Eliminatoires CAN 2023 : un premier bilan chiffré

Image
Eliminatoires CAN 2023 : un premier bilan chiffré (1)
Imago / Panoramic
Mis à jour le
15 juin 2022 à 13:11
par
Les deux premières journées des éliminatoires de la CAN 2023 ont eu lieu à travers le continent pendant cette première quinzaine de juin. Si rien n'est encore décidé pour les 23 billets qualificatifs, les premières tendances se dégagent. Nous vous proposons de les passer en revue à travers un bilan chiffré.
0

Comme le nombre de buts encaissés par les meilleures défenses de ces deux premières journées. Ce cercle fermé comprend en premier lieu l'Algérie. Après leur échec cuisant lors de la CAN 2021 puis leur élimination cruelle et mal digérée par le Cameroun en barrages du Mondial 2022, les Fennecs s'en remettent toujours à leur sélectionneur Djamel Belmadi. Un pari sur la stabilité qui semble payant, avec une cohésion et une solidité retrouvées, contre l'Ouganda puis en Tanzanie, battus sur le même score (2-0). A ce tableau d'honneur défensif figurent aussi le Gabon, héroïque vainqueur en RDC (0-1) au terme d'un match à la préparation cauchemardesque, avec un crash aérien évité de peu, et 13 joueurs seulement sur la feuille de match. Les Panthères de Patrice Neveu ont ensuite subi le contrecoup de ces émotions face à la Mauritanie (0-0). Désormais dirigés par Amir Abdou, l'architecte du succès des Comores, les Mourabitounes avaient précédemment lancé parfaitement leur campagne face au Soudan du Sud (3-0).

0

Comme le nombre de points au compteur des équipes les plus mal parties dans ces éliminatoires. Ces mal partis sont Sao Tomé-et-Principe (groupe A), le Soudan du Sud (groupe G), la République démocratique du Congo (groupe I) et le Bénin (groupe L). Au coude à coude lors des éliminatoires du Mondial, ces deux dernières équipes connaissent un sérieux retard à l'allumage. Battus chez eux par un Gabon décimé puis sur le terrain du modeste Soudan, les Léopards sont dans la continuité du barrage qualificatif retour pour le Mondial, qui les avait vus se faire surclasser par le Maroc (4-1). S'ils ont beau avoir trois points au compteur grâce à une victoire étriquée sur la Guinée, les Pharaons d’Égypte ont été ridiculisés par l’Éthiopie (2-0). Même s'ils ont joué ce dernier match sans leur star et capitaine Mohamed Salah, les vice-champions d'Afrique ne sont pas loin de mériter le bonnet d'âne de ces deux premières journées.

2

Comme le nombre d'équipes exclues avant le début des éliminatoires. Le couperet est tombé pour le Kenya et le Zimbabwe. Le coup d’envoi de ces éliminatoires a été donné le 1er juin 2022 sans les Harambee Stars ni les Warriors, qui n’ont pas rempli la condition sine qua non posée par la CAF : que la suspension de leur Fédération pour ingérence politique soit levée 2 semaines avant leur match de la première journée des éliminatoires. Les groupes C et K auxquels les deux équipes appartenaient seront composés uniquement de trois équipes et l’ordre des matchs sera maintenu conformément au calendrier des matchs communiqué aux équipes après le tirage au sort du 19 avril 2022. Le groupe C se réduit donc au Cameroun, à la Namibie et au Burundi. Le groupe K au Maroc, à l’Afrique du Sud et au Liberia. Les trois participants à ces deux poules tronquées ont deux chances sur trois de se qualifier. Voilà qui fait donc les affaires des Lions Indomptables et des Lions de l’Atlas, qui voient en outre leur calendrier se dégager dans l'optique de la préparation pour le prochain Mondial.

5

Comme les équipes ayant réussi le carton plein après leur deux premières rencontres. Le Nigeria (groupe A), le Burkina Faso (groupe B), l'Algérie (groupe F), le Mali (groupe G), le Maroc (groupe K) et le Sénégal (groupe L) ont réalisé un tel sans-faute. C'est particulièrement de bon augure pour les deux dernières nommées, qui se sont ôté un stress à quelques mois de la Coupe du monde au Qatar. Sur les quatre autres équipes à ne pas avoir abandonné le moindre point, trois (le Nigeria, le Burkina Faso et le Mali) ont changé de sélectionneur depuis la CAN, qui les avait vu coincer à divers moments du second tour. Le Portugais José Peseiro, avec les Super Eagles, le Français Hubert Velud, sur le banc des Etalons, et le Franco-Malien Eric Chelle, sur celui des Aigles, ont tous bien entamé leur mandat du bon pied.

5

Comme le nombre de buts inscrits par le Nigérian Victor Osimhen, meilleur buteur de ces deux premières journées. Une réalisation à domicile contre la Sierra Leone, suivie d'un quadruplé contre Sao Tomé-et-Principe, à Agadir (Maroc), ont permis à l'attaquant de Naples de prendre sa revanche sur un début d'année marqué par les blessures et le Covid, qui l'avaient privé de la CAN au Cameroun. Un bilan éclatant pour le Super Eagle, que vient encore relever les deux passes décisives réussies contre les insulaires.

12

Comme le nombre de buts inscrits par la meilleure attaque. Sans surprise, c'est le Nigeria, auteur d'un carton inédit contre Sao Tomé-et-Principe (10-0 !), qui occupe ce rang. Les Super Eagles ont fait le trou dans ce classement honorifique. Un accessit sera néanmoins décerné au Mali, à la Guinée-Bissau (7 buts) et au Burkina Faso (5), seules autres équipes du plateau à présenter une moyenne supérieure à 2 buts par match.

15

Comme le nombre de buts encaissés par la pire défense. Ce triste privilège revient à Sao Tomé-et-Principe, balayée par la Guinée-Bissau (5-1) avant de subir les foudres du Nigeria (10-0). Les Vert et Jaune, modestes 183èmes au classement FIFA, ont quelques circonstances atténuantes à ce début de parcours calamiteux. Disqualifiés dans un premier temps au profit de l'île Maurice pour non-respect des règlements Covid, les insulaires n'ont été réintégrés qu'à quelques jours du début des éliminatoires. Pas évident de préparer ces rencontres dans un tel contexte d'ascenseur émotionnel.

Les éliminatoires se poursuivent en septembre 2022, avec les troisième et quatrième journées, et s'achèveront en mars 2023, avec les cinquième et sixième journées. Pour rappel, les deux premières équipes de chaque groupe se qualifient pour la CAN 2023 sauf dans le groupe de la Côte d’Ivoire, qualifiée d'office en tant que pays organisateur.