Aller au contenu principal
  1. Accueil
  2. Information
  3. Cameroun : Paul Biya entre en campagne dans l'extrême-nord

Cameroun : Paul Biya entre en campagne dans l'extrême-nord

Chargement du lecteur...
(c) TV5MONDE - P. Randrianarimanane / L. Bellon

C'était la première fois qu'il se rendait en province depuis 6 ans. Le président Paul Biya a battu campagne à Maroua. Devant des milliers de personnes il a tenu un meeting samedi. Il est candidat à sa propre succesion, le 7 octobre.

 

C'est un événement rare dans l'extrême-nord, comme partout ailleurs au Cameroun.
Paul Biya est en visite en province pour la première fois en 6 ans. Un premier meeting de campagne, pour un 7e mandat successif. Et à Maroua, les chefs traditionnels sont conquis d'avance.

C'est une très grande satisfaction, une démonstration de force. Je pense que le pari est réussi et nous pensons que le président a assuré. c'était une communion entre un peuple et son chef
Ousmane Garba, député parti RDPC parti au pouvoir

Mais pas d'euphorie, ni de de ferveur manifeste dans la ville. Le président candidat de 85 ans, dont 35 au pouvoir, livre un discours de 15 minutes, le premier depuis le mois de février, et son bilan n'a rien de réjouissant

Il nous reste évidemment à restaurer la paix dans les régions du Nord-Ouest et du sud-ouest meurtries par les exactions des sécessionnistes en apportant à ses deux régions toutes les satisfactions qu'elles sont en droit d'attendre en les protégeant contre les excès de ses soient disant libérateurs.Paul Biya, Président de la république du Cameroun

C'est une véritable guerre civile dans l'ouest du pays, dans les deux régions anglophones, minoritaires et marginalisées, ou des sécessionistes ont décidé de prendre les armes contre le gouvernement dominé par les francophones de Yaoundé.

Les combats ont déjà fait 170 tués parmi les forces de l'ordre et au moins 400 chez les civils. Loin de restaurer la paix, l'armée camerounaise laisse des villages fantômes derrière son passage. Le résultat est terrible, environ 200 000 personnes ont fui les régions anglophones, mais le président Biya n'en démord pas.

Nous démontrerons que l'avenir des populations anglophones, se trouve au sein de notre république.
Paul Biya, Président de la république du Cameroun

Dans ces conditions, difficile d'organiser le scrutin du 7 octobre dans l'ouest anglophone, une semaine seulement après le premier anniversaire de l'autoproclamation d'indépendance de l'Ambazonie.