L'Italie de Giorgia Meloni cherche à renforcer ses liens avec l'Algérie pour moins dépendre du gaz russe

Image
L'Italie de Giorgia Meloni cherche à renforcer ses liens avec l'Algérie pour moins dépendre du gaz russe (1)
La président du Conseil Giorga Melon quitte Alger ce 23 janvier après une visite de deux jours, ce 23 janvier 2023.
AP Photo/Fateh Guidoum
Mis à jour le
24 janvier 2023 à 15:57
par TV5MONDE AFP
La cheffe du gouvernement italien Giorgia Meloni a convenu de renforcer la coopération dans le domaine des hydrocarbures avec l'Algérie lors d'un entretien lundi 23 janvier  avec le président Abdelmadjid Tebboune. Ce dernier a estimé qui l'Italie pourrait devenir "un hub énergétique pour l'Europe".
"Face à la grande crise énergétique que traverse notamment l'Europe, l'Algérie pourrait devenir un leader de la production, certes africaine mais probablement mondiale. L'Italie est inévitablement la porte d'accès à cette énergie et à l'approvisionnement de l'Europe", a déclaré  pour sa part Mme Meloni lors d'un point de presse conjoint avec Abdelmadjid Tebboune à Alger à l'issue de leur entretien.

Relance du GALSI, le gazoduc Algérie-Sardaigne-Italie ? 

Abdelmadjid Tebboune a de son côté précisé qu'un accord avait été signé pour "l'étude et la réalisation d'un gazoduc (composé de plusieurs éléments) qui transportera à la fois le gaz, l'hydrogène, l’ammoniac et même de l'électricité".

Selon lui "ce projet fera de l'Italie un hub énergétique pour l'Europe".
Il répondait à une question d'un journaliste sur la relance du GALSI (Gazoduc ALgérie – Sardaigne – Italie), qui devait être mis en service en 2014 pour transporter du gaz et qui n'a pas été réalisé.

Avant l'invasion de l'Ukraine, l'Italie importait 95% du gaz qu'elle consommait, dont environ 40% provenaient de Russie.

Pour réduire cette dépendance, Rome se tourne de plus en plus vers l'Algérie, historiquement son deuxième plus grand fournisseur. Le président algérien a rappelé que "les échanges commerciaux entre les deux pays ont atteint 16 milliards de dollars en 2022 alors qu'ils étaient de 8 milliards seulement en 2021".
 
Sur cette phot datée du 12 avril 2022 fournie par la présidence algérienne Abdelmadjid Tebboune s'entretient avec Mario Draghi. Alors président du conseil, Mario Draghi avait réussi à obtenir une augmentation des exportations de gaz de l'Algérie vers la Tunsie.
Sur cette phot datée du 12 avril 2022 fournie par la présidence algérienne Abdelmadjid Tebboune s'entretient avec Mario Draghi. Alors président du conseil, Mario Draghi avait réussi à obtenir une augmentation des exportations de gaz de l'Algérie vers la Tunsie.
Présidence algérienne via AP
Cette augmentation est principalement liée à différents accords conclus en juillet par le prédécesseur de Mme Meloni, Mario Draghi, avec le président Tebboune afin que l'Algérie fournisse plus d'hydrocarbures à l'Italie.

Parmi ces accords, figurait un gros contrat de partage de production pétrolière et gazière d'un montant de quatre milliards de dollars entre l'Algérie et des entreprises du secteur énergétique, dont le géant italien Eni, avec pour objectif de réduire la dépendance de l'Italie des livraisons russes.

L'Algérie fournit 11% du gaz naturel consommé en Europe

Eni, présente en Algérie depuis 1981, gère avec le géant algérien des hydrocarbures Sonatrach le gazoduc TransMed qui relie le pays à l'Italie, via la Tunisie.

L'Algérie est le premier exportateur africain de gaz naturel et le 7e mondial. Avant l'invasion russe de l'Ukraine, l'Algérie fournissait environ 11% du gaz consommé en Europe, contre 47% pour la Russie.

Plusieurs pays européens cherchant à réduire leur dépendance des livraisons russes se sont tournés vers l'Algérie.