Aller au contenu principal
  1. Accueil
  2. Information
  3. Finale Al-Ahly – Espérance Tunis : les joueurs à suivre

Finale Al-Ahly – Espérance Tunis : les joueurs à suivre

Al-Ahly et l’Espérance de Tunis s’affrontent cette année en finale de la Ligue des Champions africaine. Avant la manche aller de cette double confrontation au sommet, coup de projecteur sur les maillons forts des deux équipes.

Al-Ahly et l’Espérance de Tunis s’affrontent cette année en finale de la Ligue des Champions africaine. Avant la manche aller de cette double confrontation au sommet, coup de projecteur sur les maillons forts des deux équipes.

Al-Ahly, l'expérience et la fougue


Mohamed El-Shenawy

Al-Ahly respire. Blessé la semaine dernière en Coupe arabe des clubs, son gardien titulaire pourra tenir sa place ce vendredi face à l'Espérance de Tunis. Apparu à la face du monde lors du récent Mondial en Russie, ce portier de 29 ans a définitivement supplanté Sherif Ekramy dans les buts des Diables Rouges, devenant du même coup le numéro un à son poste chez les Pharaons. Celui fut désigné homme du match par la FIFA lors d'Egypte-Uruguay tentera lors de cette finale face à l'Espérance de faire aussi bien qu'en poules : il avait alors réussi à garder sa cage inviolée.

Salif Coulibaly

Le défenseur international malien (25 sélections avec les Aigles) est la bonne pioche du mercato estival ahlawy. Arrivé au mois de juillet après la fin de son contrat au TP Mazembe, l'immense arrière central (1m90) a retrouvé au Caire Patrice Carteron, l'entraîneur sous les ordres duquel il avait remporté la Ligue des Champions avec les Corbeaux de Lubumbashi en 2015. Intraitable dans tous les duels, l'ancien joueur du Djoliba n'a pas manqué une minute de jeu en Ligue de Champions depuis qu'il a rejoint Al-Ahly. Et pour ne rien gâter, cette tour de contrôle marque aussi régulièrement.

Walid Soliman

A bientôt 34 ans, il reste le maître à jouer d'Al-Ahly. Arrivé au club en 2011, le meneur de jeu a peu à peu contribué à estomper le souvenir du grand Mohamed Abouterika en faisant le lien entre la génération, couverte de trophées, de cet inoubliable joueur et la jeune classe. Signe de sa grande importance, il se montre d'autant plus décisif que les matchs gagnent en enjeu. Auteur de deux passes décisives et un but face au Horoya en quarts de finale retour, il marque lors de chacune des demi-finales face à l'Entente de Sétif. L'Espérance devra le surveiller comme le lait sur le feu.

Walid Azaro

Lui n'aurait pas dû être là. Alors que toutes les conditions semblaient réunies pour un départ en Chine, l'attaquant marocain a vu son transfert capoter à la dernière minute en juillet dernier. Arrivé l'été précédent, le joueur de 23 ans avait inscrit 18 buts la saison passée en championnat, terminant meilleur buteur de l’exercice. Pas suffisant pour convaincre Hervé Renard, le sélectionneur des Lions de l'Atlas, de l'emmener au Mondial ? Qu'à cela ne tienne, l'ancien du Difaâ Hassani El Jadida a continué à empiler les buts. Muet en C1 depuis les quarts, se réveillera-t-il en finale ?

Espérance Tunis, le fer et le feu


Franck Kom

A 27 ans, ce milieu de terrain international camerounais a atteint cette saison une forme de maturité avec le club de Bab Souika. Arrivé durant l'été 2017 après une saison en deuxième division allemande, cet ex-joueur de l'Etoile du Sahel est monté en puissance au fil des rencontres de Ligue des Champions. Notamment déterminant lors de la double confrontation face à son ancien club en quarts de finale, il n'a guère d'équivalent sur le continent pour presser et étouffer l'entrejeu adverse, grattant et bonifiant inlassablement des ballons avec l'aide de son binôme ivoirien Fousseny Coulibaly.

Fousseny Coulibaly

A l'Espérance depuis début 2015, il fait presque figure d'ancien. Ce produit du Stella Club d'Adjamé y a débuté comme relayeur du temps où Hocine Ragued évoluait devant la défense. Désormais utilisé dans un registre plus défensif, le joueur de devoir a appris à canaliser son tempérament, lui qui prenait beaucoup de cartons jaunes à ses débuts. Auteur du but de la qualification sur le terrain de l'Etoile du Sahel en quarts de finale, celui que la Tunisie avait envisagé de naturaliser n'est pas homme à se laisser impressionner par une ambiance hostile.

Anice Badri

Alors que sa carrière peinait à décoller du côté de Mouscron, en Belgique, son salut est passé par un retour aux sources : en juillet 2016, ce Lyonnais de naissance accepte la main tendue de l’Espérance de Tunis, qui lui fait signer un contrat de trois ans. Pas gagné d’avance pour un joueur binational, le pari est réussi. Devenu incontournable, l'ancien de la réserve de Lille, auteur du but de la qualification face à Primeiro de Agosto en demi-finales, est en grande forme au meilleur moment. Comme le Malien Moussa Marega avant lui, Anice Badri espère que le club sang et or lui servira de tremplin.

Youcef Belaïli

Jadis présenté comme le plus grand espoir du football algérien, Youcef Belaïli est revenu cet été à l'Espérance après avoir connu un sévère coup d'arrêt. Contrôlé positif en 2015 alors qu'il portait les couleurs de l'USM Alger, l'Oranais aurait pu être contraint de renoncer au football, mais sa suspension de huit ans, infligée par la CAF, fut réduite à deux ans par le TAS. Après avoir tenté sans succès l'aventure européenne à Angers (une seule apparition la saison dernière), le meneur de jeu n'est pas loin d'être revenu à son meilleur niveau cette saison. Trois fois champion de Tunisie, il vise désormais un premier sacre continental.

Finale aller : vendredi 2 novembre, 20h à Borg El Arab.

Finale retour : vendredi 9 novembre, 20h à Radès.