Aller au contenu principal
  1. Accueil
  2. Information
  3. CAN 2019 : Des chocs dès le premier tour

CAN 2019 : Des chocs dès le premier tour

Le tirage au sort de la CAN 2019 a été effectué vendredi, dans le cadre majestueux des pyramides de Gizeh. Quelles sont les chances des 24 équipes, et que nous réserve le premier tour de l'épreuve, qui aura lieu du 21 juin au 18 juillet en Egypte ? Décryptage, groupe par groupe.

Groupe A (Le Caire, Cairo International Stadium) : Egypte, RD Congo, Ouganda, Zimbabwe


Hôte de cette CAN 2019, 32ème édition de l'épreuve et première à rassembler 24 équipes, l'Egypte n'a d'autre objectif que la gagne, elle qui est finaliste sortante et a été sacrée sept fois. Désormais coachés par le Mexicain Javier Aguirre, les Pharaons espèrent pouvoir compter sur un Mohamed Salah à 100% de ses moyens, ce qui ne fut pas le cas au Mondial 2018. Le pays organisateur ouvrira le tournoi face au Zimbabwe. Qualifiés pour leur deuxième phase finale de rang, les Warriors sont une équipe en nets progrès. La preuve ? Khama Billiat et ses coéquipiers ont terminé premiers de leur poule qualificative, devant la RD Congo, également logée dans ce groupe A. Au contraire sur la pente descendante, les Léopards s'efforceront d'enclencher un nouveau cycle vertueux. Toujours adepte du mix entre joueurs locaux et éléments binationaux ou expatriés, le sélectionneur Florent Ibenge saura-t-il trouver la bonne carburation ? Il le faudra pour éviter de se faire des sueurs froides dans une poule qui abrite un autre outsider anglophone, avec l'Ouganda, coaché par le Français Sébastien Desabre. Déjà opposés à l'Egypte il y a deux ans au Gabon, les Cranes avaient alors donné du fil à retordre aux Pharaons, ne s'inclinant que par la plus petite des marges. Mieux, ils les avaient battus à Kampala en éliminatoires de la Coupe du Monde 2018. De quoi leur ôter bien des complexes.

Groupe B (Alexandrie) : Nigeria, Guinée, Madagascar, Burundi


Logé à Alexandrie, le groupe B figure, sur le papier en tout cas, parmi les plus déséquilibrés de cette édition 2019. D'un côté, deux grands habitués d'Afrique de l'Ouest, le Nigeria avec ses trois victoires et la Guinée avec ses onze participations, de l'autre Madagascar et le Burundi, qui vont disputer leur première phase finale. Equipe toujours jeune mais désormais riche de l'expérience d'une phase finale de Coupe du Monde, les Super Eagles progressent discrètement mais sûrement sous la houlette du Franco-Allemand Gernot Rohr, qui a façonné son effectif par petites touches, avec le renfort de joueurs binationaux. Faciles vainqueurs de leur groupe éliminatoire, les coéquipiers d'Alex Iwobi se battront pour la première place avec le Syli national du Belge Paul Put, qui a de son côté devancé la Côte d'Ivoire et comptera sur son maître à jouer Naby Keita pour l'emmener loin dans la compétition. Hirondelles et Barea tenteront de bousculer une hiérarchie qui paraît solidement établie.

Groupe C (Le Caire, 30 June Stadium) : Sénégal, Algérie, Kenya, Tanzanie


Déjà opposés au premier tour lors des éditions 2015 et 2017, le Sénégal et l'Algérie vont de nouveau se croiser en Egypte. Désormais nantis du statut de mondialistes, les Lions de la Teranga d'Aliou Cissé ont depuis pris un net ascendant sur les Fennecs, qui paraissent néanmoins s'être enfin trouvés un coach aux idées claires en la personne de Djamel Belmadi. Le choc entre les deux équipes, lors de la 2ème journée, pourrait décider de la première place de cette poule plutôt déséquilibrée. Qualifié dans un groupe réduit à trois par la disqualification de la Sierra Leone, le Kenya ne paraît pas avoir les armes pour lutter avec les deux poids lourds du groupe. Dirigés par le Français Sébastien Migné, les Harambee Stars joueront gros face à la Tanzanie lors de la deuxième journée. De retour en phase finale après quatre décennies d'absence, les Taifa Stars du Nigérian Emmanuel Amunike paraissent mieux dotés et compteront sur le talent de leur buteur Mbwana Ally Samatta et la bonne dynamique du Simba SC en Ligue des Champions.

Groupe D (Le Caire, Al Salam Stadium) : Maroc, Côte d’Ivoire, Afrique du Sud, Namibie


Comme on se retrouve ! Après s'être affrontés lors de la CAN 2017 et en éliminatoires du Mondial 2018, le Maroc et la Côte d'Ivoire ont de nouveau été placés dans le même groupe par un sort facétieux. Vainqueurs des deux manches précédentes, Hervé Renard jouera-t-il un nouveau tour de cochon au pays qu'il amena sur le toit de l'Afrique il y a quatre ans, en Guinée équatoriale ? Réponse lors de la 2ème journée le 28 juin à l'occasion de ce qui sera l'un des principaux chocs du premier tour. Mais cette poule ne se résumera pas fatalement à un duel entre des Eléphants à la recherche de l'équilibre et des Lions de l'Atlas qui paraissent matures. Emmenée par le prometteur Percy Tau, l'Afrique du Sud paraît en progrès, notamment dans l'efficacité offensive. Les Bafana Bafana auront également leur mot à dire dans ce groupe très relevé. Face à ces trois anciens vainqueurs de l'épreuve, la Namibie, quart-finaliste du dernier CHAN, tentera de créer la surprise. Cela ne s'annonce pas simple.

Groupe E (Suez) : Tunisie, Mali, Mauritanie, Angola


Trois vainqueurs de groupes et un des meilleurs deuxièmes : ce groupe apparaît relativement équilibré. Tête de série, la Tunisie aura les faveurs des pronostics grâce à sa grande expérience, elle qui n'a plus manqué une phase finale depuis 1992, et l'homogénéité de son effectif. L'état de santé de Youssef Msakni, qui avait manqué le Mondial 2018 en raison d'une rupture des ligaments croisés du genou, fera partie des sujets sensibles pour Alain Giresse, le nouveau sélectionneur. Le technicien français retrouvera le Mali, qu'il conduisit lors des CAN 2012 et 2017, avec des fortunes diverses. L'évolution des Aigles, en pleine mutation, sera suivie avec attention, tous comme les grands débuts de la Mauritanie en phase finale ou le retour de l'Angola. Les Mourabitounes entendent continuer à créer la sensation, tandis que les Palancas Negras tenteront de rattraper le temps perdu après une éclipse de six années.

Groupe F (Ismailia) : Cameroun, Ghana, Bénin, Guinée-Bissau


Dernière tête de série du plateau, le Cameroun, tenant du trophée, a hérité d'un groupe plutôt accessible, avec pour adversaires la Guinée-Bissau, dont c'est la deuxième phase finale consécutive, le Bénin et le Ghana. En d'autres temps, pas si lointains, les Black Stars auraient fait figure de grands favoris. Ce ne sera pas le cas cette année, la pleine éclosion de Thomas Partey ne pouvant masquer toutes les failles. De retour en phase finale après neuf ans d'absence, le Bénin sera le premier adversaire sur la route des Ghanéens. Toujours sous les ordres du Français Michel Dussuyer, les Ecureuils tenteront de gagner leur premier match en phase finale pour enfin sortir des poules. Il leur faudra ensuite prendre l'ascendant sur les Djurtus avant de terminer face au Cameroun. Ce plateau ne paraît pas de nature à effrayer les Lions Indomptables. Mais quel visage les hommes de Clarence Seedorf montreront-ils en Egypte : celui conquérant de la CAN 2017, ou celui plus hésitant affiché depuis ?

Publicité