Aller au contenu principal
  1. Accueil
  2. Information
  3. Egypte : Salah et l'autobus

Egypte : Salah et l'autobus

L'Egypte va se présenter en Russie avec sa star, Mohamed Salah, mais sans certitudes quant à son état de santé. Solides défensivement, les Pharaons espèrent voir leur atout majeur rétabli à temps. Mais ont-ils un plan B si ce n'est pas le cas ?

Avec neuf défenseurs et autant de milieux de terrain, pour seulement deux attaquants, la stratégie du sélectionneur Hector Cuper est claire : bétonner derrière et espérer un exploit de Mohamed Salah aux avant-postes. Pour sa troisième participation au Mondial, l'Egypte va se présenter pour la première fois avec une équipe qui possède plus de joueurs exilés que de locaux. Confrontés à des recettes en chute libre depuis les soubresauts de la révolution, les clubs égyptiens se sont mis à vendre leurs meilleurs éléments en Europe pour équilibrer leurs comptes. En atteste la forte colonie venue de Premier League, menée par Ali Gabr, Ahmed Hegazy, Mohamed Elneny ou Ahmed Elmohamady, mais aussi la présence dans les 23 de joueurs évoluant en Arabie Saoudite, en Grèce, en Turquie et même en MLS, avec le latéral droit Omar Gaber, sociétaire du Los Angeles FC. Cette somme d'expériences sera-t-elle suffisante pour se sortir d'un groupe équilibré où se trouve également le pays organisateur, l'Uruguay et l'Arabie Saoudite ? Devant l’épaisse glue défensive du très restrictif coach argentin, seul Mohamed Salah semble détenir la réponse. Une dépendance qui pourrait s'avérer dangereuse pour ce pays qui retrouve le rendez-vous planétaire après une longue absence (28 ans) durant laquelle son palmarès s'enrichit de quatre Coupes d'Afrique des Nations.

Qui pour suppléer Salah ?


La blessure de Mohamed Salah en finale de la Ligue des Champions a beaucoup fait parler. Si la différence a été énorme pour Liverpool sans sa star, l'impact qu'a l'ailier droit sur son équipe nationale est encore plus important. Sans lui, c'est tout le secteur offensif qui est orphelin. On avait pu s'en rendre compte lors du match amical face à la Grèce en mars dernier, pour lequel le joueur de 25 ans était laissé au repos. On le voit encore depuis le début des matchs de préparation des Pharaons : face au Koweït (0-0), à la Colombie (0-0) puis à la Belgique (0-3), les Pharaons n'ont pas réussi à marquer le moindre but. Les forces en présence ne laissent que peu de marge au staff technique. Seul avant-centre de métier parmi les 23 sélectionnés, Marwan Mohsen marque en moyenne un but tous les 3,5 matches en championnat d'Egypte. Cela risque d'être un peu court pour un Mondial. Arrivé en Premier League il y a deux étés avec une étiquette de prodige, Ramadan Sobhi a laissé depuis, les observateurs sur leur faim. Et si « Trezeguet » brille enfin, c'est à Kasimpasa (Turquie) et non dans le championnat belge où il a eu sa chance. Ces deux derniers éléments restent néanmoins à surveiller, mais arriveront-ils au niveau requis pour une Coupe du Monde

Eternel El Hadary


Outre sa défense, que le Cameroun avait fini par faire voler en éclats lors d’une renversante finale de CAN 2017, l'Egypte peut compter sur un capitaine exemplaire : Essam El Hadary. Le portier des Pharaons va rentrer dans l'histoire de la Coupe du Monde cet été. A 45 ans, il sera le plus vieux joueur à participer à une phase finale. Une longévité incroyable pour le portier d'Al-Taawon, qui pourrait fêter sa 160ème sélection contre l'Arabie Saoudite, le pays dans lequel il exerce aujourd'hui son métier. Pour le quadruple vainqueur de la CAN et octuple vainqueur du championnat d'Egypte, ce serait une manière idéale de boucler la boucle d'une aventure sportive débutée au siècle dernier. « Je suis fier de ma longue carrière, mais une participation à la Coupe du monde représente quelque chose d’exceptionnel dans la vie d’un joueur. Mon ambition n’a pas de limites et je suis toujours déterminé à atteindre cet objectif », disait pendant la CAN 2017 El Hadary, aujourd'hui exaucé. L'Egypte espère aujourd’hui que son gardien vétéran ne sera pas le seul des Pharaons à écrire une belle histoire en Russie.

Les 23 de l’Egypte


Gardiens de but : Essam El Hadary (Al-Taawoun, Arabie Saoudite), Mohamed El-Shennawy (Al-Ahly), Sherif Ekrami (Al-Ahly).

Défenseurs : Ahmed Fathi (Al-Ahly), Saad Samir (Al-Ahly), Ayman Ashraf (Al-Ahly), Ahmed Hegazi (West Bromwich Albion, Angleterre), Ali Gabr (West Bromwich Albion, Angleterre) , Ahmed Elmohamady (Aston Villa, Angleterre), Mohamed Abdel Shafi (Al-Fateh, Arabie Saoudite), Omar Gaber (Los Angeles FC, Etats-Unis), Mahmoud Hamdy (Zamalek).

Milieux de terrain : Mohamed Elneny (Arsenal, Angleterre), Tarek Hamed (Zamalek), Sam Morsy (Wigan, Angleterre), Mahmoud Abdel Razek (Al-Raed, Arabie Saoudite), Abdallah El Said (Al-Ahly), Mahmoud Hassan « Trezeguet » (Kasimpasa, Turquie), Ramadan Sobhi (Stoke City, Angleterre), Amr Warda (Atromitos, Grèce), Mahmoud Abdel Moneim (Ittihad, Arabie Saoudite).

Attaquants: Mohamed Salah (Liverpool, Angleterre), Marwan Mohsen (Al-Ahly).

Le calendrier au Mondial


Vendredi 15 juin, 14h00 (heure française) : Egypte – Uruguay, à Ekaterinbourg.
Mardi 19 juin, 20h00 (heure française) : Russie – Egypte, à Saint-Pétersbourg.
Lundi 25 juin, 16h00 (heure française) : Arabie Saoudite – Egypte, à Volgograd.

Publicité