens qui étaient membres du FIS reconnaissent que s’ils devaient refaire de la politique, ils feraient les choses différemment.

L’expérience du FIS finit quand même sur 150.000 morts. Même si ce n’est pas uniquement de leur faute, ce n’est pas une expérience qu’on peut transformer en capital politique.

Il n’y a rien qui peut se comparer au FIS

Thomas Serres

Découverte d'un charnier datant de la décennie noire en 1999 à Ouled-Allel près d'Alger
Découverte d'un charnier datant de la décennie noire en 1999 à Ouled-Allel près d'Alger
AP


TV5MONDE : Certains partis islamistes algériens ont-ils une parenté, proche ou éloignée, avec le FIS ? 

Thomas Serres : Il y a des partis qui sont islamo-conservateurs. Mais il n’y a rien qui peut se comparer au FIS. C’est un parti qui faisait 25% des voix, aucun parti en Algérie ne fait ces scores-là, le FLN y compris.

 

TV5MONDE : Quelle a été la réaction des manifestants du Hirak vis-à-vis d'Ali Belhadj, l'un des fondateurs du FIS, qui a parfois manifesté avec eux ? 

Thomas Serres : Quand Ali Belahdj et ses supporters se baladent en djellaba pendant le Hirak, cela n’inspire pas beaucoup de sympathie, parce que ça renvoie à un conservatisme masculin, patriarcal, très lié aux violences des années 1990.

Qui sont les fondateurs du FIS ?
Les deux fondateurs du FIS sont Ali Belhadj et Abassi Madani. Les deux leaders ont été emprisonnés par le pouvoir algérien dès 1991 pour "complot contre l'autorité de l'État". Abassi Madani est libéré en 2003, puis s'exile au Qatar, ou il meurt en 2019. Ali Belhadj, prédicateur charismatique, fera lui aussi 12 ans de prison. Il est toujours en vie.

Ali Belhadj, photographié ici en 2007, est l'un des fondateurs du FIS. Il a passé douze ans dans les prisons algériennes.
Ali Belhadj, photographié ici en 2007, est l'un des fondateurs du FIS. Il a passé douze ans dans les prisons algériennes.
AP

TV5MONDE : Le mouvement Rachad, qui a été fondé par des anciens du FIS, est-il une sorte d’héritier du mouvement ?

Thomas Serres : Ils ont hérité de deux choses du FIS : la première, c’est que la conviction que la mainmise des militaires sur l’État algérien est criminelle. D’autre part, ils ont la conviction que la violence doit être punie et que la non-violence est le seul moyen d’action politique. Ils sont héritiers du FIS dans le sens où ils sont héritiers de la catastrophe des années 90, de la catastrophe qu’ont vécu les Algériens.

Voir - En Algérie, le Hirak est-il infiltré par les islamistes ?

Chargement du lecteur...

TV5MONDE : Le principe de non-violence était-il vraiment revendiqué par le FIS à ses débuts ? 

Thomas Serres : Cela dépend de qui on parle. Il y avait des révolutionnaires qui pensaient que l’option armée était la seule solution et des gens qui privilégiaient la non-violence. Les militants islamistes en Algérie, en Égypte, en Syrie ont eu cette discussion-là. Et ça dépend du contexte.

Mais le principe de non-violence marche tant qu’on peut être non-violent. À partir du moment où tous les non-violents finissent dans un camp d'internement, il est probable que ceux qui disaient que la non-violence n’était pas la solution finissent par avoir raison.

Ce que la décennie noire a fait à l’Algérie, c’est qu’elle l’a dégoûtée de la violence

Thomas Serres

 

TV5MONDE : Faut-il craindre une résurgence de l’islamisme en Algérie ? 

Thomas Serres : L’islamisme en Algérie au sens du FIS, c’est-à-dire d’un mouvement de masse revendiquant un changement radical de système, est mort. On voit bien avec le Hirak que finalement, les gens, qu'ils soient d’extrême-gauche ou islamistes, ont pour la plupart un discours sur les droits individuels, sur la constitution. C’est un discours très libéral.

Ce que la décennie noire a fait à l’Algérie, c’est qu’elle l’a dégoûtée de la violence. Il est très improbable que l'on voie dans un futur proche l’émergence d’un mouvement islamique radical qui pronerait un changement rapide par la violence. C’est même littéralement impossible. Les gens sont à la recherche de normalité.