Aller au contenu principal
  1. Accueil
  2. Information
  3. Algérie: Saïd Bouteflika, le frère de l'ex-président, et deux ex-patrons du renseignement incarcérés

Algérie: Saïd Bouteflika, le frère de l'ex-président, et deux ex-patrons du renseignement incarcérés

Manifestants à Alger, 3 mai 2019. © AP / Toufik Doudou

D'après des sources sécuritaires citées par l'AFP, Saïd Bouteflika, le frère de l'ex-président Abdelaziz Bouteflika, et deux ex-patrons du renseignement ont été arrêtés ce samedi 4 mai.  Il s'agit du général Mohamed Mediene dit "Toufik", ex-patron des services secrets d'Algérie durant 25 ans, et d'Athmane Tartag alias "Bachir". Ce dimanche 5 mai, un communiqué précise que ces trois personnes ont été incarcérées.

Saïd Bouteflika, le frère de l'ex-président Abdelaziz Bouteflika aurait été incarcéré, de même que deux anciens chefs de renseignement, ce dimanche 5 mai 2019. C'est ce qu'indique un communiqué repris par l'AFP.

D'après le correspondant de TV5MONDE en Algérie, Khaled Drareni, il s'agirait des généraux  Athmane Tartag surnommé "Bachir",  ex-coordinateur des services de renseignements, et de Mohamed Mediene appelé "Toufik", ex-patron des services secrets ddu pays durant 25 ans.
 

Homme fort de facto du pays depuis qu'il a lâché l'ex-président, dont il avait été un fervent soutien dans le passé, le chef d'état-major de l'armée, le général Ahmed Gaïd Salah, a mis en cause ces dernières semaines le général Toufik dans un complot visant selon lui l'Algérie.
 

Mi-avril, il avait "lancé un dernier avertissement" à l'ancien chef historique du Département du Renseignement et de la Sécurité (DRS), les influents services secrets algériens dissous en 2016, qu'il a accusé de "conspirer" pour "entraver les solutions de sortie de crise".

Le chef d'état-major de l'armée avait aidé M. Bouteflika à progressivement démanteler le DRS, placé sous tutelle de l'armée mais considéré comme un Etat dans l'Etat, puis à pousser à la retraite son tout-puissant chef historique, dit "Toufik".

Saïd Bouteflika, qui a longtemps conseillé l'ex- président Abdelaziz Bouteflika, était considéré comme le véritable chef de l'exécutif depuis l'accident vasculaire cérébral dont a été victime son frère aîné en 2013.

Plusieurs personnalités proches du régime Bouteflika -politiques ou économiques- ont été entendues ou arrêtées ces dernières semaines.

Publicité