Aller au contenu principal
  1. Accueil
  2. Information
  3. CAN 2019 : Les points chauds des 3eme et 4eme journées des éliminatoires

CAN 2019 : Les points chauds des 3eme et 4eme journées des éliminatoires

Les 3eme et 4eme journées des éliminatoires de la CAN 2019 se disputent dans les prochains jours à travers l’Afrique. Au programme, des doubles confrontations qui pourraient s'avérer décisives ou fatales dans la course à la qualification.

Les éliminatoires de la CAN 2019 vont connaître du 10 au 16 octobre, leurs troisième et quatrième journées, marquées par les doubles confrontations entre équipes aux situations parfois diamétralement opposées. Après leur sans-faute des deux premières journées, quatre pays pourraient assurer leur présence au Cameroun (ou dans le pays qui pourrait être désigné à sa place si la CAF tranchait dans ce sens) dès la quatrième journée : il s'agit de la Tunisie, du Mali et de la Guinée, habitués des phases finale, mais aussi de la Mauritanie, qui croit plus que jamais en ses chances de décrocher sa première qualification, dans une formule qui qualifie les deux premiers de chaque poule. D'autres équipes sont au contraire dans l'incertitude, voire en mauvaise posture. Le point sur les principaux chocs de cette 3eme journée.

Nigeria - Libye


Si l'on ne voit pas ce qui pourrait empêcher la Tunisie (opposée au Niger), l'Egypte (face au Swaziland, dans la même poule), le Maroc (contre le Comores) et le Sénégal (qui affronte un Soudan en pleine déconfiture) de décrocher leur ticket pour la phase finale de cette prochaine CAN, le Nigeria paraît en plus mauvaise posture. Battus chez eux par l'Afrique du Sud lors de la première journée, en juin... 2017, les Super Eagles ont depuis débloqué leur compteur en s'imposant aux Seychelles, mais c'est un tout autre test qui les attend ce mois-ci dans le groupe E, avec une double confrontation face à la Libye, qui a donné du fil à retordre aux Bafana Bafana le mois dernier à Durban (0-0). Contraints de recevoir en Tunisie par les conditions de sécurité précaires en Libye, les Chevaliers de la Méditerranée aborderont ces chocs sans leur sélectionneur Adel Amrouche : en poste depuis mai 2018, le technicien algérien a quitté ses fonctions en début de semaine, lassé de ne plus être payé. Quel effet aura cette démission surprise sur l'équipe nord-africaine ?

Côte d'Ivoire - Centrafrique


Pour la Côte d'Ivoire, cette campagne des éliminatoires de la CAN 2019 se vit comme une opération renaissance voire reconquête. Renaissance avec la nécessaire intégration de jeunes joueurs à une équipe en plein changement de cycle, reconquête avec la volonté d'offrir de nouveau un visage conquérant après l'échec cuisant subi à la CAN 2017, qui vit les Eléphants subir une élimination au premier tour, bien en deça de leurs standards habituels. Après un faux départ en forme de défaite à domicile face à la Guinée lors de la première journée, les coéquipiers de Jean-Michaël Seri, désormais coachés par le local et ex-intérimaire Ibrahima Kamara, ont redressé la barre le mois dernier au Burundi (2-1), sans toutefois convaincre dans le jeu. En pleine fronde des dirigeants de clubs contre la Fédération, une victoire à Bouaké ramènerait un peu de concorde. Il faudra pour cela venir à bout d'une bonne équipe de Centrafrique, nantie comme les Ivoiriens de 3 points au classement et renforcée par le binational et ancien international français Geoffrey Kondogbia (FC Valence).

Algérie - Bénin


Pour ses débuts sur le banc de l'Algérie, Djamel Belmadi avait connu le mois dernier un match tumultueux en Gambie. Retardée de plus d'une heure en raison d'un excès d'affluence au stade de Bakau, la partie avait vu les deux équipes se quitter sur un score de parité (1-1). Les visiteurs avaient fait montre d'un habituel mélange d'aisance offensive et de gaucherie défensive. Le défi du jeune sélectionneur consiste à optimiser la première tout en gommant la seconde. Cela tombe bien, c'est le Bénin, coleader du groupe D avec quatre points, qui se présente à Blida, ce vendredi. Le premier volet d'un test en deux manches contre une équipe a priori à la portée de l'Algérie. Alors que le football algérien reste agité en coulisses par la démission du Directeur technique national et ancien sélectionneur Rabah Saadane, l'équipe nationale se prépare dans le calme pour sa double confrontation. L'objectif est de demeurer invaincu, en prenant quatre points au moins sur les six possibles. Cela paraît dans les cordes des Fennecs, qui devront toutefois faire sans leurs attaquants Islam Slimani et Hilal Soudani, forfaits.

Gabon - Soudan du Sud


Avec un point seulement en deux matchs, le Gabon est déjà dos au mur au moment d'affronter deux fois le Soudan du Sud, encore plus mal loti (zéro point), dans le groupe C. Déliquescentes depuis une CAN 2017 qui les vit sortir dès le premier tour devant leur public, les Panthères peuvent compter sur un nouveau sélectionneur en la personne de Daniel Cousin. Appelé à la barre en remplacement de l'Espagnol José Antonio Camacho, l'ancien attaquant de Lens et des Glasgow Rangers a sur sa feuille de route une qualification pour la CAN 2019. D'abord nommé adjoint de Pierre Aubame, Cousin a été bombardé n°1 après le refus de l'intéressé. Il pourra compter sur son fils Pierre-Emerick Aubameyang, présent malgré des déclarations très critiques sur les instances du pays qui avaient pu laisser planer le doute. Tout autre résultat qu'une double victoire face aux très modestes Soudanais du Sud compromettrait les chances gabonaises dans cette poule nettement dominée pour l'heure par le Mali. Signe de mobilisation générale, l'entrée du stade de l'Amitié de Libreville sera gratuite pour tous vendredi.