Aller au contenu principal
  1. Accueil
  2. Information
  3. CAN 2025 : Une organisation partagée ? La Guinée dit non au Sénégal

CAN 2025 : Une organisation partagée ? La Guinée dit non au Sénégal

Où aura lieu la CAN 2025 ? En Guinée, si l'on en croit le calendrier décalé des phases finales établi par la Confédération africaine de football en vertu du glissement voulu par Ahmad, son président. Mais le pays d'Afrique de l'Ouest est-il capable de relever seul un tel défi ? Le Sénégal, qui propose une co-organisation de l'épreuve, semble en douter, au risque de froisser la fierté nationale guinéenne. Le point sur ce dossier.

Le retrait de l'organisation de la CAN 2019 au Cameroun continue de produire ses réactions en chaîne. Si tout se passe comme le souhaite la Confédération africaine de football, le Cameroun organisera donc la CAN en 2021, la Côte d’Ivoire en 2023 (l'acceptation officielle est toujours attendue) et la Guinée deux ans plus tard, l’édition 2019 se jouant en Egypte. Après le Cameroun, qui a accepté le glissement de « sa » CAN proposé par Ahmad, voici que la Guinée se range aux arguments du président de la CAF. « Je me réjouis de l’acceptation du décalage de l’organisation de la CAN en Guinée pour 2025 et je suis fier que le président de la République de Guinée Alpha Condé ait lui-même accepté le décalage », avait déclaré Ahmad, après avoir rencontré le chef de l’Etat guinéen, lors de sa visite dans le pays, le 6 janvier. Un soulagement : désignée pour organiser une CAN à 16 équipes, la Guinée, qui dispute ses rencontres à domicile dans le vétuste stade du 28-Septembre de Conakry, n'aura pas trop de deux années supplémentaires pour se complaire au cahier des charges pour un tournoi à 24. L'effort s'annonce colossal pour la petite République d'Afrique de l'Ouest.

Le Sénégal propose son aide...


La Guinée aura-t-elle les reins assez solides pour relever seule un tel défi ? Beaucoup en doutent, à commencer par Augustin Senghor. Dans un entretien accordé à RFI, le président de la Fédération sénégalaise de football a émis l’idée d’une co-organisation. « Notre projet, maintenant que la CAN se joue à 24, est de faire une co-organisation avec nos voisins de Guinée, de la Gambie et de la Mauritanie. Du point de vue géographique, nous avons cette proximité. Les distances ne sont pas énormes. Le Sénégal pourrait être la plaque tournante d’un tournoi de grande envergure, organisé par trois ou quatre pays. C’est en tout cas notre ambition », déclarait le dirigeant. Augustin Senghor ne parle pas dans le vide : en octobre dernier, le Sénégal a été choisi par le Comité international olympique (CIO) pour organiser en 2022 les Jeux olympiques de la jeunesse (JOJ). Cette quatrième édition, à laquelle la Tunisie, le Botswana et le Nigeria s'étaient également portés candidats, se tiendra entre mai et juin 2022 et autour de trois sites : Dakar, la ville nouvelle de Diamniadio et l’agglomération côtière de Saly.

La Guinée la refuse


Désireux de combler son déficit d'équipements sportifs en accueillant sur son sol des compétitions internationales, le Sénégal se voit donc bien tendre la main à son voisin guinéen. Reste à obtenir l'accord de ce dernier. Conscient du risque diplomatique d'une telle démarche, Augustin Senghor mettait l'accent sur « la volonté politique » des deux Etats. « C’est d’abord à la Guinée de se dire qu’elle ne va pas organiser seule ce tournoi. Car il y a souvent une question de fierté nationale qui prime. Car on veut montrer qu’on est capable d’organiser la CAN tout seul », ajoutait-il avant de conclure. « Si le Cameroun avait envisagé une co-organisation avec des pays voisins, il y a un an, peut-être que la CAN 2019 n’aurait pas été délocalisée. » Une mise en garde à laquelle la Guinée n'est visiblement pas sensible. « La Guinée ne va pas se camoufler derrière une nation pour organiser la CAN 2025, a déclaré le ministre guinéen des Sports, Bantama Sow, sur la chaîne panafricaine CIS Médias. Cette organisation est une opportunité de développement pour le pays. » La Guinée a six ans devant elle pour montrer qu'elle l'a saisie et bien saisie.

Publicité