Aller au contenu principal
  1. Accueil
  2. Information
  3. Koulibaly, Ziyech, Bounedjah : Les oubliés de la CAF

Koulibaly, Ziyech, Bounedjah : Les oubliés de la CAF

La liste finale des dix joueurs en lice pour le trophée du joueur africain de l'année a suscité quelques interrogations. Comment la Confédération africaine de football a-t-elle pu oublier certains prétendants majeurs à cette récompense ?

La Confédération africaine de football (CAF) a dévoilé vendredi la « shortlist » de dix joueurs restant en course pour le trophée du joueur africain de l’année, qui sera couronné le 8 janvier 2019 à Dakar. Figurent dans cette sélection les trois anciens vainqueurs (Pierre-Emerick Aubameyang, Riyad Mahrez, Mohamed Salah), ainsi que Sadio Mané, Mehdi Benatia, Alex Iwobi et André Onana, mais aussi trois joueurs locaux, désormais mélangés avec ceux évoluant hors d'Afrique : Anice Badri (Espérance Tunis), Denis Onyango (Mamelodi Sundowns) et Walid Soliman (Al-Ahly). Comme pour le Ballon d'Or France Football, cet écrémage de la première liste de 30 noms suscite le débat. Et pour le coup, cela paraît plutôt justifié quand on se penche sur le profil des joueurs oubliés dans ce Top 10.

Kalidou Koulibaly (Sénégal - Naples)


Pour la deuxième édition consécutive, Kalidou Koulibaly a été zappé par la CAF de la liste finale pour le trophée du meilleur joueur africain de l'année. Que va-t-il bien devoir faire de plus pour que cet oubli ne se reproduise plus ? On peut se le demander. A 27 ans, le joueur du Napoli fait partie des meilleurs défenseurs de Serie A, championnat exigeant s'il en est. Les entraîneurs passent (Carlo Ancelotti a succédé à Maurizio Sarri) et le natif de Saint-Dié-des-Vosges demeure fort comme un roc et fait la fierté des tifosi. Estimé à 100 millions d'euros, le Lion de la Teranga suscite aujourd'hui la convoitise des plus grands clubs anglais. Alors, la CAF croit-elle comme en son temps Didier Deschamps qu'il est encore sélectionnable par la France malgré sa première Coupe du monde avec le Sénégal ?

Hakim Ziyech (Maroc - Ajax Amsterdam)


Sa vision du jeu n'a que peu d'égal, son efficacité aussi. Avec l'Ajax Amsterdam, Hakim Ziyech enchaîne les saisons magistrales : 9 buts et 17 passes décisives en 34 matchs d'Eredivisie en 2017-2018, déjà 10 buts et 7 passes décisives lors de l'exercice en cours. Milieu de terrain à l'œil de lynx et au pied de velours, ce Néerlando-Marocain aurait à coup sûr eu sa place en équipe nationale des Pays-Bas, mais a choisi à 22 ans de défendre les couleurs du Maroc. S'il ne fut pas le meilleur des Lions de l'Atlas lors du Mondial 2018, il s'est imposé comme l'un des grands artisans de leur qualification pour la CAN 2019. Là aussi, il serait grand temps d'ouvrir les yeux.

Baghdad Bounedjah (Algérie - Al-Sadd)


13 matchs joués, 26 buts marqués : tel est le total hallucinant de Baghdad Bounedjah avec Al-Sadd, dans la Qatar Stars League. Certes, ce championnat n'est pas des plus relevés, mais quelle efficacité. Attaquant très complet, pas seulement physique et puissant, l'Oranais sait marquer dans toutes les positions, de près comme de loin, et brille en Ligue des Champions d'Asie, avec 13 buts en 12 matchs lors de l'édition 2018. L'arrivée de Djamel Belmadi sur le banc a fait de lui un titulaire indiscutable en sélection algérienne. Que faut-il de plus pour apparaître dans la liste finale de la CAF ? Peut-être un transfert vers l'Europe. Le club acheteur devra y mettre le prix : sa clause libératoire serait fixée à 15 millions d'euros.

Nous aurions aussi pu parler de Naby Keita, passé cet été du RB Leipzig à Liverpool, ou du Ghanéen Thomas Partey, vainqueur de la Ligue Europa avec l'Atlético Madrid. Ces absences ne sont pas les seules bizarreries de ces récompenses. Que penser par exemple de l'absence d'un trophée dédiée à la meilleure jeune joueuse de l'année, quand une statuette viendra distinguer le meilleur jeune joueur ? Les lauréats seront quoiqu'il en soit connus le 8 janvier, au cours d'un gala organisé à Dakar. Il se dit d'ailleurs que la cérémonie pourrait évoluer dans les années à venir, voire disparaître. A suivre.

Publicité