Bounou, le faiseur de tubes

Image
Bounou, le faiseur de tubes (1)
Mis à jour le
17 mai 2021 à 10:00
par
Quatrième de la Liga, le FC Séville a pu compter sur un excellent Yassine Bounou dans les buts pour réussir sa saison. Depuis un an, le gardien marocain s'affirme comme un des tous meilleurs à son poste.
Il y a un an, Yassine Bounou n'avait débuté qu'un seul match de Liga avec le FC Séville. Depuis, il s'est imposé comme le gardien numéro 1 du club andalou et s'est révélé aux yeux du monde entier. En profitant de la blessure de Tomas Vaclik pour finir la saison 2019-2020 en tant que titulaire, le portier qui était prêté par Gérone a vu son option d'achat être levée et a fait l'unanimité. Désormais, le Marocain est un des tous meilleurs gardiens du championnat d'Espagne. Cette saison, celui qui est connu sous le surnom de Bono n'a encaissé que 24 buts en 32 apparitions. Avec 15 clean-sheets, il a même terminé près de la moitié de ses matchs sans encaisser de buts. Au cœur de l'hiver, le natif de Montréal avait gardé sa cage inviolée pendant cinq matchs d'affilée, une série qui avait permis aux Rojiblancos de monter provisoirement sur le podium. Malgré tous ses arrêts, c'est dans un registre complètement différent qu'une de ses actions avait fait le tour du monde. Fin mars, il était monté sur un corner dans le temps additionnel du match à Valladolid et avait réussi à marquer pour permettre aux hommes de Julen Lopetegui d'arracher le point du match nul.

Un spécialiste des penaltys


Un exploit de plus pour celui qui est un spécialiste des penaltys. Depuis son arrivée en Andalousie, il en a arrêté trois. Et ils ont tous été importants. Le dernier en date avait permis à Séville de battre Alavès et de lancer une série de six victoires au cœur de l'hiver. Quelques jours auparavant, le Marocain avait repoussé une tentative de Nabil Fekir pour devenir le premier gardien sévillan à repousser un penalty dans le derby contre le Betis. En août dernier, au moment où il commençait à faire ses preuves au sein du club espagnol, Bono avait multiplié les arrêts de grande classe lors du Final 8 de la Ligue Europa, notamment quand l'attaquant de Wolverhampton Raul Jimenez s'était présenté à onze mètres lors du quart de finale. Au bout de cette épopée européenne qui lui avait permis de faire ses premiers pas avec Séville, le gardien marocain a soulevé le premier trophée de sa carrière : la Ligue Europa. Le symbole d'un parcours hors du commun.

Des débuts au Wydad Casablanca


Près de dix ans avant de briller sur la scène européenne, le portier formé au Wydad Casablanca a fait ses débuts en Ligue des Champions de la CAF à 21 ans, lors de la finale retour de l'édition 2010-2011. Lors de la défaite face à l'Espérance de Tunis, le très jeune gardien avait remplacé Nadir Lamyaghri qui était blessé. C'était son premier match chez les professionnels. En enchaînant avec une dizaine d'apparitions en Botola Pro la saison suivante, le portier de la sélection U20 a tapé dans l'œil des recruteurs de l'Atlético Madrid. Mais sa première expérience européenne a été mitigée. Numéro 3, il a dû se contenter d'un rôle au sein de la réserve des Colchoneros. Malgré quelques apparitions dans le groupe professionnel, Bono n'a jamais été aligné par Diego Simeone. C'est lors d'un passage à Saragosse qu'il a finalement eu l'opportunité de faire ses débuts chez les professionnels sur le Vieux-Continent.

Il a convaincu Coach Vahid


Avec un prêt de deux ans en deuxième division espagnole, le néo-international marocain s'est rapidement montré à son avantage. Et il a rapidement confirmé lorsqu'il a été cédé à Gérone durant l'été 2017. Yassine Bounou a participé à la promotion du club catalan en Liga et s'y est parfaitement avec deux saisons pleines dans l'élite du football espagnol. Quand les Blanquivermells sont retombés en deuxième division en 2019, lui a eu l'opportunité de franchir un cap avec un prêt à Séville. Il sortait alors d'une Coupe d'Afrique des Nations jouée avec un statut de titulaire. Une nouveauté pour lui. Longtemps barré par Munir Mohammedi, Yassine Bounou n'avait eu que des amicaux pour se mettre en valeur. C'était vite devenu trop peu pour lui. Son talent a convaincu le Français puis son successeur Vahid Halilhodzic d'en faire un titulaire indiscutable. Un statut qu'il a justifié en devenant un des meilleurs gardiens du continent. Aussi bien en Afrique avec sa sélection qu'en Europe sous les couleurs du FC Séville...