Kessié au Barça, la greffe ne prend pas

Image
Kessié au Barça, la greffe ne prend pas (1)
Zuma / Panoramic
Mis à jour le
24 octobre 2022 à 08:04
par
Arrivé au FC Barcelone l'été dernier en provenance du Milan AC, Franck Kessié donne l'impression de ne pas digérer ce transfert majeur. Peu utilisé, sans impact quand il l'est, le milieu de terrain ivoirien traverse la saison comme une âme en peine. Son entraîneur, Xavi, dit pourtant toujours croire en lui. Alors, simple mauvaise passe ou erreur de casting ? Éléments de réponse.
6 juillet 2022 : sur la pelouse du Camp Nou, aux côtés du président Joan Laporta, Franck Kessié est officiellement présenté comme un nouveau joueur du FC Barcelone. Après un discours de bienvenue du dirigeant, le joueur de 25 ans fait part de sa joie. « Je suis heureux d’être ici, je veux faire des grandes choses à Barcelone », déclare-t-il. Premier signe que rien n'allait se passer comme prévu, le Barça commet ce jour-là une sacrée bourde de communication : tous les messages d'annonce de cette officialisation sont illustrés par une photo d'Ansu Fati plutôt que de l'international ivoirien (60 sélections, 7 buts). On ne le sait pas encore alors, mais ces publications, bientôt effacées, donnent le ton de ce qui attend la recrue, sous contrat jusqu'au 30 juin 2026.

Car près de quatre mois plus tard, l'ancien champion d'Italie s'avère bien loin des attentes alors suscitées. En 15 matchs disputés par le Barça depuis le début de cet exercice 2022-2023, Franck Kessié n'est apparu qu'à onze reprises, pour deux petites titularisations. Dimanche face à l'Athletic Bilbao (4-0), à l'occasion de la onzième journée de Liga, il n'a dû son entrée à la demi-heure de jeu qu'à la blessure du jeune Gavi et s'est surtout illustré par son manque de précision. Celui qui avait repoussé toutes les propositions de prolongation du Milan AC cumule les statistiques peu flatteuses. Ainsi, malgré son temps de jeu famélique, il présente avec trois cartons jaunes le deuxième total le plus élevé de l'effectif derrière Sergio Busquets, beaucoup plus utilisé. L'Éléphant a déjà été sanctionné davantage que toute la saison dernière au Milan (deux jaunes seulement), ce qui fait de lui l'un des joueurs les plus fréquemment avertis des cinq grands championnats avec un carton toutes les 70 minutes.

Xavi réclame de la patience


Pas aidé par les difficultés administratives du club, qui retardèrent l'homologation de son transfert, blessé aux adducteurs ce mois-ci, Franck Kessié donne l'impression de ne pas s'adapter à un football nouveau pour lui. L'homme aux 204 matchs de Serie A ne fait pour l'heure pas le poids en Liga face à une rude concurrence, représentée par l'icône maison Sergio Busquets, Pedri et Gavi, jeunes talents issus de la Masia, et le Néerlandais Frenkie de Jong, longtemps annoncé à Manchester United mais finalement resté en Catalogne cet été. Observateur assidu du club blaugrana pour le site Culémania, le journaliste Javi Miguel est même allé jusqu'à qualifier le natif de Ouaragahio de « pire recrue de l’ère Xavi sans hésitation ».

Considéré comme un renfort prioritaire la saison dernière, quand il brillait de week-end en week-end avec le Milan AC, Franck Kessié doit-il d'ores et déjà être taxé de flop ou d'erreur de casting ? Ce n'est pas l'avis de Xavi. L'entraîneur maison, qui avait ardemment souhaité sa venue, promet des lendemains qui chantent au joueur, dont la presse espagnole a dévoilé le confortable salaire (8 millions d'euros par an). « Franck a des qualités uniques, il a besoin d’un temps d’adaptation mais il sera crucial dans certains matchs. Il va jouer et il sera important », assurait-il le 6 septembre dernier. Un refrain voisin de celui entonné le 22 octobre : « Nous avons beaucoup de joueurs à ce poste. Il s'entraîne très bien, c'est un grand professionnel. Je suis sûr qu'il obtiendra du temps de jeu tout au long de la saison. » Parmi les paramètres susceptibles de changer la donne, figure la Coupe du monde au Qatar, que ne disputera pas la Côte d'Ivoire. En attendant de pouvoir, peut-être, bénéficier d'un second souffle, Franck Kessié doit se contenter de miettes et subir le premier grand coup d'arrêt de sa carrière.