Aller au contenu principal
  1. Accueil
  2. Information
  3. CAN 2019 : Madagascar premier de cordée, le baromètre de la qualification

CAN 2019 : Madagascar premier de cordée, le baromètre de la qualification

Les 3eme et 4eme journées des éliminatoires de la CAN 2019 se sont disputées ces derniers jours à travers l’Afrique. Quatre équipes ont déjà décroché leur qualification pour la phase finale, tandis que les choses se décantaient dans les douze groupes. Le point sur la situation.

L'exploit des éliminatoires de la CAN 2019 est pour Madagascar. La Grande Île a réussi l’exploit de se qualifier pour la CAN 2019 dès la quatrième journée. Les Barea joueront pour la première fois de leur histoire une phase finale de Coupe d’Afrique. Invaincus en Afrique depuis l'arrivée aux manettes de Nicolas Dupuis en mars 2017, les hommes du technicien français ont pris les points qui leur manquaient dans le groupe A en disposant de la Guinée équatoriale (1-0). Auteur du but de la délivrance, Njiva Rakotoharimalala entre à jamais dans l’histoire du football malgache. Avec trois victoires et un nul (face au mondialiste sénégalais) en quatre matchs, cette qualification n’a rien d’un concours de circonstances. Elle vient au contraire récompenser un patient travail de détection et de développement des talents locaux, aguerris au contact des championnats européens ou asiatiques dans lesquels la plupart des joueurs malgaches évoluent désormais. Cette qualification symbolise également la montée en puissance des équipes intermédiaires, dont les perspectives de qualification ont grimpé en flèche avec l’institution d’une phase finale à 24 équipes.

Les mondialistes en force


Trois autres équipes ont décroché leur ticket dès la quatrième journée. Toutes étaient présentes au Mondial 2018 en Russie : la Tunisie, qui a battu deux fois le Niger, se trouve la seule à avoir réussi un carton plein dans ces qualifications. Les Aigles de Carthage disputeront l’an prochain leur quatorzième tournoi continental consécutif, égalant ainsi le record établi par l’Egypte entre 1984 et 2010. Les Pharaons, justement, ont également décroché dans ce même groupe J leur billet pour la phase finale, à la faveur d’une victoire sans histoires en Eswatini (ex-Swaziland). Dans cette poule très déséquilibrée, les coéquipiers de Mohamed Salah, ménagé mardi, ont fait le boulot, confortant le nouveau sélectionneur Javier Aguirre dans ses premières décisions. Plus longue à se dessiner fut la qualification du Sénégal, décrochée à quelques secondes du terme à Omdurman grâce au petit nouveau Sidy Sarr (Lorient). Un but synonyme de courte victoire pour les Lions de la Teranga, loin d’être souverains mais capables d’assurer un 6/6 suffisant pour s’assurer une présence dans les 24 participants à la prochaine CAN.

Le Nigeria y est presque


Quelles seront les prochaines équipes à rejoindre ces "premiers de cordée" ? Même s'ils n'ont pas été également convaincants, les deux autres mondialistes sortants sont bien partis pour le faire. Deux fois vainqueur de la Libye grâce à un grand Odion Ighalo (5 buts en 2 matchs), le Nigeria a frappé un grand coup et repris la tête du groupe E, avec la complicité involontaire de l'Afrique du Sud, incapable de ramener mieux qu'un piteux nul vierge des Seychelles. Bien payé face aux Comores avec une courte victoire et un nul poussif, le Maroc tient malgré tout la corde. L'Ouganda a fait le trou dans le groupe L en battant deux fois le Lesotho, alors que le Zimbabwe a pris une option en empochant quatre points lors de son double duel avec le RDC. Dans ce groupe G, le futur derby des deux Congo s’annonce explosif, entre deux équipes séparées par un petit point au classement. Même si la Guinée aurait pu s'assurer la qualification en cas de victoire au Rwanda, le Syli national, contraint au nul à Kigali, reste très bien placé pour la qualification, tout comme la Côte d'Ivoire, qui a mis la Centrafrique à trois points. Si le rêve de qualification s'est éloigné pour les Fauves, la Mauritanie, en tête du groupe I avec deux longueurs d'avance sur le Burkina Faso, doit y croire.

L’Algérie se complique la tâche


Deux habitués des phases finales ont loupé le coche lors des doubles confrontations : le Mali, qui a partagé deux fois les points avec le Burundi et a par la même relancé le Gabon, et l'Algérie, battue à Cotonou par le Bénin. Les Fennecs de Djamel Belmadi devront faire mieux le mois prochain au Togo, sous peine de voir le ciel de la qualification s'assombrir. Rendez-vous est pris pour le mois de novembre, pour une cinquième journée qui pourrait voir la situation se décanter considérablement. Pour rappel, les deux premiers de chacun des douze groupes disputeront la 32eme Coupe d’Afrique des nations. Sauf dans la poule B où, le Cameroun étant qualifié d'office en tant que pays organisateur, un seul autre pays aura le privilège de prendre part à la plus grande manifestation sportive du continent. Sept ne sont déjà plus dans la course : la Guinée équatoriale, le Soudan, le Soudan du Sud, les Seychelles, le Botswana, le Swaziland et le Niger, déjà éliminés.