CAN : 19 tickets à prendre sur fond de Covid

Image
CAN : 19 tickets à prendre sur fond de Covid (1)
Mis à jour le
22 March 2021 à 12:43
par
Les deux dernières journées des éliminatoires de la CAN se disputent à partir de mercredi à travers l'Afrique. Dans un contexte toujours marqué par la pandémie de Covid-19, ces rencontres sont soumises à une circulaire de la FIFA à l'origine de bien des tracas pour les différents sélectionneurs, alors que 19 des 24 tickets pour la phase finale restent à distribuer.
Les éliminatoires de la CAN 2021, qui aura lieu début... 2022 au Cameroun, vont entrer dans leur dernière ligne droite. Après la séquence dominée par l'élection du nouveau président de la CAF, le terrain retrouve le premier rang des préoccupations. Et encore. Car le contexte sanitaire, avec la persistance de la pandémie de Covid-19, continue d'impacter le sportif. Publiée sans provoquer de réaction le 5 février, la circulaire 1749 de la FIFA est venue bouleverser le travail des sélectionneurs au moment de constituer leurs listes : pour le moins restrictif, le texte de ce document a poussé les Confédération sud-américaine et asiatique à repousser les matchs prévus en mars. Il autorise en effet les clubs à ne pas libérer leurs joueurs sélectionnés hors de la zone UE/EEE si un isolement de plus de cinq jours doit être respecté à leur retour. Fait aggravant, les clubs professionnels français (de Ligue 1 et de Ligue 2), gros pourvoyeurs d'internationaux africains, allaient plus loin en décidant de bloquer tous leurs pros sous contrat dans ce cas de figure.

Une dérogation sous conditions


Interpellé par divers sélectionneurs et joueurs, le gouvernement français va finir par céder. Vendredi, soit cinq jours avant le début de la cinquième journée, le ministère des Sports décide d’exempter les joueurs étrangers de septaine à leur retour de sélection. Mais pas à n'importe quelles conditions : la dérogation ne sera possible que si les joueurs en question affrètent un jet privé pour revenir sur le sol français, et non un vol commercial. Pas évident pour beaucoup de nations africaines... Par ailleurs, les joueurs qui rejoignent leurs sélections seront tenus d’effectuer des tests PCR chaque jour tout au long du rassemblement avec leurs équipes nationales, conformément au protocole UEFA/FIFA. Déjà qualifiés, certains pays optent en conséquence pour des listes à plus forte coloration "locale" : c'est le cas du Cameroun et du Mali, qui ont ouvert leur équipe fanion aux joueurs ayant disputé le CHAN, de la Tunisie, qui a pioché dans le réservoir U20, tandis que l'Algérie et le Sénégal restaient fidèles aux expatriés et aux binationaux.

Les Comores pour une grande première


Dix-neuf tickets restent à attribuer. Certains pourraient l'être dès la cinquième journée. Le Maroc, en déplacement en Mauritanie, n'a besoin que d'un point. C'est aussi le cas de l'Egypte, qui se rend au Kenya, et des Comores, qui reçoivent un Togo déjà éliminé. Si les Cœlacanthes d'Amir Abdou décrochaient leur qualification, ce serait une grande première pour l'archipel de l'océan Indien, longtemps resté dans les limbes du football continental. Désireux de ne pas laisser passer cette chance historique, le sélectionneur a élargi sa liste en convoquant des joueurs évoluant en National en France, non soumis à la stricte circulaire de Zurich. Des précautions ont également été prises par la Côte d'Ivoire et la RDC, encore loin d'être qualifiées dans leur groupe respectif, mais aussi le Ghana, au coude à coude dans sa poule avec deux sélections à ossatures locales (l'Afrique du Sud et le Soudan), et le Nigeria, accroché deux fois cet automne par la Sierra Leone et toujours à la portée de cette dernière et du Bénin. En ballotage favorable, le Burkina Faso des frères Traoré et la Guinée de Naby Keita, "libéré" par la Liverpool pour la réception du Mali, doivent aussi finir le travail.