Aller au contenu principal
  1. Accueil
  2. Information
  3. Le Mali remporte la CAN U20, une première pour les Aiglons

Le Mali remporte la CAN U20, une première pour les Aiglons

Le Mali a remporté la CAN des moins de 20 ans 2019, dimanche à Niamey (Niger). Grâce à leur victoire sur le Sénégal aux tirs au but (3-2, après un nul 1-1 à l'issue du temps réglementaire et les prolongations), les Aiglons décrochent leur premier trophée continental dans la catégorie. Retour sur une compétition très prisée des recruteurs.

On appelle cela avoir de la suite dans les idées. Déjà vainqueur des deux dernières CAN des moins de 17 ans, le Mali est devenu dimanche champion d'Afrique dans la catégorie supérieure, celle des moins de 20 ans. Les Aiglons ont battu le Sénégal, dimanche à Niamey sur la pelouse du stade Seyni Kountché, aux tirs au but (3-2), après un match nul (1-1) à l'issue du temps réglementaire et les prolongations. Face à la possession stérile des Lionceaux, les hommes de Mamoutou Kané se sont montrés les plus efficaces, dans le jeu comme durant la série fatidique, et succèdent au palmarès à la Zambie, elle aussi victorieuse de l'épreuve pour la première fois il y a deux ans. Un vrai bol d'oxygène pour le football malien, empêtré dans une crise de gouvernance et placé l'an dernier sous tutelle par la FIFA. Déjà vainqueurs du Nigeria aux tirs au but en demi-finales, les Maliens n'ont pas volé leur trophée, qui vient récompenser une politique formatrice de longue haleine, menée par l'Académie Jean-Marc Guillou de Bamako, mais aussi le Yeelen Olympique créé par Frédéric Kanouté (2 joueurs sur les 11 titulaires en finale) ou encore Afrique Foot Elite, dont est issu le prometteur avant-centre El Bilal Touré. A tel point que les clubs européens recrutent ces jeunes talents de plus en plus tôt : sur les 21 Aiglons champions d'Afrique, 8 étaient déjà expatriés, dont 3 sous les couleurs du seul Red Bull Salzbourg (Autriche), où brillaient déjà leurs compatriotes Amadou Haidara et Diadié Samassekou.

Le Sénégal loupe encore le coche

Si le Mali rit ce lundi en attendant le retour de ses jeunes champions, dont huit furent déjà couronnés à la CAN des moins de 17 ans, le Sénégal a de quoi pleurer. Les Lionceaux de la Teranga ont enchaîné leur troisième défaite consécutive en finale de cette Coupe d'Afrique des moins de 20 ans, après avoir échoué en 2015 face au Nigeria et en 2017 face à la Zambie. Le football sénégalais court toujours après son premier sacre continental, beach soccer mis à part. Et pourtant, le Sénégal partait favori face au Mali. Au premier tour, le choc entre les deux équipes d'Afrique de l'Ouest avait nettement tourné en la faveur des premiers (2-0). Avant la rencontre, le sélectionneur Youssouph Dabo avait prévenu : "ce sera un match différent parce que c’est une finale". Les faits n'ont pas démenti celui qui a succédé à l'emblématique Joseph Koto sur le banc des Lionceaux. Souvent approximatifs dans les transmissions, battus dans l'agressivité, les fauves ont pour la plupart fait leur pire match au pire moment, à l'image du buteur Youssouph Mamadou Badji, introuvable. L'entrée d'Amadou Dia Ndiaye (FC Metz), issu du centre Génération Foot comme Sadio Mané, Ismaïla Sarr et tant d'autres avant lui, fit du bien, mais pas suffisamment pour renverser la vapeur. Le jeune attaquant, meilleur buteur du tournoi, égalisa d'une reprise acrobatique, mais trembla comme Dion Lopy lors de la série de tirs au but. On connaît la suite.

 

Rendez-vous au mois de mai en Pologne

Cette génération n'en reste pas moins prometteuse. Avec 11 buts marqués en 5 matchs, le Sénégal aura fait une belle impression malgré cette finale mal négociée. Les Lionceaux seront l'une des chances du continent à la Coupe du monde de la catégorie, qui aura lieu du 23 mai au 15 juin prochains en Pologne. Les Aiglons du Mali les accompagneront, tout comme les Amajita d'Afrique du Sud, médaillée de bronze, et les Flying Eagles du Nigeria, septuples vainqueurs de l'épreuve qui n'ont pas retrouvé le podium continental de la catégorie, après l’avoir occupé sans interruption entre 2005 et 2015. Retombée après l'élimination du pays hôte nigérien au premier tour, l'ambiance avait fait son retour dimanche à Niamey pour la grande finale. Malgré des problèmes d'éclairage qui obligèrent les organisateurs à programmer tous les matchs du stade de Maradi en diurne, c'est un bilan positif qu'a tiré le président de la CAF. "C’est une compétition qui est importante pour le pays parce qu’il lui permet de construire des infrastructures, a expliqué Ahmad. Aujourd’hui, en plus du stade de Niamey, le Niger peut désormais accueillir des compétitions internationales dans la ville de Maradi dont le stade répond aux normes internationales. Auparavant, il n’y avait que Niamey pour le faire." Le Niger n'a donc pas tout perdu malgré la déception engendrée par l'élimination précoce du Mena national.

 

 

Le tableau d'honneur

Meilleur joueur : Moussa Ndiaye (Sénégal)
Meilleur buteur : Amadou Dia Ndiaye (Sénégal)
Trophée du fair-play : Sénégal
Onze type du tournoi : Y. Koita (Mali) , C.Ndaye (Burundi) , M.Ndiaye (Sénégal) , J.Ozornwafor (Nigéria) , I.Udo (Nigéria) , D.Lopy (Sénégal) , A.Sabo (Niger) , I.Dramé (Sénégal), N.Ngcobo (Afrique du Sud) , Y.Badji (Sénégal) , E.B.Toure (Mali). 

 

 

 

 

Publicité