Ligue des Champions : Teungueth, un jeune premier ambitieux

Image
Ligue des Champions : Teungueth, un jeune premier ambitieux (1)
Mis à jour le
12 février 2021 à 08:08
par
Pour la première fois depuis plus de quinze ans, le Sénégal sera représenté cette année en phase de poules de la Ligue des Champions africaine. C'est le Teungueth FC qui aura cet honneur. Le club basé dans la ville de Rufisque recueille les fruits d'un patient travail de structuration et compte bien s'installer dans le gotha continental. Coup de zoom.
« Il est temps de défoncer cette porte sur laquelle nous butons depuis si longtemps » : le souhait de Mouhamed Djibril Wade, président de la Ligue sénégalaise de football professionnel (LSFP) a été exaucé. Le Teungueth FC représentera le Sénégal en phase de poules de la Ligue des Champions africaine et commencera par se mesurer samedi à l'Espérance de Tunis, quadruple vainqueur de l'épreuve. Cette réussite, le club de la ville de Rufisque (située à 30 km de Dakar) la doit à Babacar Ndiaye. Cet homme d'affaires mordu de football a repris il y a huit ans le club de quartier du Diokoul FC, alors en Nationale 1 (équivalent de la troisième division). Sa première décision ? « De Diokoul, nom d’un quartier de Rufisque, on est passé à celui de Teungueth, nom traditionnel de Rufisque afin d’amener tous les fils de la ville à se regrouper autour du club », dira-t-il. La nouvelle entité va gravir les échelons un à un pour se retrouver dans l’élite du football sénégalais en 2016, puis à remporter ses premiers titres : la Coupe du Sénégal en 2019, une première depuis 1977 pour la patrie de Thierno Youm et du regretté Papa Bouba Diop, puis un premier titre de champion l'an dernier.

L'exploit face au Raja Casablanca


Les hommes du TFC n'en sont pas resté là. Le mois dernier, ils ont créé la sensation des 16emes de finale de la Ligue des Champions africaine en éliminant le Raja Casablanca, demi-finaliste sortant, aux tirs au but. Disputée sur un terrain transformé en piscine par les précipitations, la manche retour au complexe Mohamed V est entrée dans la légende de l'épreuve. Pour venir à bout d'un aussi prestigieux adversaire, les Sénégalais n'avaient rien laissé au hasard. De la réservation de l'hôtel aux jeux de maillots en passant par le choix du bus et des chaussures, aucun élément logistique n'avait été négligé par le président, fort de son expérience de patron des catégories de jeunes à la Fédération sénégalaise de football (FSF). « Ce sont ces sommes de détails qui nous ont permis d’être bien préparés », a rappelé le jeune dirigeant, fier de voir son équipe devenir la première de son pays à accéder à la phase de poules de la Ligue des Champions depuis la Jeanne d’Arc de Dakar en 2004.

Un patient travail de structuration


Fruit donc d'une préparation minutieuse, cette présence dans le Top 16 africain des clubs reflète aussi et surtout un patient travail de structuration. « Nous avons commencé à bâtir un club dès notre prise de pouvoir il y a huit ans en essayant de mettre en place des fondations solides », expliquait l'an dernier Babacar Ndiaye au site officiel de la CAF. « Nous avons une vingtaine de techniciens qui prennent en charge des joueurs des U13 à la catégorie seniors », précisait alors le dirigeant. Pour grandir, le TFC s’est attaché les services de techniciens de premier rang à l’image de l'actuel occupant du banc, Youssouph Dabo, sélectionneur des U20 finalistes de la CAN 2019 de la catégorie. « La feuille de route vise à mettre sur pied un club de dimension africaine dans les dix prochaines années », annonçait voici un an Babacar Ndiaye. Son équipe a depuis intégré le rang des participants aux poules de Ligue des Champions. Un cercle fermé qu'elle n'entend plus quitter.