Aller au contenu principal
  1. Accueil
  2. Information
  3. CAN 2019 : en Afrique, l'art du ballon de foot

CAN 2019 : en Afrique, l'art du ballon de foot

Portrait extrait du livre de Jessica Hilltout. © Jessica Hilltout

La Coupe d'Afrique des Nations de football 2019 débute ce vendredi 21 juin en Egypte. La discipline passionne les foules sur le continent notamment les enfants. La photographe belge Jessica Hilltout a capturé cet amour du foot en revenant à l’essentiel : le ballon. Souvent bricolé, il est fait de chiffons, de plastiques et parfois de préservatifs. 

Des ballons faits mains, partout sur le sol africain. C’est le point de départ du travail photographique de Jessica Hilltout. Une baroudeuse belge qui sillonne l’Afrique et immortalise des ballons de fortune glanés aux quatre coins du continent. Son projet est simple : s’éloigner du football star-système et exposer la discipline dans son état brut.

Je voulais montrer l’importance du foot, l’âme du foot, qui est un essentiel de vie pour le continent.

Une dizaine de pays visités, plus de 20 000 kilomètres de route parcourus, et toujours le même constat : « le foot est puissant, c’est presque la seule religion qui est universelle en Afrique », assure la photographe.

C’est aussi un moyen de s’échapper de conditions de vie parfois très difficiles et de rêver. « Je voulais montrer l’importance du foot, l’âme du foot, qui est un essentiel de vie pour le continent », raconte Jessica Hilltout.

À Chicome, au Mozambique, le ballon d'Orlando est fabriqué à partir de sacs en plastique et recouvert d'écorces d'arbre.
À Chicome, au Mozambique, le ballon d'Orlando est fabriqué à partir de sacs en plastique et recouvert d'écorces d'arbre.
© Jessica Hilltout

Elle se remémore l’effervescence des matchs de foot dans le village reculé de Chicome, au Mozambique : « Tous les jours, à 5 heures du matin, un homme tape sur la jante d’un vieux camion pour rassembler tous les habitants sur le terrain de foot, dont les poteaux sont confectionnés avec des branches. Et tous les jours, c’est un moment de joie intense ! »

Photo extraite du livre Amen, les racines africaines du football, de Jessica Hilltout.
Photo extraite du livre Amen, les racines africaines du football, de Jessica Hilltout.
© Jessica Hilltout

L'art de la récupération

Si le ballon est universel, sa fabrication varie d'un pays à l'autre. Jessica Hilltout distingue deux types de ballons :

  • L’un robuste, confectionné à partir de chiffons et de plastiques, il n’est pas rond et ne rebondit pas.
  • Le second est conçu à l’aide d’un préservatif gonflé, entouré de tissus pour le protéger. Il est rond et rebondit parfaitement, mais sa durée de vie est de trois jours maximum.  
Ballon de confection artisanale.
Ballon de confection artisanale.
© Jessica Hilltout

C’est cette créativité que la photographe de terrain a voulu mettre en avant. Capturer la beauté ordinaire.

Ce ballon était traité avec tellement de respect, qu’on aurait dit qu’il avait une âme.

Dans un village ghanéen, c’est un vieux ballon en cuir qui a attiré l’attention de la voyageuse : « Les villageois jouaient avec tous les jours. Il était tellement vieux que pendant les matchs, les joueurs devaient le regonfler toutes les 10 minutes. Ce ballon était traité avec tellement de respect, qu’on aurait dit qu’il avait une âme », détaille Jessica Hilltout.

L'échoppe « Stop docteur des ballons », dans un village togolais.
L'échoppe « Stop docteur des ballons », dans un village togolais.
© Jessica Hilltout

Au Togo, c’est l’enseigne de monsieur Akolly Estri qui symbolise le mieux toute l’économie informelle africaine qui tourne autour du foot, selon elle. Chez « Stop docteur des ballons », l’homme répare mais aussi fabrique l’objet à la main, avec des outils basiques. Un jour et demi de travail pour assembler les 32 polygones de cuir qui constituent le ballon rond traditionnel.

Des spectateurs assidus

La Coupe d’Afrique des Nations et les autres compétitions sont évidemment très suivies, autant dans les villes que les villages. Dans les grandes villes, on peut voir les matchs partout.

Dans les villages plus reculés, c’est plus compliqué.  « J’ai vu une fois une petite télévision, la seule du village, installée sur le trottoir avec une centaine de personnes autour en train de regarder un match », explique Jessica Hilltout.

Portrait extrait du livre Amen, les racines africaines du football, de Jessica Hilltout.
Portrait extrait du livre Amen, les racines africaines du football, de Jessica Hilltout.
© Jessica Hilltout

La majorité des Africains sont incollables sur le football, y compris le football européen. La Coupe d’Afrique des Nations 2019 devrait confirmer l'engouement du continent pour ce sport.
 

Publicité