Aller au contenu principal
  1. Accueil
  2. Information
  3. Cinéma : "Hyènes", une nouvelle vie pour le film culte de Djibril Diop Mambéty

Cinéma : "Hyènes", une nouvelle vie pour le film culte de Djibril Diop Mambéty

Chargement du lecteur...
©TV5MONDE / Reportage : K.G. Barzegar / G. Gouet / S. Alayrangues

Réalisé en 1991 et projeté au Festival de Cannes en Compétition officielle en 1992, "Hyènes" du cinéaste Djibril Diop Mambéty, aujourd'hui disparu, a été restauré en 2017 sous l'impulsion de l'un de ses deux producteurs, Pierre-Alain Meier. L'occasion pour ce chef d'oeuvre du cinéma sénégalais de retrouver une nouvelle vie...

C'est l'histoire d'un film qui reprend vie : un chef d'oeuvre du septième art sénégalais, aux bobines endormies pendant un quart de siècle : "Hyènes" de Djibril Diop Mambéty. 

C'est aux laboratoires Eclair à Vanves que reposent les six boîtes de bobines de ce film culte, réalisé en 1991 et présenté pour la première fois en compétition officielle en 1992 au Festival de Cannes. Dans la salle de restauration manuelle, l'une des bobines est déroulé sur une table et examiné par des mains expertes. "Elle est en bonne état à part quelques petites rayures, mais sans ça, ça va! Pour une récupération en sous-sol, ça va, j'ai vu pire..." déclaré Luc Picot, penché sur la table de restauration.

Des bobines retrouvées dans un sous-sol humide

C'est l'un des deux producteurs du film, Pierre-Alain Meier, qui a retrouvé les négatifs pour les sauver. "Hyènes, c'est quelque part le grand film de ma vie. Il m'a tellement marqué. Ce film m'a accompagné toute ma carrière. J'ai dit quelque part je suis allé si loin dans sa complexité à faire que j'y suis revenu tout le temps",  dit-il.
 

J'ai appris que le négatif se détériorait dans un sous-sol humide au nord de la France et donc  j'ai dit il faut faire quelque chose pour restaurer, sauver ce film pour la postérité. Pierre-Alain Meier, producteur

"Hyènes", film culte des années 1990

Second et dernier film de Djibril Diop Mambéty, "Hyènes" raconte la revanche d'une femme richissime de retour dans son village : "Linguère Ramatou est de retour à Colobane. On dit qu'elle est devenue très riche, plus que ne l'est la Banque mondiale, et s'apprête à offrir 10 milliards de francs à ses congénères. La condition : que son ancien amant soit tué."
 

La vie a fait de moi une putain, je veux faire du monde un bordel. Linguère Ramatou, personnage principal du film "Hyènes"

Adapté de "La Visite de la vieille dame", pièce de Dürrenmatt, "Hyènes" raconte le calvaire de Draman, épicier à Colobane, et de ses congénères. Une de ses  anciennes idylles, Linguère Ramatou, rentre d'un exil volontaire. Draman l’avait jetée dans l’opprobre après l'avoir engrossée. Elle se convertit alors à la prostitution dans divers pays occidentaux et, rentre, majestueuse, à Colobane. Elle est revenue au pays pour se venger de son ancien amant et laver son honneur. L’épicier a, jadis, payé de faux témoins pour rejeter la paternité de l’enfant qu’il lui avait fait.
 

Crédits
Djibril DIOP MAMBETY - Réalisation/Scénario 
Matthias KALIN - Images
Wasis DIOP - Musique
Loredana CRISTELLI - Montage
Oumou SY - Décors
Pierre-Alain MEIER / Alain ROZANES - Producteurs

Casting
Djibril DIOP MAMBETY
Ami DIAKHATE : Linguère Ramatou

Mansour DIOUF : Draman
Mahouredia GUEYE : le maire

Avec son second long-métrage après "Touki Bouki" (Le Voyage de la hyène), Djibril Diop Mambéty signe un film sur l’avidité, la lâcheté de tous les habitants d’un village qui perdent la tête... 

Au Festival de Cannes en 1992, Hyènes avait séduit les critiques pour la beauté de ses images, et l'audace de son propos. Corruption, colonialisme, conformisme social: le film du cinéaste sénégalais est une dénonciation sans concession, qui a marqué l'Histoire du cinéma africain. 

 

Un an de restauration chez Éclair

Les bobines de "Hyènes" étaient plutôt bien conservées, mises à part quelques rayures ou brûlures sur les négatifs... Chez Eclair, les restaurateurs ont retravaillé certains rouleaux de négatifs. Sur une bobine, par exemple, "la partie plastique avait eu quelques problèmes de rayures", raconte Pierre Boustoullier, chef de la division restauration d'Eclair. "La bobine trois a nécessité des traitements un peu particulier de numérisation."

Tous les négatifs ont été numérisés,  bobine par bobine, plan par plan, avant d'être étalonnés, sous la houlette du producteur. "Pierre-Alain, c'est lui qui a produit le film donc il savait exactement comment le film a été réalisé, quels problèmes il y a eu au moment du tournage qu'il voulait faire absolument disparaître comme défauts, et surtout ce à quoi le film devait ressembler à la fin", note Florence Paulin, chef de projet chez Eclair. 

Pierre-Alain Meier ne nous a pas demandé de refaire le film : c'était vraiment être respectueux du travail du réalisateur à l'époque.Florence Paulin, chef de projet chez Eclair

L'étalonnage a donc été l'occasion de corriger les défauts, d'effacer les traces du temps et parfois de sublimer certains plans, même si Hyènes n'en a eu nul besoin.  Aude Humblet, étalonneuse, a découvert le film pendant son travail : "c'est tout à coup une image qui vous raconte des histoires en que telle et qui vous fait un peu rêver... Il y a un vrai univers et des décors comme on ne connaît pas !"

Une nouvelle vie pour "Hyènes"

En 2018, 26 ans après sa présentation originelle à Cannes, la version restaurée de Hyènes a été projetée à Cannes Classics. L'occasion pour les festivaliers de découvrir ou redécouvrir le film de Djibril Dop Mambéty. Pour le producteur,"Hyènes" est un poème, un film inclassable d'un réalisateur libre. "Sauf oubli, c'est le dernier grand film populaire africain, il y en a eu d'autres qui ont été fait après, mais il y a eu une vraie identification du public, c'était l'époque où il y a eu d'autres réalisateurs comme Souleimane Cissé, Sambène Ousmane", rappelle Pierre-Alain Meier. 
 

ce film là a eu un succès inouï en Afrique et dans le reste du monde, et tout au long de ces années, cela a perduré. Je crois que c'était important pour qu'il continue d'exister à travers les décennies suivantes et cela se vérifie.Pierre-Alain Meier, producteur d'Hyènes

"Hyènes" est sorti en salles en France le 2 janvier 2019. Après la France, d'autres sorties en salles sont prévues, notamment aux Etats-Unis.