Côte d'Ivoire : quatre morts dans l'incendie d'une maison lors de troubles à Toumodi

Image
Côte d'Ivoire : quatre morts dans l'incendie d'une maison lors de troubles à Toumodi (1)
Un enfant passe en courant devant une station de police détruite et des véhicules incendiés, début 2020, lors d'une manifestation contre la décision du président Alassane Ouattara de se présenter à un troisième mandat. Bonoua, Abidjan, 30 octobre 2020. 
AP Photo/Leo Correa
 
Mis à jour le
12 janvier 2021 à 12:35
par TV5MONDE avec AFP
En Côte d'Ivoire, quatre personnes d'une même famille sont mortes dans l'incendie de leur maison à Toumodi, a-t-on appris lundi auprès de plusieurs habitants. Des affrontements ont éclaté entre des jeunes pro-opposition et des jeunes favorables au président Ouattara, au lendemain de l'élection présidentielle. Plusieurs maisons auraient été incendiées. 

Quatre personnes d'une même famille sont mortes dans l'incendie de leur maison lors de troubles dimanche à Toumodi, à une quarantaine de kilomètres de Yamoussoukro (centre), au lendemain de l'élection présidentielle en Côte d'Ivoire, a-t-on appris lundi auprès de plusieurs habitants.

"Une dizaine de maison ont été brûlées. Deux camions aussi. Des restaurant, boutiques maquis (restaurants-bars à ciel ouvert) ont été cassés. Il y a d'important dégâts", précise un proche de la famille décédée. "Les quatre personnes calcinées sont en train d'être enterrées", a précisé un autre habitant alors qu'il se trouvait au cimetière. D'après des témoignages concordants, des heurts ont eu lieu samedi le jour du vote entre les jeunes de l'ethnie locale baoulé (réputée pro-opposition) et des jeunes de l'ethnie dioula (du Nord, traditionnellement favorable au président Ouattara). 

Après une accalmie, les affrontement ont repris dimanche de manière plus violente. 

"Notre crainte maintenant c'est que les jeunes d'ici (baoulés) ne veulent pas laisser ce crime impuni et s'attaquent à eux (les Dioulas)", a précisé un habitant. 

Au moins cinq autres personnes sont mortes dans des violences depuis le jour du vote: trois à Tehiri (centre-ouest), près de Gagnoa, le fief de l'ex-président Laurent Gbagbo, une à Oumé, également près de Gagnoa, et au moins un à Tiebissou, près de Yamoussoukro, où le maire fait état de quatre morts. 

Le pays attend le résultat de l'élection qui doit être annoncé prochainement et qui devrait voir l'élection du président Alassane Ouattara pour une troisième mandat controversé, l'opposition ayant boycotté le scrutin et appelé à la désobéissance civile. Une trentaine de personnes sont mortes dans des violences, avant le scrutin qui a été marqué par de nombreux troubles dans la moitié sud du pays.