Mondial 2022 : éliminatoires, mode d'emploi

Image
Mondial 2022 : éliminatoires, mode d'emploi (1)
Mis à jour le
1 septembre 2021 à 10:14
par
Pandémie oblige, c'est un sprint que les 40 équipes africaines encore en lice dans les éliminatoires du Mondial 2022 s'apprêtent à livrer. D'ici au début du mois de novembre, 120 rencontres vont permettre de déterminer la liste des dix barragistes, qui s'affronteront en mars prochain afin de décrocher leur billet pour le Qatar. Présentation.
Le calendrier de la saison 2020-2021 ne laisse pas grand répit aux joueurs internationaux. Alors que le mercato estival est à peine terminé, commencent déjà les éliminatoires du Mondial 2022 en zone Afrique. Reportées en raison de la pandémie de Covid-19, ces rencontres vont se dérouler selon la formule suivante : dix poules de quatre équipes vont permettre de déterminer un Top 10, avec les deux premières journées en septembre, les deux suivantes en octobre et les deux dernières en novembre. Chaque vainqueur de poule accédera alors au troisième tour. Programmée pour le mois de mars 2021, cette dernière étape opposera les dix vainqueurs de groupe, qui disputeront cinq barrages en matchs aller-retour.

Ces doubles confrontations permettront de déterminer les cinq qualifiés africains pour la Coupe du monde 2022 au Qatar. Pour rappel, les mondialistes sortants sont le Sénégal, le Nigeria, la Tunisie, le Maroc et l’Égypte. L’Algérie, devenue depuis championne d’Afrique, la Côte d’Ivoire et le Ghana, régulièrement qualifiés entre 2006 et 2014, et le Cameroun, recordman des participations à la phase finale, figurent parmi les équipes désireuses de se mêler à la lutte. Entre temps, toutes ces escouades ambitieuses se retrouveront au Cameroun début janvier pour la CAN 2021. Quand on vous dit que le calendrier international est infernal...

Pays sur liste rouge et stades sur liste noire…

En attendant, les équipes sur la ligne de départ devront faire avec certaines contraintes. Celles liées à la pandémie tout d’abord. La Premier League anglaise a décidé de retenir tous les joueurs originaires de pays qui font partie de la liste rouge du gouvernement britannique, ou susceptibles de s'y déplacer avec leur équipe nationale. Prise de manière unilatérale et sans le consentement de la FIFA, cette décision vise à éviter aux footballeurs concernés une mise en quarantaine à leur retour. Malgré les protestations du boss de la FIFA, Gianni Infantino, la mesure a été maintenue, poussant les sélectionneurs concernés à revoir leurs listes. Avec des cas de figure inédits : que dire du cas d'un joueur qui pourra disputer l'une des deux journées, dans un pays « autorisé », mais pas la seconde, dans un pays sur liste rouge ?

Celles dues aux suspensions de terrain ensuite. La Confédération africaine de football (CAF) a sévi au sujet des stades et décidé que le Burkina Faso, la Centrafrique, Djibouti, la Guinée-Bissau, le Malawi, le Mali, la Namibie et le Niger ne pourraient pas jouer leurs matchs à domicile. Ces pays ne disposant pas de stades répondant aux normes internationales, les rencontres vont se disputer sur terrain neutre. Ainsi, le Malawi et la Namibie affronteront respectivement le Mozambique et le Congo à Soweto en Afrique du Sud, la Centrafrique « recevra » le Cap-Vert à Douala au Cameroun, la Guinée-Bissau se mesurera à la Guinée à Nouakchott en Mauritanie, tandis que quatre matchs auront lieu au Maroc : Mali-Rwanda (à Agadir), Burkina Faso-Algérie (à Marrakech), Niger-Burkina Faso (à Marrakech) et Djibouti-Niger (à Rabat).