Aller au contenu principal
  1. Accueil
  2. Information
  3. Le Cameroun à l'heure de l'élection présidentielle

Le Cameroun à l'heure de l'élection présidentielle

Chargement du lecteur...
© TV5MONDE

Au Cameroun, la campagne en vue de  l'élection présidentielle de ce dimanche 7 octobre se déroule dans un climat sécuritaire tendu, notamment dans la région anglophone. Parmi les neuf candidats en lice : Paul Biya. Le président sortant brigue un septième mandat consécutif, après 35 années au pouvoir.

Il est partout dans les rues de Douala. Une campagne d'affichage massive clame "la force de l'expérience" du président Paul Biya. Ce dernier brigue un nouveau mandat ce dimanche 7 octobre après trois décennies au pouvoir. Pour certains, trop c'est trop.

Il n'y a pas de travail dans mon pays. Je suis né et j'ai connu Paul Biya président. Aujourd'hui j'ai 27 ans, et il est toujours là !

Emmanuel Evina, électricien

Le président a reçu des soutien de poids, notamment chez les stars du ballon rond. L'ex-joueur des Lions indomptables, Samuel Eto'o, a appelé à voter pour Paul Biya mercredi sur le perron du palais présidentiel :

Je vais voter pour Biya pour toutes les choses qu'il m'a apportées, dans ma vie et ma carrière.

Samuel Eto'o, ancien footballeur international

Paul Biya, 85 ans ans, 35 années à la tête de l'État, espère pouvoir demeurer sur le fauteuil présidentiel. Les militants de son parti, le Rassemblement démocratique du peuple camerounais, mettent toute leur energie pour relayer la bonne parole :

On a vu les réalisations de Paul Biya et nous pensons que c'est la personne qu'il faut pour continuer à diriger le Cameroun.

Mbita, supportice de Paul Biya

Mercredi, le parti au pouvoir a tenu un meeting en zone anglophone camerounaise, alors que les combats se poursuivent  à quelques kilomètres à peine.

La campagne électorale se déroule dans un climat sécuritaire tendu, depuis fin 2016. Dans les régions anglophones du nord-ouest et du sud-ouest du Cameroun, les séparatistes, qui se battent contre l'armée régulière pour l'indépendance de ces zones, menacent, via les réseaux sociaux, ceux qui participeront au scrutin de dimanche.
Des milliers de personnes ont encore fui ces dernières semaines, 246 00 exactement. Soit autant de voix en moins pour le scrutin de ce dimanche 7 octobre.