Incendies en Algérie : la plupart des feux maîtrisés, des évacuations préventives se poursuivent

Image
Incendies en Algérie : la plupart des feux maîtrisés, des évacuations préventives se poursuivent (1)
Carcasse d'un bus carbonisé dans les violents incendies qui ont ravagé plusieurs régions de l'Algérie en août 2022. El Tarf, 18 août 2022.
AP/Mohamed Ali
Mis à jour le
19 août 2022 à 20:41
par TV5MONDE avec AFP
La plupart des incendies ayant fait au moins 38 morts dans le nord-est de l'Algérie sont maîtrisés. Des habitants ont été évacués en raison de nouveaux foyers dans la région d'El Tarf, près de la frontière tunisienne. Quatre personnes soupçonnées d’être à l’origine de départs de feux ont été arrêtées. 
Le bilan de deux jours de gigantesques incendies dans le nord du pays reste officiellement de 37 morts, dont 30 dans la zone d'El Tarf, 5 à Souk Ahras, à 200 km de là, et deux à Sétif (est). Les médias ont fait état d'une 38e victime, un homme de 72 ans, à Guelma (est).

La gendarmerie algérienne a annoncé en fin d'après-midi "la fermeture de plusieurs routes à El Tarf à cause du retour des feux".  Des familles du village d'Oued El Hout, près d'El Kala, ont été évacuées de leurs habitations proches d'une forêt en feu, selon des images publiées sur les réseaux sociaux.

Auparavant, la Protection civile avait fait état de sept nouveaux départs de feu, dont quatre dans la zone d'El Tarf-El Kala, après avoir annoncé le matin que "la totalité des incendies" des 48 heures précédentes étaient éteints.

Plus de 1.700 pompiers mobilisés


Chaque été, le nord algérien est touché par des feux de forêt mais ce phénomène s'accentue d'année en année sous l'effet du changement climatique qui se traduit par des sécheresses et des canicules. Des experts ont aussi pointé du doigt des lacunes dans le dispositif anti-incendie: un manque d'avions bombardiers d'eau et des forêts mal entretenues. 
 
Chargement du lecteur...
Plus de 1.700 pompiers ont dû être mobilisés pour venir à bout de plus de 70 foyers. Plusieurs médias parlent de disparus, sans confirmation officielle pour le moment. Des familles entières ont péri, en particulier une douzaine de personnes prises au piège d'"une tornade de feu", dans un car devant le parc animalier d'El Kala, près d'El Tarf. Une équipe de nos confrères de l’AFP a vu la carcasse carbonisée du car et rencontré des paysans qui ont tout perdu, comme Hamdi Gemidi, 40 ans, encore sous le choc de voir son cheptel brûlé vif.

"C'est notre gagne-pain, nous sommes agriculteurs, nous élevons du bétail comme des moutons, des vaches, des poulets et des bovins. Nous n'avons nulle part où aller et rien pour gagner notre vie", a-t-il dit à l'AFP.

Solidarité par delà les frontières du pays 


Ghazala, une agricultrice de 81 ans, a vu sa maison, son chien et son chat engloutis par le feu. "Des gens sont venus me dire d'évacuer la maison car je risquais de brûler, mais je m'en fichais à cause de mon chagrin. J'avais accepté mon sort, mais les sauveteurs m'ont fait sortir avec quelques animaux qui ont été épargnés. Je ne sais pas où aller maintenant, dois-je rester dans les champs, les forêts ou les montagnes?"


(Re) voir : Algérie : Incendies meurtriers
Chargement du lecteur...
Le ministère de la Solidarité nationale a annoncé "une prise en charge psychologique et sociale" des victimes. Des collectes de vêtements, de médicaments et de nourriture ont démarré. Des particuliers en Algérie ou à l'étranger ont relayés des appels sur les réseaux sociaux et orienté vers des sites où déposer ces dons. 

Jeudi, des dizaines de camions chargés de plusieurs tonnes d'aide humanitaire sont arrivés à El Tarf, selon un communiqué de cette préfecture. Par solidarité également, toutes les activités artistiques du pays ont été reportées.
 

Quatre personnes interpellées 

Le ministère de la Justice a ouvert une enquête sur l'origine des incendies suspectant des causes criminelles.  Quatre arrestations ont été annoncées: "un pyromane" à Souk Ahras, où plus de 350 familles ont fui leurs logements et un hôpital a été évacué, et trois autres hommes à El Tarf, à 200 km de là. Ils sont accusés d'avoir incendié les récoltes d'un voisin, sans lien établi pour le moment avec les feux dans la zone. Selon le code pénal algérien, un pyromane risque entre 10 ans de prison et la perpétuité.
 
Un homme inspecte les décombres d'un bus carbonisé après un vaste incendie à El Tarf, en Algérie. 18 août 2022.
Un homme inspecte les décombres d'un bus carbonisé après un vaste incendie à El Tarf, en Algérie. 18 août 2022.
AP/Mohamed Ali
Depuis début août, plus de 200 incendies ont détruit des centaines d'hectares de forêts et taillis, selon un décompte de l'AFP. Jusqu'ici, l'été 2021 a été le plus meurtrier depuis des décennies: plus de 90 personnes avaient alors péri dans des feux de forêt ayant dévasté le nord, en particulier la Kabylie.