Aller au contenu principal
  1. Accueil
  2. Information
  3. Liban : les migrants proposent un programme radio pour faire connaître leurs pays

Liban : les migrants proposent un programme radio pour faire connaître leurs pays

Chargement du lecteur...
TV5MONDE

Certains sont arrivés il y a plus de 10 ans au Liban. Des éthiopiens, des soudanais, des philippins. Ils travaillent parfois dans des conditions difficiles. Aujourd'hui, ces migrants ont décidé de se battent contre les préjugés. En créant une radio où ils racontent leurs pays. 

Elles viennent d'Ethiopie, du Soudan, des Philippines.... toutes se sont installées au Liban après avoir migrer, pour travailler.
Elles sont femmes de ménage, cuisinière ou nourrice.
Mais depuis quelques mois, elles enregistrent une émission de radio produite par des migrants. 
Ils racontent leur pays à l'antenne. 

"Dans chacun des épisodes, nous nous concentrons sur un pays, l'Ethiopie, le Soudan, ou le Sri lanka. Et cela est très important car nous avons une méconnaissance de ces pays et de ces nationalités ici au Liban. Alors grâce à l'émission, les migrants offrent une idée claire sur ces endroits, sur ce à quoi ils ressemblent en réalité." explique Ramy Shukr, programmateur au Mouvement anti-racisme 

Au delà même de la méconnaissance, il y a une réelle intolérence, un mépris de ces travailleurs venus d'ailleurs. 

"Ils pensent que nous existons uniquement pour travailler pour eux. Ils ne savent pas ce que nous avons dans nos pays, ils demandent même si nous avons une maison.... C'est étrange. Nous sommes des êtres humains, où devrions-nous vivre ? Dans les arbres ? Ils nous demandent si nous avons des carrottes dans notre pays. C'est pour cela que je voulais participer à cette émission de radio. pour leur dire que nous avons tout ce qu'ils ont, que nous sommes juste obligés de travailler ici pour aider nos familles.", raconte Tarikwa Bekele, travailleuse migrante d'Ethiopie et présentatrice radio 

Tarikwa, comme beaucoup d'autres éthiopiennes, a été confrontée à des conditions de travail quasiment inhumaines chez certains de ses employeurs. 
Alors elle a pris à coeur de parler de ses droits au micro. 

"J'ai été vraiment surprise par ces hommes et ces femmes qui ont  travaillé sur les épisodes sur le Soudan et l'Ethiopie car ils ont de grandes capacités et un réel potentiel." Christine Habib, journaliste et enseignante de radio 

Pour le moment, les enregistrements ont lieu le dimanche, jour de congés. Les premiers épisodes seront diffusés début 2019. Tous espèrent un franc succès.