Mali : il n'y aura pas de redéploiement de Barkhane au Niger

Image
Mali : il n'y aura pas de redéploiement de Barkhane au Niger (1)
Soldats de la force Barkhane quittant leur base de Gao, Mali, à bord d'un C130 de l'US Air Force, le 9 juin 2021. 
© AP Photo/Jérôme Delay
Mis à jour le
11 mars 2022 à 17:59
par TV5MONDE AFP
Selon le général Laurent Michon, commandant de la force française Barkhane, déclare à  Ouagadougou il n'y aura "absolument pas de redéploiement" au Niger de l'armée française. La France maintiendra sa base aérienne dans son dispositif actuel "ni plus ni moins."

"Le retrait de Barkhane ne consiste pas à se repositionner au Niger, mais à se retirer du Mali", a déclaré le général Michon lors d'une conférence de presse. "Il n'y a absolument pas de redéploiement ou de repositionnement de Barkhane au Niger" souligne le général.

La France maintiendra dans ce pays "la base aérienne dans son dispositif actuel, ni plus, ni moins".

Cependant un dispositif pourra par la suite "être adapté au Niger sur la demande des autorités militaires nigeriennes (...) une fois que l’approbation politique du soutien occidental sera obtenu".

Le chef de la force Barkhane a par ailleurs annoncé qu'à la suite des soldats français présents au Mali, "les contingents italiens et suédois vont rentrer en Europe".

Concernant le retrait de Barkhane du Mali, le général Michon a assuré que cela "va se passer en coordination avec l'état-major malien, le but étant de le faire le plus vite possible, mais en évitant le vide sécuritaire" et être "sûr" que les forces armées du Mali  "viendront prendre les postes de Gao, Menaka et Gossi où nous sommes déployés aujourd'hui".

RE(voir) : Armée française au Sahel : fin de l'opération Barkhane

Chargement du lecteur...

"L'avenir de Barkhane se construira avec les capitales africaines qui le souhaitent, dans une zone qui sera étendue avec le Golfe de Guinée", a-t-il dit. "On va continuer la lutte avec les pays qui souhaitent notre appui. Nous souhaitons continuer à rassurer les forces armées, la Minusma (mission de l'ONU au Mali) la force du G5 (Sahel), en apportant un appui par les airs ou tout autre moyen, à leurs propres missions"

Selon lui, le groupe djihadiste État islamique qui frappe dans plusieurs pays du Sahel, "est en train de se recomposer", car "si la hiérarchie a été atteinte, le jeu du renouvellement, si rien n'est fait, fera que la menace recommencera à croître".

(RE)voir : Niger : "L'opération Barkhane s'est avérée incapable de contenir les attaques contre les populations civiles"

Chargement du lecteur...

Quelque 2.400 militaires français sont déployés au Mali, sur un total de 4.600 au Sahel.

Le 17 février, le président français Emmanuel Macron avait annoncé leur retrait "en raison des multiples obstructions des autorités de transition maliennes", des militaires qui ont pris le pouvoir par la force en 2020 et avec lesquelles les relations avec Paris n'ont cessé de se dégrader.