Libye : les militaires turcs ne sont pas prêts à partir, les paramilitaires russes non plus

Image
Libye : la Turquie n'est pas prête à partir, les paramilitaires russes non plus (1)
La conférence internationale pour la lIbye s'est tenue à Paris soius la co-présidence de la France, l'Allemagne et l'Italie, 12 novembre 2021.
AP
Mis à jour le
14 novembre 2021 à 16:55
par TV5MONDE
Pour Ankara, la présence des soldats turcs en Libye est un gage de stabilité à la demande de Tripoli et ne doit pas être assimilée à des mercenaires étrangers. Telle est la réponse de la Turquie à la demande par le président Macron à l'issue de la conférence internationale de Paris sur la Libye, du retrait "sans délai" des forces étrangères russes et turques. 

La présence militaire turque en Libye constitue "une force de stabilité", a déclaré samedi 13 novembre le porte-parole de la présidence turque, Ibrahim Kalin, au lendemain de la demande du président français Emmanuel Macron à l'encontre de la Turquie et de la Russie de retirer leurs "mercenaires et forces militaires".

"Parfois nos alliés évoquent cette question comme si la présence turque était le principal problème en Libye. Ce n'est pas le cas. (...) Nous sommes là comme force de stabilité et pour aider le peuple libyen", a affirmé le porte-parole turc. "Nos militaires sont là-bas dans le cadre d'un accord avec le gouvernement libyen. Ils ne peuvent donc pas être mis sur le même plan que des mercenaires qui sont emmenés d'autres pays", a-t-il continué.

Militaires turcs et paramilitaires russes

Le porte-parole de la présidence turque a aussi questionné "les efforts" des pays occidentaux pour le retrait de la société paramilitaire russe Wagner de la Libye.

"Il y a la présence de Wagner, les mercenaires russes là-bas. Je ne sais pas ce que font nos amis et alliés en Europe à ce sujet. En parlent-ils vraiment à la Russie ou font-ils vraiment un effort sérieux et concerté pour faire sortir Wagner de Libye ?", a-t-il demandé.

La conférence internationale sur la Libye à Paris a endossé vendredi "le plan libyen de départ des forces et mercenaires étrangers". Plusieurs milliers de mercenaires russes - du groupe privé Wagner -, syriens pro-turcs, tchadiens et soudanais sont encore présents en Libye, selon l'Elysée, le palais de la présidence française.

Mais la Turquie se montre peu pressée d'engager un retrait de ses forces. Le Kremlin dément, lui, tout envoi de militaires ou mercenaires en Libye ainsi que tout lien avec le groupe Wagner.

Un premier "retrait de 300 mercenaires"

"Un premier pas a été fait en effet avec l'annonce hier (...) du retrait de 300 mercenaires" au service du camp de l'homme fort de l'Est libyen Khalifa Haftar, a souligné Emmanuel Macron, lors d'une conférence de presse. 

"Mais ce n'est qu'un début: la Turquie, la Russie doivent aussi retirer sans délai leurs mercenaires et leurs forces militaires, dont la présence menace la stabilité et la sécurité du pays et de toute la région", a-t-il ajouté. 

"Il y a un certain nombre de réticences côté turc. C’est une bonne chose qu’on puisse voir un premier retrait, ca va servir d’exemple. Les choses ont démarré", a renchéri la chancelière allemande Angela Merkel lors de cette conférence de presse tenue à Paris.