Aller au contenu principal
  1. Accueil
  2. Information
  3. Ligue des Champions, Coupe de la CAF : deux finales entre ténors continentaux

Ligue des Champions, Coupe de la CAF : deux finales entre ténors continentaux

Le plateau des finales des Coupes africaines interclubs est connu. Al-Ahly et l’Espérance de Tunis s’affronteront pour la Ligue des Champions, l’AS Vita Club et le Raja Casablanca en découdront pour la Coupe de la Confédération. Retour sur le parcours des équipes qualifiées.

Les quatre équipes qualifiés pour les finales des Coupes africaines interclubs sont connues. En Ligue des Champions, le trophée se jouera entre Al-Alhy et l’Espérance de Tunis. Les Egyptiens, finalistes sortants défaits l’an dernier par le Wydad Casablanca, tenteront de remporter leur neuvième victoire dans l’épreuve face aux Sang et Or, qu’ils avaient battus en 2012. Deux fois titrés par le passé, les Tunisiens visent la passe de trois, sept ans après leur dernier sacre continental. La Coupe de la Confédération offrira au contraire une affiche inédite, qui mettra aux prises l’AS Vita Club et le Raja Casablanca. Entre des Congolais désireux de conserver la Coupe au pays après le sacre de leurs rivaux du TP Mazembe l’an passé et des Marocains motivés à l’idée de contester l’ascendant localement pris ces dernières années par le Wydad, cela s’annonce serré. A noter également que ces deux finales vont opposer des équipes qui se connaissent déjà sous les moindres coutures, puisqu’elles sont issues des mêmes poules de qualification. Le bilan ? Un nul et une victoire pour Al-Ahly face à l'Espérance, un bilan similaire pour "V.Club" face au Raja. On évitera toutefois d'accorder trop d'importance à ces résultats datant de plusieurs mois, a fortiori pour les finalistes de la Ligue des Champions, qui ont tous deux changé d'entraîneur : en juillet pour Al-Ahly avec la nomination de Patrice Carteron, entre les deux manches des demi-finales pour l'Espérance, Mouine Châabani remplaçant Khaled Ben Yahia.

L’Afrique du Nord en force


Quoiqu'il advienne en finale, les clubs nord-africains garderont leur mainmise sur la Ligue des Champions, dont seules trois éditions leur ont échappé depuis le début de la décennie. Avant d'en arriver là, Al-Ahly et l'Espérance de Tunis ont connu des fortunes diverses en demi-finales. Faciles vainqueurs de l'ES Sétif chez eux à l'aller (2-0), les Egyptiens ont géré tranquillement lors de la manche retour en terre algérienne. Un peu trop tranquillement même sur la fin du match, qui les vit concéder beaucoup d'occasions et s'incliner (2-1) après avoir pourtant ouvert le score par Walid Soliman, toujours redoutable à bientôt 34 ans. Pour l'Espérance de Tunis, ce fut une tout autre paire de manches : battus à Luanda par le Primeiro de Agosto (1-0), les Tunisiens ont été contraints à un match poursuite échevelé après avoir encaissé le premier but à Radès. 85 minutes et quelques spectaculaires rebondissements plus tard, les Sang et Or marquaient le but de la qualification (4-2) par Anice Badri. En comparaison, le suspense fut bien moindre en Coupe de la Confédération, dont les demi-finales virent l'AS Vita Club et le Raja Casablanca assumer leurs statuts de favori pour sortir Al-Masry et Enyimba avec autorité.

Un œil sur l’arbitrage


Le plateau de ces rencontres a fière allure, avec quatre anciens vainqueurs de la Ligue des Champions. Mais outre les joueurs, l'arbitrage sera surveillé de très près au cours de ces doubles confrontations. D'abord parce que ces finales seront les premières à bénéficier de l’assistance vidéo à l’arbitrage, toutes confédérations confondues. Après l’avoir déjà utilisé lors de la Supercoupe de la CAF, la Confédération africaine de football a décidé de recourir au VAR pour ces matchs aller et retour. Ce n'était pas le cas lors des demi-finales, et cela s'est vu. A Radès, le Primeiro de Agosto (qui a depuis saisi la CAF pour marquer le coup) s'est vu refuser à une douzaine de minutes du terme un but valable qui aurait pu lui permettre de ramener le score à 3-3. Ainsi contrainte à marquer deux nouveaux buts, l'Espérance aurait-elle réussi à le faire ? On ne le saura jamais, mais le VAR aurait sans doute évité cet « oubli », comme celui d’un penalty pour les hôtes en première période, suite à une sortie non maîtrisée du portier angolais. Sans parler de Kinshasa, où les joueurs d'Al-Masry passèrent une partie de la rencontre à contester les moindres décisions arbitrales, au point de mettre cinq bonnes minutes à reprendre la partie après avoir encaissé le troisième but... L'assistance vidéo ramènera-t-elle de la sérénité autour de ces matchs à fort enjeu sportif et émotionnel ? Tel est certainement le pari de la CAF.

Le programme des finales


Ligue des Champions :

Match aller : Al-Ahly - Espérance Tunis, le 2 novembre (sous réserve) au Caire.

Match retour : Espérance Tunis - Al-Ahly, le 9 novembre (sous réserve) à Radès.

Le vainqueur de la Ligue des champions de la CAF représentera l'Afrique à la Coupe du monde des clubs, qui aura lieu cette année du 12 au 22 décembre, aux Émirats arabes unis. Deux ont déjà été finalistes de cette épreuve : le TP Mazembe en 2010, le Raja Casablanca, en tant que club du pays organisateur, en 2013.

Coupe de la Confédération :

Match aller : Raja Casablanca - AS Vita Club, le 23 novembre (sous réserve) à Casablanca.

Match retour : AS Vita Club - Raja Casablanca, le 30 novembre (sous réserve) à Kinshasa.