Aller au contenu principal
  1. Accueil
  2. Information
  3. La France ouvre la voie à une extradition de François Compaoré vers le Burkina Faso

La France ouvre la voie à une extradition de François Compaoré vers le Burkina Faso

Chargement du lecteur...
TV5MONDE • Récit : I. TAOUFIQI | Montage : L. BELLON

François Compaoré risque désormais d'être jugé au Burkina Faso. La justice française a donné son feu vert à l'extradition du frère de l'ancien président burkinabè. François Compaoré est accusé d'implication, dans l'affaire Norbert Zongo, un journaliste d'investigation assassiné en 1998.

Depuis 2014, Francois Compaoré coule des jours tranquilles en France où il réside. Visé par un mandat d'arrêt international, l'homme pourrait bientot être renvoyé au pays, sous l'impulsion de la chambre d'instruction de la cour d'Appel de Paris. Elle vient rendre un avis favorable à la demande d'extradition formulée par le Burkina Faso. Sur place, à Ouagadougou, le ministre de la Justice est plutôt satisfait.

François Compaoré devra s'expliquer sur une affaire qui a bouleversé un pays tout entier...  

René Bagoro, ministre burkinabè de la Justice

"Je voudrais féliciter en tout cas les acteurs de la justice burkinabè pour le travail sérieux qui a été fait", souligne René Bagoro. Le ministre de la Justice ajoutant que ce travail "ne fait que prendre acte de la décision qui a été rendue".
 
Rappel des faits. Le 13 décembre 1998, un 4x4 est retrouvé sur la route nationale 6.
À l'intérieur trois corps d'hommes à moitié calcinés. Un quatrième gît près du véhicule. C'est le cadavre du célèbre journaliste, Norbert Zongo. Tous ont été abattu par balle. Un an avant son assassinat, Zongo enquêtait sur la mort suspecte de l'ancien chauffeur de Francois Compaoré.

Un mystère à élucider

Depuis 20 ans, la société civile se mobilise pour que toute la lumière soit faite sur l'assassinat du journaliste. L'avocat de la famille Zongo sait que si la vérité ce n'est certainement pas pour tout de suite c'est sans doute, pour bientôt.

Ce n'est pour l'heure, qu'une victoire d'étape ! 
Me Prosper Farama, avocat de la famille Zongo 

"Nous sommes conscients que la défense de Francois Compaoré usera de toutes les voies légales de recours qui lui sont reconnues pour ne serait-ce, qu'au moins retarder le processus", dit Me Prosper Farama, l'avocat de la famille. "Mais nous restons confiants qu'à partir de cette victoire d'étape viendra le jour, nous l'espérons très proche, où François Compaoré viendra répondre dans l'affaire Norbert Zongo." 

Une procédure semée d'embûches

Sa défense va commencer par se pourvoir en Cassation, pour contester cette décision.
Et puis, il y a parallèlement, la plainte déposée par l'avocat de Compaoré contre le juge d'instruction burkinabé, chargé de l'enquête. Une plainte pour "faux et usage de faux en écriture publique"

Ce n'est qu'à l'issue de cette procédure que l'extradition de Francois Comporé interviendrait. Soit, pas avant deux ans.