Aller au contenu principal
  1. Accueil
  2. Information
  3. Coupe de la Confédération : Le Zamalek retrouve les honneurs

Coupe de la Confédération : Le Zamalek retrouve les honneurs

Le Zamalek a remporté la Coupe de la Confédération en battant la RS Berkane (1-0, 5-3 tab), dimanche à Borg El Arab. Le club égyptien met ainsi fin à seize années de disette au niveau continental. Retour sur une campagne victorieuse.

Le Zamalek a fait le strict nécessaire pour conquérir la Coupe de la Confédération aux dépens de la Renaissance sportive de Berkane. Sur la pelouse du stade de Borg El Arab, dans la périphérie d’Alexandrie, les Chevaliers Blancs se sont imposés (1-0) dans la nuit de dimanche à lundi grâce à un penalty transformé par Mahmoud Alaa (55eme), qui leur a permis de refaire leur retard sur leur adversaire marocain. Le sort de cette 16eme édition s'est donc joué aux tirs au but. Et à ce petit jeu, force est restée aux hôtes, qui n'ont pas manqué une seule tentative (5-3 dans la série fatidique). Le Zamalek empoche au passage 1,25 million de dollars, contre 625.000 dollars pour la RS Berkane. Les Chevaliers Blancs connaîtront le week-end prochain leurs adversaires de la Super Coupe de la CAF Total. Il s'agira soit de l'Espérance de Tunis soit du Wydad Casablanca, opposés en finale retour de la Ligue des Champions. La manche aller, disputée vendredi à Rabat, s'est soldée par un match nul (1-1).

Une stratégie délibérément défensive


Le Zamalek recueille ainsi les fruits d’une stratégie délibérément défensive, adoptée après la claque inaugurale subie en phase de poules sur la pelouse des Kényans de Gor Mahia (4-2). Suite à cette lourde défaite, l'entraîneur suisse Christian Gross s'est employé à resserrer les boulons et a transformé l'équipe égyptienne en coffre-fort défensif. Résultat : l'équipe n'a encaissé qu'un seul but loin de ses bases depuis, inscrit par le Togolais Kodjo Fo Doh Laba à la 94eme minute de la finale aller. Il en fallait davantage pour faire douter une équipe habituée à recueillir chez elle les fruits de sa solidité en déplacement. "Nous sommes menés 1-0 et nous devons jouer. Nous devons garder nos émotions sous contrôle et attaquer du mieux que nous pouvons", avait dit Christian Gross avant la manche retour. Ses hommes ont parfaitement mis en musique ce message d'avant-match, face à un adversaire inexpérimenté à ce niveau, qui eut du mal à maîtriser ses nerfs et termina la rencontre à dix.

Le retour d'un géant d'Afrique


En remportant la Coupe de la Confédération pour la première fois de son histoire, le Zamalek met fin une période de seize ans sans titre continental. Le dernier remontait en effet à 2003, quand les Egyptiens avaient remporté la Super Coupe de la CAF. Nanti d'un imposant palmarès avec 12 titres de champion national et 10 sacres à l'échelon africain, le club espère entamer un nouveau cycle positif avec cette victoire, qui représente une forme de camouflet pour la Confédération africaine de football. Au contraire de la RS Berkane, club du président de la FRMF et proche d'Ahmad Fouzi Lekjaa, le Zamalek est présidé par le bouillant voire incontrôlable Mortada Mansour. Coutumier des menaces et des esclandres, le dirigeant de 66 ans a toujours entretenu des rapports compliqués voire conflictuels avec les instances, qu'elles soient nationales ou continentales. Avant la finale, le président du Zamalek avait ainsi accusé son homologue de la RS Berkane d’avoir "arrangé" la qualification de l’équipe marocaine aux dépends du CS Sfaxien. Il n'est pas dit que cette victoire contribue à l'apaiser.

Publicité