Aller au contenu principal
  1. Accueil
  2. Information
  3. Coronavirus : quels sont les pays confinés ?

Coronavirus : quels sont les pays confinés ?

Deux habitantes de Séville dansent à leur balcon alors que les festivités de la Feria de la ville andalouse ont été annulées. Espagne, le 25 avril 2020. © AP Photo/Miguel Morenatti

Après la Chine, l'Europe entame à son tour un déconfinement prudent. La France a levé son confinement le 11 mai dernier, emboîtant le pas à d'autres pays qui ont allégé les mesures pour éviter la propagation du Covid-19, comme l'Espagne et l'Italie. Quels sont les pays qui restent confinés ?

Plus de trois milliards de personnes ont été confinées, soit la moitié de la population mondiale.

Après la province chinoise de Hubei (qui a levé progressivement le confinement depuis le 25 mars) et sa capitale Wuhan, berceaux de l'épidémie de Covid-19, de plus en plus de pays ont pris des mesures coercitives pour confiner l'ensemble de leur population: l'Italie depuis le 9 mars, l'Espagne (14 mars), le Liban (15 mars), la République tchèque (16 mars), la France, Israël et le Venezuela (17 mars), et la Belgique (18 mars). 

Mais alors que des pays comme l'Italie prolongent leur confinement, la capitale chinoise Wuhan elle, commence a reprendre vie, avec la remise en service des transports le 8 avril. Dans cette ville où 11 millions d'habitants vivaient coupés du monde depuis fin janvier, le confinement général n'a quant à lui pas encore été levé et de nombreux contrôles restent en place.

  • A voir : à Wuhan, l'heure du déconfinement
Chargement du lecteur...

 

Dans cet article, nous recensons les pays, États, régions ou villes totalement confinés, avec interdiction de sortir de chez soi, sauf cas exceptionnels.

Face au Covid-19, le confinement en Afrique

 

  • Algérie

C'est Blida, froyer de l'épidémie de Covid-19 qui la première a été mise en confinement total à partir du 18 avri. Ce confinement a été allégé pour le Ramadan et transformé en couvre-feu. Les autorités ont prolongé le confinement, qui devait être levé le 29 avril a été finalement prolongé jusqu'au 14 mai. L'ensemble du pays est mis en confinement partiel, ce qui se traduit par un couvre-feu de 19h00 à 07h00 depuis le 4 avril. Ce couvre-feu a été allégé depuis le 24 avril, pour le Ramadan.

Et dans les neuf wilayas (préfectureds) les plus touchées par la pandémie, dont celle d'Alger, les couvre-feux ont été réduits de deux heures.

Le 19 mars, les autorités algériennes avaient ordonné la fermeture des cafés et restaurants dans les grandes villes, ainsi que la suspension de tous les moyens de transport en commun publics et privés à l'intérieur des villes et entre les wilayas, ainsi que du trafic ferroviaire.  Samedi 25 avril, le Premier ministre avait ordonné la réouverture de plusieurs commerces, dont les salons de coiffure, les pâtisseries et les magasins de vêtements et de chaussures, afin de "réduire l'impact économique et social de la crise sanitaire". Mais en raison du non-respect des règles d'hygiène et de distanciation sociale, notamment à Alger, ils ont denouveau été fermés début mai.

Le pays a aussi décrété la fermeture des écoles, des stades, des mosquées et de tous les lieux de rassemblements comme les salles des fêtes, ainsi que l'interdiction des manifestations et la suspension de toutes les liaisons aériennes et maritimes.

  • Afrique du Sud

L'Afrique du Sud a commencé ce 1er mai à alléger avec précaution le confinement qui a permis depuis cinq semaines de ralentir la progression de la pandémie de coronavirus. Un million et demi de personnes ont été autorisées à reprendre le travail, sous stricte protection sanitaire, dans des secteurs comme le bâtiment, le textile ou la maintenance. Mais l'essentiel des restrictions est resté en place. Avec plus de 5.600 cas et une centaine de morts, le pays le plus industrialisé d'Afrique subsaharienne est aussi, de loin, le plus touché par le Covid-19.

Le confinement mis en place le 27 mars avait peiné à être respecté, entraînant notamment une crise alimentaire.

Chargement du lecteur...
  • Botswana

Le président du Botswana Mokgweetsi Masisi, qui avait lui-même été contraint à deux semaines de quarantaine, a annoncé que le confinement sera prolongé jusqu'au 7 mai. Après cette prolongation, les mesures de confinement seront "progressivement allégées" pendant une période supplémentaire de deux semaines, a précisé le président. Le confinement doit être totalement levé le 30 mai.

Mokgweetsi Masisi avait été placé à l'isolement dès son retour de Namibie, où il avait assisté le 21 mars à la prestation de serment de son homologue namibien Hage Geingob. Enfreignant les règles de confinement imposées à la population depuis le 2 avril.

 

  • Congo-Brazzaville

Le président de la République du Congo, Denis Sassou Nguesso, a annoncé jeudi 30 avril la prolongation jusqu'au 15 mai du confinement pour enrayer la propagation du coronavirus.

Le Congo-Brazzaville (environ cinq millions d'habitants, 220 cas officiellement déclarés dont neuf décès et 19 guérisons) était initialement en confinement total depuis le 31 mars et jusqu'à ce 30 avril.

 

  • Kinshasa (RDC)

La Gombe, cœur politique, diplomatique et économique de la capitale Kinshasa, est en quarantaine du 6 au 20 avril. Les banques et les supermarchés ont pu rouvrir mais la date de la levée de l'isolement de la Gombe n'est pas encore connue. Pour y pénétrer il faut un laisser passer spécial.

Les quelque dix millions d'habitants de la capitale de la République démocratique du Congo devaient être placés en "confinement total". Prévu ce samedi 28 mars, face aux risques de propagation du coronavirus, le confinement a été reporté.

Dans le Nord-Kivu, trois villes majeures (Goma, Beni et Butembo) ont été isolées du reste de la province par les autorités afin de stopper la propagation du Covid-19 depuis le 7 avril.

Dans le Haut-Katanga, la ville de Lumumbashi et de Kasumbalesa ont été placées en confinement depuis le 28 avril. Kasumbalesa est une ville frontalière avec la Zambie, et point de passage des camions qui exportent les minerais congolais (cuivre cobalt) vers les ports de Tanzanie et  d'Afrique du Sud .

Coronavirus en RDC : l'impossible confinement à Kinshasa

Chargement du lecteur...
  • Gambie

Le président gambien Adama Barrow a annoncé dans le soirée du 19 mai une prolongation de 21 jours de l'état d'urgence permettant des mesures exceptionnelles pour combattre le Covid-19 dans ce petit pays d'Afrique de l'Ouest.

Le président a invoqué dans une allocution télévisée les pouvoirs conférés par la Constitution pour passer outre au refus opposé samedi par le Parlement à une demande de prolongation de 45 jours présentée par l'exécutif.

L'état d'urgence y remonte au 26 mars. Il avait été prolongé par le Parlement le 3 avril. Les autorités ont imposé des restrictions sur les marchés et les transports.

 

  • Au Kenya, Nairobi et Mombasa isolées

Le pays n'a pas imposé de confinement total, mais a instauré  un couvre-feu du crépuscule à l'aube et a bloqué les mouvements à l'entrée et à la sortie de Nairobi, de trois villes côtières et du comté de Mandera, dans le nord-est.
Depuis le 29 avril, les entrées et sorties de deux grands camps de réfugiés de Dadaab et Kakuma, qui abritent environ 400.000 personnes, sont interdites à compter de mercredi, a annoncé le ministre kényan de l'Intérieur, Fred Matiangi .

  • Libye

Le Gouvernement d'union nationale (GNA) avait annoncé à partir du 19 avril un confinement général de dix jours dans les zones qu'il contrôle dans l'ouest de la Libye, dont la capitale Tripoli, afin de limiter la propagation du nouveau coronavirus dans le pays en guerre. Cette mesure ne s'applique pas à l'est du pays contrôlé par le maréchal Khalifa Haftar, ainsi qu'à une grande partie du sud qui échappe au contrôle des deux camps rivaux. 

A présent, des mesures de couvre-feu sont en oeuvre avec des horaires variant selon l'état de propagation de la maladie.

 

  • Monrovia, la capitale du Liberia

La capitale devait restée confinée jusqu'au 24 avril pour combattre le Covid-19. Le président libérien George Weah a annoncé le 9 mai une prolongation de deux semaines du confinement dans la capitale Monrovia, tout en autorisant à partir du 15 mai l'ouverture des mosquées et églises avec limitations d'affluence. Outre le confinement de Monrovia et de trois autres régions, la circulation est interdite entre toutes les régions du pays pour tenter d'enrayer la propagation.
 

Chargement du lecteur...

 

  • Maroc

Le confinement est en vigueur depuis le 20 mars. Le 18 avril, les autorités ont prolongé cette mesure jusqu'au 20 mai. Lundi 18 mai, le chef du gouvernement marocain, Saâd-Eddine El Othmani a annoncé devant le Parlement une prolongation du confinement et de l'état d'urgence sanitaire de 3 semaines supplémentaires, jusqu'au 10 juin.

En prévision des célébrations religieuses de fin de ramadan, et de l’Aïd, le gouvernement entend lutter encore plus contre "les vecteurs" de propagation du Covid-19. « On ne veut que l’Aïd el-Fitr se transforme de fête en deuil », a déclaré le Chef du gouvernement. 

Le royaume n'avait pas hésité à faire sortir les chars de l'armée dans les rues de Rabat le dimanche 23 mars pour que les mesures soient vraiment appliquées. Les mosquées sont fermées depuis le vendredi 20 mars. Le port du masque est obligatoire depuis le 7 avril et le Royaume a mis en place des unités de fabrication :

Chargement du lecteur...

Le confinement modifiant profondément le déroulement Ramadan des chefs cuisiniers se sont organisés pour fournir des repas aux plus démunis comme on peut le voir ici :

Chargement du lecteur...
  • Île Maurice

Le confinement mis en place le 20 mars à l'île Maurice pour enrayer la propagation du coronavirus a été prolongé jusqu’au 1er juin, a annoncé le Premier ministre Pravind Jugnauth le 8 mai. Si les rassemblements religieux, politiques et syndicaux seront toujours interdits, les boulangeries, boucheries et poissonneries pourront à nouveau ouvrir le 15 mai. En revanches, les marchés, bars et centres commerciaux resteront fermés jusqu'au 1er juin, tandis que les écoles ne rouvriront que le 1er août.
Les plages restent interdites.

  • Nigeria

La ville de Lagos a pu reprendre une vie normale ce lundi 4 mai. Face à la pression sociale, après les violences et les pillages de ces dernières semaines, le gouvernement a décidé d'assouplir les mesures et de n'imposer qu'un couvre-feu de 19 heures à 6 heures du matin.

Les mégalopoles d'Abuja et Lagos étaient en confinement depuis lundi 30 mars. Le président Muhammadu Buhari avait pris les habitants de Lagos et d'Abuja de court, en annonçant dimanche soir une interdiction de "tout mouvement" pendant au moins 14 jours.

(RE)Lire : A Lagos, la faim est pire que le Covid-19

Ces deux États enregistrent la grande majorité de la centaine de contaminations officiellement enregistrée dans le pays.

Les habitants d'Ogun sont eux aussi confinés. Comme à Abudja, ils doivent respecter des mesures strictes de déplacement pour aller faire des courses un jour sur deux, depuis le 31 mars. 

 

  • Rwanda 

Le Rwanda a procédé ce lundi 4 mai à un déconfinement partiel et autorisé sa population à se déplacer durant la journée, après plus de six semaines de confinement pour freiner la propagation du coronavirus, a annoncé vendredi 1er mai le bureau du Premier ministre.

Rwanda : un déconfinement par étapes

Chargement du lecteur...

A partir du 4 mai, les Rwandais pourront se déplacer librement de 5 heures du matin à 20 heures et auront besoin en soirée d'une autorisation, selon un communiqué publié par le bureau du Premier ministre. Les transports en commun reprennent mais le port du masque est obligatoire
 

  • Sierra Leone

Le président de la Sierra Leone, Julius Maada Bio, a de nouveau décrété le confinement de la population à partir de dimanche 3 mai et pour trois jours en raison de la propagation du nouveau coronavirus dans le pays.
La Sierra Leone avait déjà annoncé une telle mesure début avril, également pour trois jours.

Dans un message posté sur son compte Twitter, le président invoquait les données épidémiologiques parmi d'autres facteurs qui montrent que le virus se transmet dans le pays par la voie dite communautaire, c'est-à-dire sans lien établi entre les nouveaux cas avec ceux déjà enregistrés.

Les autorités interdisent les déplacements entre les régions et imposent un couvre-feu nocturne, après avoir bouclé les frontières terrestres, supprimé les vols internationaux et fermé les écoles.

La Sierra Leone est restée préservée par le Covid-19 plus longtemps que la plupart des pays africains, avant d'annoncer son premier cas le 30 mars.
 

  • Zimbabwe

Depuis le 30 mars, les quelque 16 millions de Zimbabwéens sont confinés chez eux pour une période de 21 jours.  Le président Emmerson Mnangagwa a annoncé vendredi une nouvelle extension jusqu'au 17 mai du confinement imposé à la population pour tenter d'enrayer la progression de l'épidémie de coronavirus.

En Europe 

  • Allemagne

La première économie européenne a prévu de lever la quasi-totalité des restrictions imposées à partir de mars pour freiner la pandémie de nouveau coronavirus.
Football, écoles, grands magasins: l'Allemagne annonce de nouvelles étapes décisives de déconfinement qui augurent d'un retour progressif à la normale en mai dans ce pays figurant parmi les moins touchés par le nouveau coronavirus.

Cette levée des restrictions peut être engagée car après de premières étapes du déconfinement démarré le 20 avril, "le nombre de nouvelles infections" au coronavirus "est resté faible" et "aucune nouvelle vague" de contamination n'a été à ce jour observée, indique un projet d'accord entre Angela Merkel et les régions allemandes, dont l'AFP a eu copie. Ce texte doit être formellement approuvé dans le courant de la journée du mercredi 6 mai.

  • Autriche 

Le chef du gouvernement autrichien Sebastian Kurz a annoncé vendredi 20 mars que les mesures de confinement prises depuis une semaine dans le pays, où les déplacements sont drastiquement limités, seraient prolongées jusqu'au 13 avril. Une levée "progressive" des restrictions serait ensuite envisagée.

Depuis lundi 16 mars, quatre motifs sont tolérés pour quitter son domicile : nécessité professionnelle, ravitaillement, assistance à autrui et exercice physique. Il n'est toutefois pas nécessaire de présenter une attestation justifiant sa présence à l’extérieur.

L'Autriche a également fermé ou imposé des contrôles rigoureux à ses frontières tandis que le trafic aérien est quasi nul, le trafic ferroviaire considérablement réduit.

  • Belgique 

Le confinement est prolongé jusqu'au 3 mai. Aucun "événement de masse" ne pourra être organisé avant le 31 août, a annoncé mercredi la Première ministre Sophie Wilmès, ce qui aura des conséquences sur le sport belge, à commencer par  le football et le cyclisme.

Depuis le mercredi 18 mars, la population belge est invitée à rester à la maison, afin d'éviter la propagation du nouveau coronavirus. Le conseil national de sécurité ce réunit à 14 heures pour en décider ou pas le prolongement.

Seules seront autorisées les sorties pour aller chez le médecin, pour l'activité physique en plein air et dans quelques commerces jugés essentiels, notamment les pharmacies et les commerces d’alimentation.

Les voyages à l'étranger "qui ne sont pas considérés comme indispensables seront interdits jusqu'au 5 avril".

  • Les grandes villes de la Bulgarie

La ville de Bansko (dans le sud-ouest du pays) est confinée depuis le 17 mars, ses habitants ayant été placés en quarantaine pendant 14 jours. La Bulgarie a mis ses 27 plus grandes villes en quarantaine, avec interdiction d'y entrer et d'en sortir.

Les mesures de confinement très strict imposées par Sofia dès le 13 mars commencent à être assouplies avec l'autorisation des promenades dans les parcs, une ouverture prochaine des terrasses des cafés et des restaurants et une autorisation des déplacements à l'intérieur du pays à partir du 6 mai.

Les écoles et les crèches restent fermées ainsi que les universités.

Les frontières restent cependant fermées sauf pour les Européens de pays à faible propagation du virus et pour les ressortissants bulgares qui doivent toutefois respecter une quarantaine de deux semaines à leur entrée en Bulgarie.

  • Danemark

Le royaume a décidé de prolonger ses mesures de semi- confinement jusqu'au 13 avril. Tous les Danois sont confinés depuis le 11 mars. Dès le 4 mai, les centres commerciaux sont ouverts. Les collèges et les restaurants rouvrent le 18 mai.  Le service des prêts des bibliothèques, ainsi que les activités associatives, notamment sportives, en extérieur, seront à nouveau autorisés à partir du 18 mai, date à laquelle les lieux de culte pourront eux aussi à nouveau ouvrir.  Les footballeurs professionnels reprennent l'entraînement

  • Espagne  

Tous les Espagnols sont de nouveau autorisés à sortir de chez eux depuis samedi 2 mai pour se promener ou faire du sport après 48 jours de confinement très strict pour freiner l'épidémie de coronavirus. Les masques sont obligatoires dans les transports en commun depuis ce lundi 4 mai.

Après avoir déjà permis aux enfants de moins de 14 ans de sortir depuis le 26 avril, le gouvernement a de nouveau allégé les conditions du confinement imposé depuis le 14 mars, qui était l'un des plus stricts au monde. Cependant le masque est obligatoire pour tous les enfants à partir de 6 ans dans la rue ou dans les lieux publics comme les magasins quand il n'est pas possible de garder ses distances, selon un décret publié mercredi 20 mai.

Les 46 millions d'Espagnols ne pouvaient jusque là sortir de chez eux que pour des activités, là encore, essentielles : se rendre au travail ou à la pharmacie et faire des courses alimentaires et ce, pour une période minimum de 15 jours. Contrairement aux autres pays européens.

Très progressif, le plan de déconfinement de l'Espagne, l'un des pays les plus endeuillés par la pandémie de coronavirus, doit s'étaler jusqu'à fin juin. Il comporte quatre phases qui seront mises en oeuvre à des rythmes différents dans chaque région en fonction de l'évolution de l'épidémie. Madrid et Barcelone, les deux plus grandes villes espagnoles, ne passeront pas lundi 11 mai à la nouvelle étape du déconfinement contrairement à d'autres régions où les terrasses pourront rouvrir et les gens se réunir avec leurs proches, a annoncé vendredi le gouvernement.

Les frontières avec la France et le Portugal sont fermées, en collaboration avec ces deux voisins.

  • France  ( une partie de la Guyane française et le département de Mayotte)

Le gouvernement a prolongé l'état d'urgence sanitaire jusqu'au 10 juillet. Ce 14 mai, une commune de la Guyane française ainsi que le département de Mayotte, situé dans l'océan Indien, restent confinés.

A la frontière fluviale de l'Amazonie brésilienne, Saint-Georges de l'Oyapock a 37 cas de Covid-19 confirmés pour 4.220 habitants et une propagation qui augmente. Une conséquence de la gestion de la crise du président brésilien Jair Bolsonaro ? A Saint-Georges, les relations sont régulières avec la rive brésilienne. Deux tiers des habitants sont d'ailleurs d'origine brésilienne.

A Mayotte, le conseil scientifique recommande "le maintien du confinement jusqu’au décours du pic épidémique local" et "la limitation stricte du nombre d’arrivants", dans un 2e avis rendu mercredi 13 mai à Annick Girardin, la ministre des Outre-mer.

Prolongé d'abord jusqu'au 15 avril, le confinement a pris partiellement fin le 11 mai, avec la réouverture des écoles, comme annoncé par Emmanuel Macron. 

À (re)lire : Coronavirus en France : le confinement prolongé jusqu'au 11 mai a annoncé Emmanuel Macron

Chargement du lecteur...

 
Une telle mesure de confinement est inédite dans l'histoire de France. Jamais le gouvernement n'a demandé à sa population de se confiner à son domicile à longueur de journée et pour une période indéterminée, comme c'est le cas actuellement.
 

Entre le 17 mars à midi et le 11 mai, les Français devaient être munis d'une attestation officielle motivant leurs déplacements pour circuler, sous peine d'une amende de 135 euros. Tout comme l’Italie, les rassemblements étaient interdits mais le sport et la marche individuelle, à proximité du domicile, étaient tolérés. Seuls cinq cas de figures permettaient de sortir de chez soi.

À (re)lire : Que peut-on faire ou ne pas faire dans la France confinée ? 
 

  • Grèce 

Un confinement général est mis en place depuis le lundi 23 mars. Mais le gouvernement envisage un déconfinement progressif avec la réouverture depuis lundi 4 mai des petits commerces et des salons de coiffure. Les sites archéologiques, dont l'emblématique Acropole d'Athènes, vont rouvrir le 18 mai. Mais les musées resteront fermés jusqu'en juin. Le nombre de visiteurs sera réduit afin de faire respecter les normes de distanciation sociale.
 

  • Irlande

L'Irlande a décidé de prolonger jusqu'au 18 mai le confinement décrété pour freiner la propagation du nouveau coronavirus. Le confinement, entré en vigueur le 28 mars, devait expirer mardi 5 mai. Quant aux écoles de l'île, elles ne rouvriront qu'en septembre.

 

  • Italie

Encouragées par l'annonce dimanche 3 mai de 174 décès en Italie en 24 heures, le nombre le plus faible depuis le début du confinement, les autorités italiennes ont entamé le lundi 4 mai un allègement attendu par tous, pour faire repartir une économie mise à genoux par la maladie.

Cette ouverture reste très prudente: pas de commerces de détail, pas de bars ni de restaurants, télétravail encouragé, pas de réunion de famille même s'il sera possible d'aller voir ses proches vivant dans la même région, distanciation sociale maintenue y compris dans les transports, pas de rassemblement, pas de pique-nique au parc...

  • Pologne

Des mesures de confinement généralisé ont été mises en place jusqu’au 11 avril inclus, sauf pour se rendre sur son lieu de travail, faire des courses de première nécessité, aller à la pharmacie, sortir son animal de compagnie, ou s’occuper des proches.

Comme dans de nombreux autres pays européens, les rassemblements sont interdits et sont limités à deux personnes à l'exception des familles. Les célébrations religieuses peuvent accueillir cinq personnes maximum. Les élections présidentielles qui devaient avoir lieu dimanche 10 mai ont été annullées.

  • Royaume-Uni

Le Premier ministre britannique Boris Johnson a déclaré dimanche 10 mai, dans une allocution télévisée que ce n’était "pas le moment, cette semaine, de mettre fin au confinement", commencé fin mars. Les restrictions imposées devront donc rester en vigueur au moins jusqu’au 1er juin.
 

Les habitants de l'Angleterre sont donc autorisés à partir de ce mercredi 13 mai à sortir davantage de chez eux et encouragés à se rendre au travail s'ils ne peuvent travailler de chez eux, un premier assouplissement modeste du confinement en place depuis fin mars au Royaume-Uni.

La pandémie a fait plus de 32.000 morts testés positifs dans les hôpitaux et maisons de retraite selon le dernier bilan des autorités sanitaires mardi 12 mai.

Chargement du lecteur...

 

  • Suisse

La Suisse a annoncé jeudi 16 avril un déconfinement "lent" et "progressif" à partir du 27 avril, grâce au ralentissement de la pandémie de Covid-19 dans le pays qui dénombre plus d'un millier de décès.

Le desserrement des mesures de restriction mises en place début mars, moins contraignantes que celles adoptées par la France voisine, est rendu possible par une amélioration de la situation sanitaire et doit permettre de relancer l'économie, a expliqué la présidente, Simonetta Sommaruga, au cours d'une conférence de presse.

Le pays frontalier avec quatre pays européens tous en confinement a mis en place des mesures restrictives alors qu'un groupe de professionnels de la santé a lancé un appel dès le 25 mars pour que le gouvernement fédéral applique cette mesure.

 

Ailleurs dans le monde

  • Arabie saoudite

Un confinement de cinq jours pour les célébrations de l'Aïd al-Fitr a été déclaré, du 23 au 27 mai. Le royaume saoudien est le pays arabe du Golfe le plus touché par le nouveau coronavirus avec 57 345 cas dont 320 décès.
Mais, depuis le 26 avril l'Arabie saoudite avait assoupli le couvre-feu total de 24 heures mis en place dans la plupart des régions, et les habitants pouvaident sortir entre 09H00 et 17H00. Les centre commerciaux ont rouvert depuis le 13 mai. Les deux villes saintes de Médine et La Mecque restent en quarantaine et le hajj, le pélérinage dans les lieux saints est toujours suspendu.
 

  • Géorgie

Mardi 14 avril, le Premier ministre Guiorgui Gakharia a ordonné le prolongement du confinement et d'un couvre-feu jusqu'au 22 mai.

La fermeture des entrées et sorties de quatre grandes villes - Tbilissi, Roustavi, Batoumi et Koutaïssi- avait été décrétée pour 10 jours à compter de mercredi 15 avril.

Mais le 7 mai, le Premier ministre a annoncé un plan de déconfinement progressif. Le pays va notamment rouvrir ses frontières aux touristes à partir de juillet, et le tourisme intérieur sera rétabli à partir de mi-juin.
 

  • Inde

Le Premier ministre indien Narendra Modi a ordonné mardi 24 mars un confinement total de l'Inde. Cela correspond à 1,3 milliard d'habitants. Annoncé pour une période de trois semaines, le confinement a déjà été prolongé deux fois. Il s'étend désormais jusqu'au 17 mai.
 

Chargement du lecteur...

Coronavirus en Inde : des millions de travailleurs migrants rentent chez eux
 

Chargement du lecteur...

 

  • Irak

Les déplacements sont interdits dans l'ensemble du pays, selon une décision de la cellule de crise chapeautée par le ministère de la Santé prise mi-mars. Les autorités ont aussi fermé aéroports, frontières, universités, centres commerciaux, restaurants et chantiers. Mais les couvre-feux de 18h à 6h et les interdictions de rassemblements ne sont pas respectées, notamment en cette période de ramadan. L'Irak connait 2603 cas confirmés de Covid-19 et 104 morts.

 

  • Liban

Le pays a éé reconfiné quatre jours, entre les 13 et 17 mai, après une augmentation des cas de Covid-19.

Chargement du lecteur...

Le pays avait déjà multiplié les précautions : fermeture de l'aéroport et des restaurants, couvre-feu nocturne et interdiction des rassemblements dans les lieux de culte.
Pendant le confinement, des manifestations contre la situation économique dans le pays avaient éclaté.

Liban : la contestation de retour malgré le Covid-19 :

Chargement du lecteur...

 

  • Israël 

Israël a fermé ses frontières à tous les étrangers, à l'exception des résidents, afin de combattre l'épidémie du nouveau coronavirus.

L'Etat hébreu a aussi interdit mardi 17 mars les déplacements "non-essentiels". Les habitants ne peuvent sortir de chez eux que pour "aller acheter de la nourriture et des médicaments, consulter un médecin ou se rendre à leur travail, où il ne doit pas y avoir plus de 10 personnes ». Mais ce confinement est difficile à faire respecter comme on le voit ici :
 

Chargement du lecteur...

En accord avec les autorités palestiniennes, l'organisme israélien chargé des activités civiles dans les Territoires palestiniens a par ailleurs annoncé mercredi 18 mars que les étrangers résidant en Israël ne seront pas autorisés à entrer en Cisjordanie occupée, où 44 cas de personnes contaminées ont été recensés.

 

  • Russie

La Russie a prévu de lever le confinement le 12 mai prochain. Des dépistages vont être effectués et le port du masque de protection et des gants imposés, notamment dans les transports.

Le plus grand pays du monde dénombre ce 9 mai 198.676 cas détectés, dont 10.817 recensés en 24 heures, selon les autorités. La Russie est le cinquième pays le plus touché en terme de contaminations, derrière les Etats-Unis, l'Espagne, l'Italie et le Royaume-Uni

Moscou reste le foyer principal de la contamination. La grande majorité de la population moscovite restera donc confinée au moins jusqu'au 31 mai, l'essentiel des bureaux et des commerces ainsi que tous les restaurants et les services à la personne demeureront fermés. 
 

  • Turquie

La Turquie a instauré le confinement pour toute personne revenant d'un séjour à l'étranger et pour toutes les personnes âgées de 65 ans et au-delà, ainsi que les personnes souffrant de maladies chroniques (cardiaques et pulmonaires notamment).

Une « une interdiction de sortir dans la rue du 16 au 19 mai » pour prévenir la propagation du coronavirus, par le président Erdogan. 

Les autorités turques ont décidé vendredi 10 avril dans la soirée une interdiction de sortie stricte pour deux jours. Prise par surprise, la population s’est ruée pendant la nuit dans les magasins.

Le week-end des 18 et 19 avril, un nouveau confinement obligatoire était déclaré dans les 30 plus grandes villes turques.

  • 21 États aux Etats-Unis

Face à une crise économique majeure, de nombreux états ont annoncé l'assouplissement des mesures de confinement et la réouverture de certains commerces et entreprises.

Chargement du lecteur...

La Californie a prévu d'assouplir ses mesures de confinement la semaine du 4 mai. Cet Etat avait été le premier a décrété un confinement total le 19 mars. Le gouverneur de l'État, Gavin Newsom, a pris le premier l'une des mesures les plus drastiques aux États-Unis depuis le début de la crise du coronavirus. La directive n'a pas de date de fin. Mais il travaille de concert avec ses voisins du Colorado, Nevada, Oregon, et Washington pour une réouverture progressive.

Le 20 mars, le gouverneur de l’Etat de New York, Cuomo, emboîtait le pas à l’ « État doré ». Toutes les activités non essentielles se sont arrêtées depuis le dimanche 22 mars et tout rassemblement est également interdit. New York est devenu une ville fantôme :

Chargement du lecteur...

Il n'y a que huit états, très ruraux, qui n'ont pas imposé un confinement. Il s'agit de l'Arkansas, l'Iowa, le Nebraska, le Dakota du Nord, le Dakota du Sud, le Wyoming, l'Utah et l'Oklahoma.

 

  • Chine

La province chinoise de Hubei et sa capitale Wuhan, berceaux de l'épidémie de Covid-19,  ont été coupées du monde depuis fin janvier. Le confinement a été levé le 7 avril.

Les restrictions aux déplacements ont été allégées le 14 mars pour les plus de 50 millions d’habitants.

  • Philippines 

Depuis la mi-mars, des mesures de confinement ont été imposées sur l'Ile de Luzon, où se situe Manille. Au total, 60 millions de Phillipins sont confinés. 

Le président philippin Rodrigo Duterte a par ailleurs demandé aux forces de l'ordre d'abattre toute personne à l'origine de "troubles" dans les régions placées en confinement en raison de la pandémie de coronavirus. Des propos qui ont ensuite été tempérés par des responsables philippins.
 

Les Philippins ne peuvent plus assister aux obsèques de leurs proches, les morts du Covid-19 sont incénérés sans que les parents n'ait pu voir leur corps, ce qui est particulièrement douloureurs pour ce peuple dont la très grande majorité est catholique pratiquante.

Les pays confinés en Amérique latine

 

  • Argentine 

L'Argentine a décrété jeudi 19 mars le confinement "préventif et obligatoire" de la population, soit quelque 44 millions de personnes. Le confinement est prolongé à Buenos Aires et dans sa périphérie jusqu'au 24 mai pour contenir l'épidémie de coronavirus, alors que le reste de l'Argentine pourra se rouvrir en fonction des décisions des autorités locales, a annoncé vendredi le président Alberto Fernandez.

L'Argentine est le deuxième pays d'Amérique latine, après le Venezuela, à décider de ces mesures.

  • Bolivie 

Le pays va assouplir les mesures de confinement obligatoire à partir du 11 mai, mais maintiendra fermées ses frontières terrestres et aériennes jusqu'à la fin de ce même mois, a annoncé mercredi la présidente Jeanine Añez. 

  • Les États de Sao Paulo et Rio de Janeiro (Brésil)

Au Brésil, où le président d'extrême droite Jair Bolsonaro n'a eu de cesse de minimiser l'épidémie et de dénoncer l'"hystérie" autour du Covid-19, les gouverneurs des deux Etats les plus touchés, Sao Paulo et Rio de Janeiro, ont pris eux-mêmes l'initiative de mesures de restrictions.

L'Etat de Sao Paulo, s, qui comptabilise déjà 15 morts, sera en e gouverneur de l'Etat de Sao Paulo Joao Doria, le plus touché par le coronavirus au Brésil, avec 41 000 cas sur 45 millions d'habitants, a annoncé vendredi 8 mai la prolongation du confinement jusqu'au 31 mai, en dépit des pressions du président Jair Bolsonaro en vue d'un retour au travail des Brésiliens.

Les peuples autochtones de l'Amazonie sont très inquiets face à la pandémie :
 

Chargement du lecteur...

 

  • Chili

Toute la population de la capitale du Chili, Santiago, va être confinée à partir du vendredi 15 mai à 22 heures.

Le confinement a été ordonné mercredi 13 mai par le gouvernement, après une augmentation des cas de Covid-19 - 2.260 nouveaux cas, dont 12 mortels.

Le Chili avait jusqu'à présent opté pour une stratégie de confinement sélectif face à la pandémie, le limitant aux zones les plus touchées.

C'est aussi le pays d'Amérique latine ayant fait subir le plus de tests - 14.000 par jour et environ 200.000 au total - à sa population pour détecter les personnes atteintes par le nouveau coronavirus.
 

Chargement du lecteur...

 

  • Colombie

Le confinement imposé en Colombie depuis six semaines contre la pandémie de coronavirus va être à nouveau prolongé de deux semaines jusqu'au 25 mai, avec toutefois quelques assouplissements, a annoncé mardi le président Ivan Duque. Les secteurs de la construction et de l'industrie manufacturière ont déjà été autorisés à reprendre leurs activités, à condition de mettre en place des "protocoles" de bio-sécurité, et les adultes peuvent pratiquer une activité sportive individuelle en début de matinée. Par ailleurs, les enfants de six à 17 ans seront autorisés à sortir trois fois par semaine durant une demi-heure. Mais les personnes de plus de 70 ans, jugées très vulnérables au virus, restent confinées jusqu'au 31 mai.
Le port d'un masque est obligatoire dans les transports en commun, les taxis, les supermarchés et les banques.
Et certaines villes comme la capitale Bogota, où le confinement a été imposé dès le 20 mars, ont en outre mis en place des limitations de circulation par genre, les hommes pouvant sortir les jours impairs, les femmes les jours pairs.
 

  • Équateur

L'Equateur a prolongé jusqu'au 15 juin l'état d'exception, qui permet confinement de la population et couvre-feu, en raison de la pandémie de coronavirus dans ce pays comptant près de 32.000 cas confirmés, dont 1.500 morts, a annoncé mardi le président Lenin Moreno.

On ne sait plus comment enterrer les morts comme on peut le voir ici :

Chargement du lecteur...
  •  Mexique

Le Mexique avait mis en place des mesures de confinement stictes le 23 mars. Le gouvernement espérait lever ces mesures d'isolement et de fermeture des commerces non essentiels le 30 mai, mais même s'il pense avoir atteint le pic des contamination, ce confinement sera prolongé de 15 jours.

Le président Andrés Manuel López Obrador a pourtant déjà prévu de réactiver des secteurs économiques clés tels que la construction, les mines et l'industrie automobile, à partir de la mi-mai, "si les autorités sanitaires nous le permettent"
 

  • Panama

Le Panama qui compte à ce jour (9 mai) 8000 cas de Covid-19 a fermé ses frontières, suspendu l'instruction, interdit l'entrée aux étrangers, mis en place un confinement obligatoire, avec des sorties limitées à deux heures par jour pour les achats essentiels, et décrété des jours de sortie distincts pour hommes et femmes.

Les hommes sont autorisés à quitter leur domicile pour se rendre au supermarché ou à la pharmacie le mardi, le jeudi et le samedi, tandis que les femmes peuvent le faire le lundi, le mercredi et le vendredi. Et le dimanche, personne ne sort, sans exception. 

  • Pérou 

 L'état d'urgence sanitaire a été décrété le 15 mars au Pérou, deuxième pays le plus affecté de la région derrière le Brésil. La population est confinée jusqu'au 10 mai et les commerces non essentiels gardent portes closes. Les écoles et les universités restent fermées étant donné l'ampleur de l'épidémie de nouveau coronavirus dans le pays a annoncé le président Vizcarra le 6 mai dernier.
 

  • A voir : la vie des français confinés à Cuzco
Chargement du lecteur...

  

 

  • Salvador

Le gouvernement du Salvador a prolongé mardi soir le confinement de la population jusqu'au 6 juin. Le décret gouvernemental permet aux Salvadoriens de seulement aller faire des courses alimentaires et de se rendre dans les supermarchés et les banques.

Il interdit de circuler tous les transports en communs, car ils restent "le lieu d'une contagion importante pour le Covid-19", a déclaré à la presse le secrétaire juridique de la présidence, Conan Castro.

Le Salvador compte 1.498 cas de coronavirus, pour 30 morts.

Le confinement avait été décrété pour la première fois dans ce pays d'Amérique centrale le 21 mars.

 

  • Venezuela 

Le gouvernement vénézuélien a annoncé lundi 16 mars la mise en "quarantaine totale" du pays. Cette dernière est effective depuis mardi.

Les activités professionnelles sont suspendues, sauf celles liées à la distribution alimentaire, la sécurité policière et militaire, ainsi que les services sanitaires et les transports.

La quarantaine intervient après la suspension des cours à tous les niveaux et l'interdiction de l'arrivée au Venezuela de vols en provenance d'Europe, de Colombie, de la République dominicaine et du Panama.

Publicité