Aller au contenu principal
  1. Accueil
  2. Information
  3. Binationaux : L'Espagne joue la carte africaine, bientôt de nouvelles règles ?

Binationaux : L'Espagne joue la carte africaine, bientôt de nouvelles règles ?

Le sélectionneur de l'Espagne, Luis Enrique, a convoqué Ansu Fati (FC Barcelone) et Adama Traoré (Wolverhampton) pour les rencontres de Ligue des Nations du mois de septembre. Respectivement d'origine bissau-guinéenne et malienne, les deux attaquants se trouvent au centre d'enjeux de pouvoir entre nations européennes et africaines. Consciente de la possibilité de dérives, la FIFA pourrait d'ailleurs assouplir son règlement sur les joueurs binationaux.

L'Espagne mise sur les joueurs d'origine africaine. Luis Enrique, le sélectionneur de la Roja, a convoqué les attaquants Ansu Fati (FC Barcelone), originaire de Guinée-Bissau, et Adama Traoré (Wolverhampton), né en Espagne de parents maliens, pour les rencontres de Ligue des Nations du mois de septembre. Eliminée dès les huitièmes de finale de la Coupe du monde 2018, la Roja affrontera l'Allemagne et l'Ukraine, pour ce qui pourrait marquer le début d'une nouvelle ère. Les deux "recrues" binationales ont pour point commun d'évoluer sur les ailes et d'avoir été formés à la Masia, l'académie du FC Barcelone. Mais c'est à peu près tout ce qui les rapproche, avec leur capacité à se montrer spectaculaires sur le pré. Né à Bissau, Ansu Fati (17 ans) est jeune et fin, quand Adama Traoré (24 ans) a cultivé à force de soulever de la fonte un physique de quarterback de football américain, qu'il a coutume d'huiler avant les matchs. Le premier mise sur son agilité et son sens de l'esquive, quand le second s'appuie sur sa puissance et sa vitesse de course.

La cour insistante du Mali


Tous deux dotés d'un "QI foot" supérieur à la moyenne, apprentissage en Catalogne oblige, les deux joueurs n'ont pas été courtisés avec la même insistance par leur pays d'origine en Afrique. Considéré comme l'un des plus grands espoirs du Barça, Ansu Fati a été naturalisé espagnol dès 2019, et n'a donc guère laissé d'illusions à la modeste Guinée-Bissau, déjà dépourvue d'arguments pour le séduire. Objet de sollicitations répétées de la Fédération malienne de football, Adama Traoré avait refusé, en janvier dernier, de dire pour quelle sélection il comptait jouer. Déjà sélectionné en novembre dernier par la Roja, celui qui est devenu l'espace d'une saison le cauchemar des défenseurs de Premier League avait alors été contraint de déclarer forfait en raison d’une blessure. Apparu précédemment avec les équipes de jeunes de la Roja, Traoré avait entre autres faits d'armes pris part au Championnat d'Europe des moins de 19 ans 2013, avant de porter le maillot de l'équipe Espoirs en mars 2018.

Le cas Munir El Haddadi


Une rude concurrence attend Ansu Fati et Adama Traoré. Suivront-ils l'exemple du Brésilien naturalisé espagnol Marcos Senna, devenu un élément clé de l'équipe espagnole victorieuse de l'Euro 2008 ? Ou bien ne vivront-ils qu'un feu de paille sous la tunique rouge, à l'image de Munir El Haddadi ? Appelé à une reprise par l'Espagne en 2014 pour 13 petites minutes de jeu, l'ailier d'origine marocaine a depuis introduit divers recours afin de pouvoir porter les couleurs des Lions de l'Atlas. Sans succès jusqu'alors. Mais les choses seraient sur le point d'évoluer. Lors de son prochain congrès, le 18 septembre, la FIFA envisagerait d'assouplir les règles en vigueur. Afin d'éviter qu'un joueur soit "bloqué" comme l'est actuellement El Haddadi, un changement de nationalité sportive deviendrait possible, à quatre conditions : avoir joué moins de trois matchs avec sa première sélection ; être âgé de moins de 21 ans lors de ces premières apparitions internationales ; ne plus avoir été appelé en sélection depuis au moins trois ans ; ne pas avoir disputé de phase finale d’une Coupe du monde ou d’un tournoi continental (Euro, CAN, etc.) avec la sélection en question. Voilà qui viendrait bouleverser la donne pour Munir El Haddadi et de nombreux joueurs binationaux, d'Afrique ou d'ailleurs.

Publicité