Aller au contenu principal
  1. Accueil
  2. Information
  3. Ghana : une statue de Gandhi déboulonnée

Ghana : une statue de Gandhi déboulonnée

Chargement du lecteur...
© TV5MONDE

Une statue de Gandhi a été retirée de l’université du Ghana, à Accra, le 11 décembre 2018. L'apôtre de la non-violence indien est accusé d'avoir tenu des propos racistes contre les populations noires africaines, lorsqu'il travaillait comme avocat en Afrique du Sud. Ces propos incriminés ont été rédigés entre 1893 et 1915.

La polémique enflait au sein de l'université depuis plusieurs mois. Le couperet est tombé le 11 décembre dernier : la statue de Ghandi est déboulonnée. 

Mais pourquoi maintenant ?  Offerte au Ghana par le gouvernement indien en 2016 pour célébrer l'amitié entre les deux nations, la statue fut contestée dès son installation. "Depuis 2017, c'était complètement retombé.  Mais début décembre, il y a eu une conférence panafricaine ici sur le campus. Il y a eu beaucoup de panafricanistes qui sont venus pour cette occasion. Et pour beaucoup d'observateurs, c'est cette conférence qui pourrait avoir déclenché la décision de la déboulonner", explique Manuel Koranteng, journaliste pour la radio Universe, la radio du campus.

Dès 2016, une pétition lancée par des étudiants et des professeurs de l'université avait recueilli des milliers de signatures. Ces derniers estiment que durant ses deux décennies passées en Afrique du Sud, jusqu'en 1915, le jeune Gandhi qui n'était pas encore le Mahatma, a tenu des propos racistes.

Des articles, des lettres, ou des discours publiés par le chantre de la non-violence  véhiculent en effet certains clichés en vogue chez la minorité blanche de l'époque. D'autres évoquent la supériorité des Indiens sur les "kaffirs", terme péjoratif utilisé pour désigner les Africains. "On a chacun un bon et un mauvais côté", témoigne Mensah, étudiant en lettres.

Retenons le bon côté de Gandhi. Personnellement, je n'avais pas de problème avec cette statue. Je ne sais pas si la décision de la retirer était politique ou non.

Mensah étudiant en lettres à l'université du Ghana

Mais au-delà de la polémique, les professeurs de l'université demandent la mise à l'honneur des héros africains en lieu et place de personnalités historiques étrangères :

D'abord les héros africains, de manière générale, les Nelson Mandela, les Desmond Tutu. Les héros africains qui se sont battus pour les indépendances comme Lumumba. Et ensuite, les gens qui ont contribué au développement de l'université.

Kwadwo Appiagyei-Atua, professeur de droit international et humanitaire

Si les autorités du campus ont refusé de commenter l'affaire, le ministère ghanéen des Affaires étrangères a sobrement précisé qu'il s'agissait d'"une décision interne de l'université".

Publicité