Le 11 africain de la semaine (du 13 au 20 avril)

Image
Le 11 africain de la semaine (du 13 au 20 avril) (1)
Mis à jour le
20 avril 2021 à 11:48
par
Retrouvez chaque semaine une sélection des 11 meilleurs joueurs africains évoluant dans les principaux championnats de football européens. Cette semaine, c'est l'Algérien de Dijon Yassine Benzia qui s'est illustré avec un but inscrit lors de la victoire de son équipe face à Nice (2-0).

LE JOUEUR DE LA SEMAINE : Yassine Benzia (Algérie - Dijon)


Dijon a enfin enrayé la spirale de la défaite, dimanche face à Nice (2-0). Très inspiré dans l'entrejeu, Yassine Benzia a été l'un des joueurs les plus dangereux de son équipe, couronnant sa belle performance d'un but, inscrit sur penalty. Longtemps absent suite à une très grave blessure à la main au mois de mai dernier, l'international algérien a retrouvé les terrains au prix d'une patiente rééducation.

« Marquer ce but m’a libéré de quelque chose. Retrouver la sensation du but... Quand j’ai marqué, j’ai pensé à tous ces mauvais moments subis ces derniers mois. Dieu merci, cela m’a réussi. Je suis content », a déclaré Yassine Benzia au site officiel du DFCO. Après plusieurs opérations, dont l'amputation du pouce gauche, le Fennec a effectué un énorme travail pour surmonter ce qu’il qualifie de « plus grosse épreuve de (sa) vie. »

Le 11 type africain de la semaine (4/4/2)


Gardien de but : Alexandre Oukidja (Algérie - Metz)


En se montrant décisif à plusieurs reprises, Alexandre Oukidja a permis à Metz de ramener un point de son déplacement à Reims (0-0). L'international algérien s'est ainsi fait pardonner de son pétage de plomb à Angers, qui lui avait valu début mars une lourde suspension (4 matchs). Après sa naturalisation sportive en 2018, il a disputé et remporté la CAN 2019 avec l'Algérie comme doublure de Raïs Mbolhi.

Latéral droit : Foued Chafik (Maroc - Dijon)


Face à Nice, Dijon s'est réveillé et a remporté sa première victoire de la saison à domicile (2-0). Dans le couloir droit de la lanterne rouge, Fouad Chafik a réussi un excellent match. Concentré défensivement, très présent offensivement, il a, à 34 ans, marqué le premier but de sa carrière en Ligue 1 d'une lourde frappe sous la barre. Ce binational compte une dizaine de sélections avec les Lions de l'Atlas.

Défenseur central : Teenage Hadebe (Zimbabwe - Yeni Malatyaspor)


Rigoureux défensivement, Teenage Hadebe sait aussi se montrer décisif face au but adverse. Face à Alanyaspor, l'ancien des Kaizer Chiefs a placé sa tête sur un centre de l'Egyptien Karim Hafez pour inscrire le but de la victoire face à Alanyaspor (1-0), son premier en Süper Lig. Arrivé d'Afrique du Sud durant l'été 2019, le joueur de 25 ans participera l'an prochain à sa troisième CAN d'affilée avec les Warriors du Zimbabwe.

Défenseur central : Yunis Abdelhamid (Maroc - Reims)


Cinq duels aériens gagnés, six tacles réussis : les chiffres parlent d'eux-mêmes pour Yunis Abdelhamid, capital dans l'imperméabilité rémoise face à Metz (0-0). Associé au Zimbabwéen Marshall Munetsi, le Marocain n'a rien laissé passer. Le joueur de 33 ans n'a plus été convoqué en équipe nationale marocaine depuis le mois d'octobre dernier.

Latéral gauche : Anderson Lucoqui (Angola - Arminia Bielefeld)


Anderon Lucoqui a fait bonne garde à Augsbourg, contribuant au résultat positif (0-0) ramené par son équipe, toujours à la lutte pour son maintien en Bundesliga. Ancien international allemand chez les moins de 20 ans, ce joueur formé au Fortuna Düsseldorf a été appelé pour la première fois par l'Angola en octobre dernier, effectuant ses débuts avec les Palancas Negras lors d'un amical face au Mozambique.

Milieu offensif droit : Samuel Chukwueze (Nigeria - Villarreal)


Samuel Chukwueze a frappé très fort lors du choc face aux rivaux locaux de Levante (5-1). Auteur du premier doublé de sa carrière en Liga, l'international nigérian a réussi à peu près tout ce qu'il entreprenait (7 duels gagnés, 5 dribbles réussis), rendant fous ses adversaires. Pour sa première CAN avec les Super Eagles en 2019, ce fan d'Arjen Robben terminera l'épreuve comme titulaire avec une médaille de bronze autour du cou.

Milieu axial : Mario Lemina (Gabon - Fulham)


Si Fulham s'est fait rejoindre sur le fil par Arsenal (1-1), Mario Lemina aura tout fait pour les Cottagers. Très présent dans la bataille de l'entrejeu (7 duels gagnés), l'international gabonais a aussi et surtout obtenu le penalty qui sera transformé par le Nigérian Josh Maja. Sa première participation à la CAN fut gâchée par une blessure, mais l'ancien de l'OM aura une nouvelle occasion l'an prochain, suite à la qualification des Panthères.

Milieu axial : Yassine Benzia (Algérie - Dijon)


Dijon a enfin enrayé la spirale de la défaite, dimanche face à Nice (2-0). Très inspiré dans l'entrejeu, Yassine Benzia a été l'un des joueurs les plus dangereux de son équipe, couronnant sa belle performance d'un but, inscrit sur penalty. Longtemps absent suite à une grave blessure à la main au mois de mai dernier, l'international algérien a retrouvé les terrains au prix d'une patiente rééducation.

Milieu offensif gauche : Musa Barrow (Gambie - Bologne)


Musa Barrow en a fait voir de toutes les couleurs aux défenseurs de La Spezia. Servi sur un plateau pour inscrire le but du break, le Scorpion a su rendre la pareille en délivrant un caviar de centre à Mattias Svanberg pour la clôture du score (4-1). Incarnation de la génération dorée du football gambien, cet attaquant polyvalent disputera l'an prochain la première CAN de l'histoire de son pays.

Attaquant : Terem Moffi (Nigeria - Lorient)


Terem Moffi enchaîne les prestations de haute volée avec Lorient. Samedi, à Marseille, le Nigérian a encore fait forte impression en inscrivant un splendide doublé, avec un mix de technique et de puissance digne des très grands attaquants. Impeccable dans ses touches de balle et sa gestion de la profondeur, ce joueur passé par la Lituanie et la Belgique frappe fort à la porte des Super Eagles.

Attaquant : Paul Onuachu (Nigeria - Genk)


Déjà auteur de 27 buts cette saison, Paul Onuachu y est allé de son doublé face à l'Antwerp. S'il n'a pu cette fois éviter la défaite des siens (3-2), le grand échassier voit sa cote grimper en flèche. Genk aurait fixé son prix à 25 millions d’euros : de quoi faire une belle plus-value alors que le Super Eagle avait signé chez les Limbourgeois en 2019 pour six millions.