Aller au contenu principal
  1. Accueil
  2. Information
  3. CAN 2019 : Les mondialistes répondent présent, le baromètre de la qualification

CAN 2019 : Les mondialistes répondent présent, le baromètre de la qualification

La 5eme journée des éliminatoires de la CAN 2019, disputée ce week-end à travers l'Afrique, a permis de décanter les choses dans la course à la qualification. Treize des vingt-quatre équipes qualifiées pour la prochaine phase finale sont désormais connues. Voici les principaux enseignements de ces rencontres.

Les mondialistes reçus cinq sur cinq

Parmi les quatre équipes à avoir décroché leur qualification dès la 4eme journée au mois d'octobre, trois étaient présentes à la Coupe du monde en Russie : le Sénégal, la Tunisie et l'Egypte. Seul Madagascar s'était alors glissé parmi ces premiers de cordée. La 5eme journée a confirmé que les "mondialistes" étaient au rendez-vous. Le Nigeria a pris en Afrique du Sud (1-1) le point qui lui manquait encore. Menant rapidement au score, les Super Eagles ont résisté sans trop de difficulté après l'égalisation des Bafana Bafana, qui devront éviter une défaite en Libye pour les rejoindre à la CAN. Quant au Maroc, sa victoire sur le Cameroun (2-0), combinée à celle des Comores sur le Malawi (2-1), a ouvert aux Lions de l'Atlas les portes de la phase finale. Emmenés par un grand Hakim Ziyech, auteur d'un doublé, les hommes d'Hervé Renard ont battu pour la première fois de leur histoire les Lions Indomptables, qu'ils affrontaient pour la onzième fois. Quart-finalistes de l'édition 2017, ils chercheront à faire mieux l'été prochain, lors de la première phase finale à 24 participants.

 

L'Algérie et la Côte d'Ivoire en mode reconquête

Eliminées toutes deux au premier tour de la CAN 2017, absentes au Mondial 2018, l'Algérie et la Côte d'Ivoire entendent se servir de la prochaine Coupe d'Afrique pour initier un nouveau cycle positif. Battus chez eux lors de la première journée en juin 2017 alors que Marc Wilmots occupait leur banc, les Eléphants ont redressé la barre sous la houlette d'Ibrahima Kamara. Dimanche, à Conakry, les coéquipiers de Jean-Michaël Seri ont pris le point qu'il leur manquait (1-1) face à une Guinée qualifiée avant même le début de la rencontre suite au nul entre le Rwanda et la Centrafrique (2-2). Si l'équipe n'a pas encore retrouvé les certitudes qui faisait d'elles l'une des meilleures escouades du continent, elle passera l'hiver au chaud. Tout comme l'Algérie, qui a surclassé le Togo (1-4). Après avoir testé sans succès plusieurs sélectionneurs (Rajevac, Leekens, Alcaraz, Madjer), les Fennecs paraissent avoir trouvé en Djamel Belmadi le guide qui leur faisait défaut. Dimanche, sur la pelouse catastrophique du stade municipal de Lomé, Riyad Mahrez et ses partenaires ont trouvé le juste équilibre entre qualité individuelle (avec un but exceptionnel du jeune Youcef Atal) et cohésion collective. Prometteur.

 

 

L'Ouganda et la Mauritanie s'invitent au festin

Le passage de 16 à 24 équipes qualifiées a pour effet d'ouvrir la Coupe d'Afrique à des nations jusqu'alors exclues du rendez-vous continental. Cette édition 2019 verra ainsi la Mauritanie y participer pour la première fois. Dimanche, à Nouakchott, les Mourabitounes de Corentin Martins sont venus à bout du Botswana (2-1) pour décrocher leur ticket. Et c'est non seulement la capitale mais aussi tout un pays qui a basculé dans la liesse, de Néma à Nouadhibou, en passant par Aouin, Kiffa, Selibaby, Kaédi, Boghe, Aleg et Rosso. Le but victorieux d'Ismaël Diakité a permis de valider le travail patient de développement du football effectué par la Fédération locale. En attendant mieux l'an prochain ? Un autre pays peu habitué à de tels honneurs s'est invité au festin : l'Ouganda. Vainqueurs du Cap-Vert (1-0), les Cranes, coachés eux aussi par un jeune entraîneur français (Sébastien Desabre), ont pris les points nécessaires pour s’assurer la qualification. Ils disputeront l’an prochain leur seconde phase finale de rang, après avoir été absents entre 1978 et 2017. Le Burundi, le Lesotho, la Tanzanie ou encore la Guinée-Bissau sont susceptibles d'intégrer ce cercle des pays émergents.

 

 

Les deux Congo jouent avec le feu

Très attendu, le derby du fleuve Congo entre les Diables Rouges et les Léopards s’est terminé sur un score nul (1-1), dimanche à Brazzaville. Sur un terrain synthétique transformé en piscine par des pluies torrentielles (la partie fut interrompue une quarantaine de minutes durant), les deux équipes ont été incapables de se départager. A force de collectionner les matchs nuls, les hommes de Florent Ibenge font du surplace dans ce groupe qui paraissait largement à leur portée. Une chance dans ce marasme, le Zimbabwe n'a pas profité de la situation. Alors qu’un nul leur aurait suffi à décrocher la qualification, les Warriors se sont inclinés en fin de match sur le terrain du Liberia (1-0). Tout est encore possible dans ce groupe. La 6eme et dernière journée, en mars prochain, s’annonce dramatique, avec au programme les rencontres Zimbabwe-Congo et RD Congo-Liberia. Les deux équipes anglophones n’ont besoin que d’un nul pour se qualifier, tandis que les deux Congo devront s’imposer. Le Bénin, renversé en Gambie (3-1), le Gabon, dominé chez lui par le Mali (1-0), et le Burkina Faso, battu en Angola (2-1), se sont également singulièrement compliqué la tâche. Vaincue au Mozambique (1-0), la Zambie, championne d'Afrique 2012, a elle déjà rendu les armes.