Barrages Coupe du monde : continuité et contestations

Image
Barrages Coupe du monde : continuité et contestations (1)
Mis à jour le
19 novembre 2021 à 16:42
par
On connait désormais les dix équipes africaines qualifiées pour les barrages de la Coupe du monde 2022. Un plateau très relevé dans lequel on trouve les cinq mondialistes sortants et une seule équipe (le Mali) qui n'a jamais disputé de phase finale de Coupe du monde. Enfin, deux des pays en question, la RD Congo et le Ghana, voient leur qualification contestée sur tapis vert.


Les poules éliminatoires, deuxième tour des qualifications pour le Mondial 2022, ont livré leur verdict. Au Sénégal et au Maroc, qualifiés dès le mois dernier pour les barrages, sont venus s'ajouter le Mali, l'Egypte, la RD Congo, le Ghana, l’Algérie, le Nigeria, la Tunisie et le Cameroun. Ces dix qualifiés se départageront au mois de mars prochain lors de ce troisième et dernier tour en matchs aller-retour. Les vainqueurs de ces doubles confrontations représenteront le continent africain au Qatar. La date du tirage au sort des cinq affiches sera communiquée la semaine prochaine après une réunion du comité exécutif de la Confédération africaine de football. Il ne s’agira pas d’un tirage intégral, puisque les cinq pays les mieux classés au ranking mondial de la FIFA seront têtes de série et sont donc assurés de s’éviter. La marge est telle que les cinq premiers actuels le seront encore après l’actualisation du classement, début décembre.

Chocs explosifs en perspective


Les cinq têtes de série sont les suivantes : Sénégal, Tunisie, Maroc, Algérie, Nigeria. Leurs adversaires potentiels sont les pays qui suivent : Égypte, Ghana, Cameroun, Mali, RD Congo. Si ces derniers auront le désavantage théorique de se déplacer chez leur adversaire pour la manche retour, aucun ne fait figure d’invité surprise dans ce plateau très relevé. Des dix équipes qui le composent, seul le Mali n’a jamais disputé une phase finale de Coupe du monde. Et les cinq mondialistes de 2018 (Sénégal, Tunisie, Maroc, Nigeria, Égypte) restent en course. Parmi les affiches possibles, un explosif Algérie – Égypte (nul n’a oublié le match d’appui de 2009 à Omdurman), un derby d’Afrique de l’ouest anglophone entre le Nigeria et le Ghana, ou bien des rencontres qui furent à l’affiche de la dernière CAN, telles que Tunisie – Mali ou Nigeria – Cameroun. Voilà qui promet.

La RD et le Ghana sur tapis vert


En attendant le tirage au sort des barrages, deux pays retiennent leur souffle : la RD Congo et le Ghana. Leurs adversaires de la sixième journée, le Bénin et l'Afrique du Sud ont saisi la FIFA. Les Béninois reprochent aux Congolais d'avoir enfreint le règlement FIFA sur les changements durant le match : le sélectionneur des Léopards, Hector Cuper, a effectué quatre remplacements lors de quatre périodes distinctes, quand le règlement n'autorise que trois périodes au maximum. Quant aux Bafana Bafana, battus 1-0 par le Ghana, leurs griefs portent sur l'arbitre de la rencontre. Rapport à l'appui, la Fédération sud-africaine de football (SAFA) accuse Maguette Ndiaye de partialité. Outre le penalty très litigieux accordé aux hôtes, le Sénégalais aurait pris 90% de ses mauvaises décisions contre les Sud-Africains. Le deuxième tour des éliminatoires se poursuit donc sur tapis vert. Le verdict ne devrait pas tarder : les plaintes béninoise et sud-africaine doivent être examinées à compter du 23 novembre prochain.