Aller au contenu principal
  1. Accueil
  2. Information
  3. Coronavirus au Maroc : "état d'urgence sanitaire" et confinement

Coronavirus au Maroc : "état d'urgence sanitaire" et confinement

Ce jeudi 19 mars, les autorités ont déclaré "", afin de restreindre les déplacements de la population. AP Photo/Mosa'ab Elshamy

Les autorités marocaines ont annoncé, ce jeudi 19 mars, décréter "l'état d'urgence sanitaire" pour restreindre au maximum les déplacements de la population, "seul moyen pour garder le coronavirus sous contrôle".

"L'état d'urgence sanitaire ne signifie pas l'arrêt de l'activité économique mais la prise de mesures exceptionnelles" pour limiter les déplacements, qui seront désormais soumis à obtention d'un "document officiel", ont indiqué les autorités marocaines, dans un communiqué.

Le Maroc reste encore relativement épargné par le virus, mais le nombre de cas déclarés est passé de 8 à 61 en une semaine, avec deux décès. Le pays compte deux centres de dépistage, et un numéro d'appel d'urgence a été mis en place.

Mercredi soir, le ministre de la Santé, Khalid Ait Taleb, avait déjà appelé la population à "limiter ses déplacements au maximum".
Le Maroc, qui compte 35 millions d'habitants, dispose d'une capacité d'accueil des malades potentiels de "1.642 lits de réanimation" dans le public et le privé.

Des limitations de déplacements sont entrées en vigueur ce mardi 17, au soir, après toute une panoplie de mesures préventives :
- suspensions des vols internationaux
- fermeture des écoles, des universités, des lieux culturels et sportifs
- fermeture des cafés, des restaurants, des commerces "non essentiels"
- fermeture des mosquées.

Quelques milliers de touristes étrangers, dont beaucoup de Français, sont toujours bloqués en attente d'un vol retour depuis la suspension des liaisons aériennes internationales et la fermeture des transports maritimes passagers la semaine dernière.
Près de 140 vols spéciaux ont permis de ramener 20.000 personnes, dont environ les deux tiers sont Français, selon une source diplomatiques jointe par l'AFP à Rabat.

Publicité