Football : les Barea de Madagascar dans une zone de turbulences

Image
Football : les Barea de Madagascar dans une zone de turbulences (1)
En 2019, les supporters des Barea étaient sortis fêter la qualification de Madagascar en quarts de finale de la CAN.
TV5 Monde
Mis à jour le
2 mai 2021 à 16:54
par Ndiassé Sambe
L’équipe de football de Madagascar, qui a connu une période d’euphorie entre sa première qualification à une Coupe d’Afrique en octobre 2018 et son élimination à la CAN 2021 au mois de mars 2021, s’apprête à vivre des jours mouvementés. Entre un sélectionneur suspendu par un président de Fédération en cavale et un remplaçant intérimaire qui ne fait pas encore l’unanimité auprès du ministère, le ballon risque de ne pas tourner bien rond sur la Grande Île.

Les répliques du tremblement de terre provoqué par l’élimination de Madagascar à la CAN 2021, après un médiocre match nul face au Niger (0-0) à domicile le 30 mars, commencent à se faire sentir sur la Grande Île.

Depuis la sortie de route des Barea, les observateurs guettaient avec attention, les prochaines décisions de la Fédération malagasy de football (FMF) et de son président Raoul Arizaka Rabekoto. Celui-ci, s’appuyant sur un « rapport en date du 6 avril 2021, établi par l’équipe de la Direction technique », a décidé de suspendre le sélectionneur Nicolas Dupuis et s’en est justifié dans un communiqué. Les raisons ? Entre autres : « l’image de la sélection » qui a régressé, une ingérence dans « la gestion des affaires administratives, commerciales et financières », une « défaillance dans les choix stratégiques et tactiques», etc. Dans le même communiqué, le président nomme également l’ancien capitaine du Paris Saint-Germain, d'origine malgache, Eric Rabesandratana, « sélectionneur intérimaire ».

J’ai un président, qui est loin d’ici, qui a décidé de me suspendre. Je suis salarié, je suis obligé d’accepter sa décision

Nicolas Dupuis, sélectionneur suspendu de Madagascar

Nicolas Dupuis suspendu et non licencié, Rabesandratana intérimaire, le président Raoul Arizaka Rabekoto avance à pas feutrés. Et pour cause, selon le quotidien L’Express de Madagascar, sept membres sur dix du comité exécutif de la FMF étaient pour le maintien de Dupuis. Une annonce avait même été faite dans ce sens avant que le président de la Fédération, à qui revient le dernier mot, ne décide d’écarter le technicien français, qui a écrit l'une des plus belles pages des Barea au moment même où le foot africain était dirigé par le Malgache Ahmad Ahmad.
 

Relire: Les Barea de Madagascar, sensation de la Coupe d’Afrique des nations

 

Mais l’affaire est loin d’être terminée, puisque du côté du ministère des Sports malgache, qui prend en charge le salaire du sélectionneur et qui doit encore payer les 30 mois de contrat restants à Dupuis, le choix de Rabesandratana ne passe pas encore. « Il (Rabesandratana) n’a aucun diplôme, aucune expérience, il n’a jamais entraîné personne, s’insurge une source proche du ministère. Le président a pris sa décision tout seul dans son coin ». [NDLR : Rabesandratana est titulaire d’un brevet d'État 1er degré d'entraîneur de football (DEF) et s'est déjà occupé d'équipes de jeunes] Mais problème de taille : le ministère des Sports ne pourra pas imposer un choix à la Fédération sous peine de voir l’équipe nationale suspendue par la FIFA pour ingérence politique.

Recherché par la justice malgache, Rabekoto s'est réfugié en Suisse

Le président de la Fédération malgache n'est pas pour autant des plus sereins. Raoul Arizaka Rabekoto est accusé à Madagascar de détournement de près de 25 millions d’euros, du temps où il était directeur général de la Caisse nationale de prévoyance sociale (Cnaps). Il est visé par un mandat d’arrêt international. Élu en septembre 2019, pour un mandat de quatre ans, Rabekoto se serait aujourd’hui réfugié en Suisse où il prend ses décisions concernant la FMF, assiste en visioconférence à des réunions de la FIFA ou tweete sur l’actualité du football africain.
 

Relire: CAN 2019, le retour des héros à Madagascar

 

A Antananarivo, Nicolas Dupuis a réagi pour la première fois depuis sa suspension par un message sur son compte Facebook, entre ironie, résignation et avertissement à peine voilé. «  J’ai un président, qui est loin d’ici, qui a décidé de me suspendre. Je suis salarié, je suis obligé d’accepter sa décision, consent le technicien français. Il y a de quoi condamner et aller contre la décision du président, mais, je ne vais pas le faire. Les Barea ont besoin de se concentrer, d’être bien dans la tête pour les prochains matches (Eliminatoires de la Coupe du monde, 5-6 juin prochain). J’espère voir le président de la Fédération le jour du match. On pourra discuter sereinement. J’espère qu’il viendra… »

« C'est assez fou comme histoire… »

De son côté, à Paris, Eric Rabesandratana se prépare à enfiler son nouveau costume de sélectionneur intérimaire. Présent au Parc des Princes ce samedi 1er mai pour la rencontre PSG-Lens (2-1), comptant pour la 36e journée de Ligue 1, celui qui est également consultant à la radio et à la télévision a réagi à sa nomination au micro de TV5 Monde. « Je ressens un sentiment de fierté. Je vois derrière tout ça pas qu’une histoire de football, mais surtout une aventure humaine. Il va y avoir beaucoup du boulot. Il n’y aura pas beaucoup de temps pour préparer les deux matches qui vont arriver. J’espère que tout se passera bien, il n’y pas de raison. Je suis très optimiste. »

L’ancien défenseur du Paris Saint-Germain est revenu sur les circonstances pour le moins invraisemblables de sa nomination comme sélectionneur intérimaire de l'équipe de Madagascar, quart de finaliste à la dernière CAN en Égypte (2019). « C’est assez fou comme histoire, puisqu’au départ, il y a eu des rumeurs comme quoi, je pouvais remplacer Nicolas Dupuis. J’ai simplement dit que c’était possible, mais ce n’est pas moi qui ai lancé cela. J’ai été un petit peu victime de tout ça. On m’a lancé, et j’ai dit oui. La sélection malgache ne se refuse pas. »

Je suis là pour dépanner, j’espère faire du bon boulot et que tout le monde sera content. Il n’est pas question pour l’instant de continuer

Eric Rabesandratana, nouveau sélectionneur de Madagascar par intérim

Une certitude : Éric Rabesandratana ne donne pas l’impression de s’embarquer dans une mission à long terme et ne voit pas plus loin que les deux prochains matches des Barea contre le Bénin et la Tanzanie pour les éliminatoires du Mondial 2022. « On prend une chose à la fois, il y a deux matches en juin, on va les préparer. Après, il n'y a aucune discussion pour la suite. Je suis là pour dépanner, j’espère faire du bon boulot et que tout le monde sera content. Il n’est pas question pour l’instant de continuer. »

Dans quelle ambiance, le natif d’Épinay-sur-Seine, dans la banlieue parisienne, va débarquer à Antananarivo dans quelques jours ? Quelle sera la réaction des joueurs, réputés proches de Nicolas Dupuis, le héros de la première qualification de Madagascar à la CAN ? Comment va se positionner le ministère des Sports ? La réponse à ces question risque de (re) plonger le football malgache dans l’œil du cyclone trois ans après la dissolution par la FIFA de la Fédération et de la mise en place d’un comité de normalisation. La crise avait pris fin en 2019 avec l’élection à la présidence de… Raoul Arizaka Rabekoto.

Éric Rabesandratana répond à TV5 Monde après sa nomination comme sélectionneur de Madagascar

Chargement du lecteur...