Mali : des soldats maliens tués dans une embuscade

Image
Mali : des soldats maliens tués dans une embuscade (1)
Des soldats maliens attendent à l'entrée de Gao, au nord du Mali, le 28 janvier 2013.
© AP / Jerome Delay
Mis à jour le
25 février 2021 à 13:28
par TV5MONDE avec AFP

Au moins deux soldats maliens ont été tués et sept blessés mardi dans une embuscade dans la région de Mopti, dans le centre du Mali, où sévissent des groupes djihadistes, a indiqué l'armée malienne dans la soirée.

Vers 14 heures, "une mission de la 53e Compagnie d'Intervention Rapide quittant Sévaré pour Konna est tombée dans une embuscade tendue par des Groupes Armés Terroristes (GAT)", a indiqué l'armée sur les réseaux sociaux, confirmant des informations obtenues auprès de sources sécuritaires et d'un élu local.

L'attaque s'est produite à mi-chemin entre Sévaré, et Konna, où l'armée dispose d'une importante base, selon le communiqué.

Le "bilan provisoire est deux morts et sept blessés", précise l'armée, en ajoutant que des "renforts terrestres et aériens ont aussitôt fait mouvement vers les lieux de l'embuscade".

Depuis 2012 et le déclenchement de rébellions, indépendantiste puis djihadiste, dans le nord, le Mali est plongé dans une tourmente multiforme qui a fait des milliers de morts, civils et combattants, et des centaines de milliers de déplacés, malgré le soutien de la communauté internationale et l'intervention de forces de l'ONU, africaines et françaises.

Les violences se sont propagées vers le centre du pays, qui en est devenu un des principaux foyers, et vers le Burkina Faso et le Niger voisins.

Voir aussi : Niger : un forum de réconciliation pour faire face aux djihadistes

Chargement du lecteur...

Les groupes armés apparus en 2015 dans le centre du Mali ont prospéré sur les anciens antagonismes liés à la terre, entre éleveurs et agriculteurs et entre ethnies peul, bambara et dogon. Ils attaquent tout ce qui reste de représentation de l'Etat et fomentent ou attisent ces tensions. Des "groupes d'autodéfense" communautaires sont également accusés d'exactions.