Aller au contenu principal
  1. Accueil
  2. Information
  3. Corruption en Algérie : ouverture du procès en appel de l'homme d'affaires Ali Haddad, proche de Bouteflika

Corruption en Algérie : ouverture du procès en appel de l'homme d'affaires Ali Haddad, proche de Bouteflika

L'ex-patron des patrons Ali Haddad lors d'un forum économique Algérie-France à Alger, dimanche 7 février 2018. ©AP Photo/Anis Belghoul

Le procès en appel de l'homme d'affaires algérien Ali Haddad, ancien omnipotent patron des patrons lié à l'ex-président déchu Abdelaziz Bouteflika, condamné pour corruption, s'est ouvert ce dimanche 11 octobre devant la Cour d'Alger après plusieurs reports.

M. Haddad, incarcéré depuis mars 2019, est poursuivi pour corruption, dont l'obtention de privilèges et d'avantages en violation de la législation, dilapidation de deniers publics, abus de fonction, conflit d'intérêts et corruption dans la conclusion de marchés publics.

En première instance, il a été condamné début juillet à 18 ans de prison ferme.

Ses frères -- Omar, Meziane, Sofiane et Mohamed -- ont été condamnés à quatre ans d'emprisonnement. Les biens de la famille Haddad ont été saisis et leurs comptes bancaires gelés. 

Deux ex-Premiers ministres de M. Bouteflika, Ahmed Ouyahia et Abdelmalek Sellal, qui étaient déjà derrière les barreaux pour d'autres scandales de corruption, ont également été condamnés chacun à 12 ans de prison dans la même affaire.

En outre, sept anciens ministres s'étaient vu infliger des peines allant de deux à cinq ans de prison. Un huitième, Abdeslam Bouchouareb (Industrie et Mines), en fuite à l'étranger, avait pris 20 ans.

Prévu initialement le 20 septembre, le procès avait été reporté une première fois au 27 septembre à la demande des avocats de la défense puis une seconde fois en raison d'un boycott par les avocats des audiences prévues dans tous les tribunaux dépendant de la Cour d'Alger.

Fondateur et PDG d'ETRHB, première entreprise privée du BTP en Algérie et attributaire de gigantesques contrats publics, M. Haddad est apparu comme l'un des symboles des liens troubles entre certains milieux d'affaires et l'entourage de M. Bouteflika, qui a démissionné en avril 2019 sous la pression d'un mouvement de contestation et de l'armée.

Considéré comme l'un des principaux financiers des dernières campagnes électorales de M. Bouteflika, M. Haddad avait été condamné en appel fin mars à quatre ans de prison à l'issue d'un autre procès pour corruption.

Ex-dirigeant de la principale organisation patronale algérienne, le Forum des chefs d'entreprises (FCE), de 2014 à mars 2019, il avait été arrêté à un poste-frontière avec la Tunisie en possession de deux passeports et condamné en juin 2019 à six mois de prison pour détention illégale des deux documents de voyage. 

 

Publicité