Aller au contenu principal
  1. Accueil
  2. Information
  3. Ligue des Champions : ces Africains qui rêvent de succéder à Eto’o et Drogba

Ligue des Champions : ces Africains qui rêvent de succéder à Eto’o et Drogba

Alors que l’épreuve en est à ses quarts de finale, plusieurs joueurs africains sont encore en course pour inscrire leur nom au palmarès de l’épreuve. Un privilège rare.

Alors que les quarts de finale aller de la Ligue des Champions se sont disputés cette semaine, la question peut encore se poser : un ou plusieurs joueurs africains inscriront-ils cette année leur(s) nom(s) au firmament de l'épreuve reine du football européen ? Un tel exploit mettrait fin à six années d'absence au palmarès pour les représentants du continent, depuis que Didier Drogba, Salomon Kalou et John Obi Mikel avaient contribué à offrir le trophée à Chelsea en 2012, devenant les treizième, quatorzième et quinzième joueurs africains à soulever cette coupe tant convoitée. S'ouvrirait ainsi une nouvelle page, après celle écrite au tournant de la décennie par les stars planétaires Samuel Eto'o et Didier Drogba. Alors que huit équipes demeurent en lice, plusieurs footballeurs africains sont encore susceptibles de rejoindre ces glorieux prédécesseurs dans la légende.




L’époustouflant duo Salah-Mané



Avec 7 buts chacun cette saison, M.Salah et S.Mané ne sont qu'à un but du record africain de Eto'o en Ligue des champions (2011)


Stratosphérique, le duo offensif de Liverpool composé de Mohamed Salah et de Sadio Mané a grandement contribué à terrasser le Manchester City de Pep Guardiola (3-0), pourtant donné favori de l'épreuve. Jugez plutôt : auteur de l'ouverture du score sur un contre par lui-même initié, l’international égyptien (25 ans, 57 sélections) a ensuite délivré un centre délicieux vers son partenaire sénégalais pour clôturer la marque. Sorti ensuite avant le terme de la rencontre en raison d'une pointe à l'adducteur gauche, le Pharaon s'impose de plus en plus comme un "top player", appartenant au cercle très fermé de ceux qui peuvent faire basculer une rencontre par la seule grâce de leur talent, de ceux qui parachèvent et embellissent l'œuvre des collectifs dont ils sont les fers de lance. Placé dans le couloir opposé, sur la gauche du trident offensif, Sadio Mané dispose de qualités similaires, et a le mérite de continuer à briller alors que son partenaire prend beaucoup de la lumière.

Liverpool joue la carte africaine


Des huit équipes encore en course pour le sacre, Liverpool est la plus consommatrice de talents africains, puisque outre les duettistes susnommés, les Reds comptent sur le défenseur camerounais Joël Matip, actuellement sur le flanc, et ont déjà conclu le recrutement du Guinée Naby Keita (RB Leipzig), qui viendra renforcer leur escouade l'été prochain. Dans le camp des Citizens, l'Ivoirien Yaya Touré, vainqueur de l'édition 2008-2009 alors qu'il évoluait au FC Barcelone, ne représente pas l'avenir, au contraire d'Achraf Hakimi, le jeune latéral droit marocain du Real Madrid, apparu deux fois cette saison dans l'épreuve. Vainqueurs des deux dernières éditions, les Merengue, vainqueurs sur le terrain de la Juventus Turin (3-0), ont pris une option quasi-décisive sur les demi-finales. Les autres clubs en ballotage favorable pour la qualification, en l'occurrence le Bayern Munich et le FC Barcelone, ne comptent pas de joueur africain dans leur effectif.

Eto’o truste les records



Samuel Eto'o et Seydou Keita avec le FC Barcelone lors de la victoire contre Manchester United en 2009.


Cela n'a pas toujours été le cas : lors de sa victoire en 2000-2001, la formation bavaroise avait pour défenseur central le Ghanéen Samuel Kuffour. Quant au Barça, il a permis à trois Africains d'accéder au Graal que représente la C1 européenne : le Malien Seydou Keita en 2009 et 2011, l'Ivoirien Yaya Touré en 2009 et surtout le Camerounais Samuel Eto'o. L'ancien pichichi a soulevé la Coupe aux grandes oreilles à trois reprises : en 2006 et 2009 avec les Blaugrana, donc, mais aussi en 2010 avec l'Inter Milan. Et sur les trois buts inscrits en finale de la Ligue des Champions par des joueurs africains (tirs au but mis à part), le Lion Indomptable en a marqué deux (en 2006 et en 2009), le troisième ayant été l'oeuvre de l'Algérien Rabah Madjer avec le FC Porto, d'une talonnade entrée depuis dans la légende du football. Au total, le cercle très "select" des joueurs africains vainqueurs de la Ligue des Champions ne compte que quinze membres. Sur ce total, trois pays d'Afrique de l'Ouest se taillent la part du lion : la Côte d'Ivoire, le Ghana et le Nigeria, avec trois représentants chacun.

Les 15 Africains vainqueurs d'une finale de Ligue des Champions :


Bruce Grobbelaar (Zimbabwe) – Liverpool, 1984.
Rabah Madjer (Algérie) – FC Porto, 1987.
Abedi Pelé (Ghana) – Olympique de Marseille, 1993.
Finidi George (Nigeria) – Ajax Amsterdam, 1995.
Nwankwo Kanu (Nigeria) – Ajax Amsterdam, 1995.
Samuel Kuffour (Ghana) – Bayern Munich 2001.
Benni McCarthy (Afrique du Sud) – FC Porto, 2004.
Djimi Traoré (Mali) – Liverpool, 2005.
Samuel Eto'o (Cameroun) – FC Barcelone, 2006, 2009, Inter Milan, 2010.
Yaya Touré (Côte d'Ivoire) – FC Barcelone, 2009.
Seydou Keita (Mali) – FC Barcelone, 2009, 2011.
Sulley Muntari (Ghana) – Inter Milan, 2010.
John Obi Mikel (Nigeria) – Chelsea, 2012.
Salomon Kalou (Côte d'Ivoire) – Chelsea, 2012.
Didier Drogba (Côte d'Ivoire) – Chelsea, 2012.