Aller au contenu principal
  1. Accueil
  2. Information
  3. Nigeria, Afrique du Sud et Cameroun : trois équipes africaines à la conquête du Mondial féminin

Nigeria, Afrique du Sud et Cameroun : trois équipes africaines à la conquête du Mondial féminin

Trois équipes africaines vont prendre part à la Coupe du monde féminine 2019, qui débute vendredi en France et durera jusqu'au 7 juillet. Le Nigeria, l'Afrique du Sud et le Cameroun ont gagné le droit de représenter le continent lors de cette épreuve reine du football féminin. Quelles sont leurs chances respectives ?

Nigeria


Sacrées championnes d'Afrique pour la neuvième fois de leur histoire l'an dernier aux dépens des Sud-Africaines, les Super Falcons du Nigeria évolueront dans le groupe A avec le pays-hôte, la France, mais aussi la Corée du Sud et la Norvège. Seule équipe africaine à avoir participé à toutes les éditions de l'épreuve depuis le lancement du Mondial féminin, les Nigérianes arrivent fortes de cette expérience unique, symbolisée par la légendaire Onome Obi (seule joueuse à avoir joué cinq Coupes du monde); elles sont animées par l'ambition de franchir le premier tour. Cela ne leur est arrivé qu'une seule fois par le passé. C'était en 1999. Les coéquipières de Maureen Mmadu avaient alors échoué en quarts de finale face au Brésil de Marta (3-4, après prolongation). Deux décennies se sont depuis écoulées, mais aucune autre équipe africaine n'a plus réussi pareil parcours. Les Nigérianes peuvent-elles cette année renouer avec ce passé prometteur ? L'équipe conduite par le Suédois Thomas Dennerby veut y croire. Il lui faudra faire mieux qu'en 2015 : déjà placées dans un groupe très relevé, les Super Falcons n'avaient pas survécu au premier tour, après un nul face aux Suédoises (3-3) et deux défaites, face aux Australiennes (0-2) et aux Américaines (0-1).

La star : Asisat Oshoala
On ne présente plus Asisat Oshoala. Son CV parle pour elle : à 24 ans, l'attaquante, déjà passée par Liverpool, Arsenal (Angleterre) et le Dalian Quanjian (Chine), porte aujourd'hui les couleurs du FC Barcelone. C'est elle qui a sauvé l'honneur des Blaugrana, battues par l'OL (4-1) en finale de la dernière Ligue des Champions féminines. Révélée lors de la Coupe du monde des moins de 20 ans 2014 qui vit l'équipe nigériane aller jusqu'en finale, elle a depuis été élue joueuse africaine à trois reprises : en 2014, 2016 et 2017.

Le calendrier :
Samedi 8 juin : Norvège - Nigeria, à 15h à Reims.
Mercredi 12 juin : Nigeria - Corée du Sud, à 15h à Grenoble .
Lundi 17 juin : Nigeria - France, à 21h à Rennes .

Afrique du Sud


L'Afrique du Sud s'apprête à disputer la première phase finale de Coupe du monde de son histoire. L'équipe n'arrive pas en France sans arguments. Battues par le Nigeria en finale de la CAN 2018 au Ghana, les Banyana Banyana avaient sans doute été l'équipe la plus séduisante du tournoi. Lors du Mondial en France, elles affronteront l’Allemagne, championne olympique en titre, la Chine et l’Espagne. Leur qualité de jeu leur permet de viser un des deux tickets qualificatifs. A condition que leur manque total d'expérience ne leur joue pas de vilains tours. Seule femme à diriger une équipe africaine lors de ce Mondial, Desiree Ellis compte bien voir ses filles poursuivre leur progression. Sous sa direction, elles ont terminé quatrième de la CAN 2016, avant de remporter la COSAFA Cup en 2017 et 2018, et d'atteindre la finale de la CAN 2019. « La Coupe du monde ? Tout est possible ! », assure la sélectionneuse, qui reçut l'an passé le trophée CAF de meilleur coach de l'année d'une équipe féminine africaine.

La star : Thembi Kgatlana
Thembi Kgatlana a crevé l'écran lors de la CAN 2018. Elément moteur des Banyana Banyana, la joueuse de 23 ans a terminé meilleure buteuse de l'épreuve avec 5 réalisations et en a été désignée meilleure joueuse. Cette attaquante redoutable s'est aussi illustrée sur le marché des transferts, en passant du Houston Dash, dans le très relevé championnat nord-américain, au Beijing BG Phoenix FC en Chine. Footballeuse africaine de l'année 2018 pour la CAF, ce petit gabarit (1m56) très difficile à prendre au marquage pourrait désormais confirmer au plus haut niveau mondial.

Le calendrier :
Samedi 8 juin : Espagne - Afrique du Sud, à 18h au Havre.
Jeudi 13 juin : Afrique du Sud - Chine, à 21h à Paris.
Lundi 17 juin : Afrique du Sud - Allemagne, à 18h à Montpellier.

Cameroun


Montées sur la troisième marche du podium à la CAN 2018, les Camerounaises n'auront pas la tâche facile au Mondial, avec pour adversaires le Canada, médaillé de bronze aux Jeux Olympiques 2016, les Pays-Bas, vainqueurs de l'Euro 2017, et la Nouvelle-Zélande, imbattable sur son continent avec six Coupes d'Océanie à son tableau de chasse. Leur parcours de 2015 a toutefois de quoi leur ôter tout complexe : alors novices, les Lionnes Indomptables avaient réussi à franchir le premier tour, grâce à deux victoires en trois matchs, face à l'Equateur (6-0) et à la Suisse (2-1). Eliminées ensuite par la Chine, les coéquipières de Raïssa Feudjio avaient marqué les esprits, devenant avec 9 buts inscrits l'équipe africaine la plus prolifique de l'histoire en phase finale d'une Coupe du monde. Pour confirmer ce statut de puissance émergente sur l'échiquier mondial, les Camerounaises compteront sur l'expérience d'un groupe assez stable (avec 16 des 23 déjà présentes il y a quatre ans) et l'expérience d'un staff conduit depuis janvier dernier par Alain Djeumfa, ex-assistant du sélectionneur "historique" des Lionnes, Carl Enow Ngachu.

La star : Gabrielle Onguéné
Les récents parcours du Cameroun en compétition internationale lui doivent beaucoup. A 30 ans, Gabrielle Onguéné est bien souvent la joueuse décisive, le "facteur X" qui fait basculer les matchs du bon côté. Au Mondial 2015, c'est elle qui inscrit face à la Suisse le but décisif qui ouvre les portes des huitièmes de finale à son équipe. En 2016, quand les Lionnes Indomptables terminent 3emes de la CAN disputée à domicile, elle est désignée meilleure joueuse du tournoi. Enfin, celle qui évolue depuis 2017 au CSKA Moscou a signé le but de la qualification dans une "petite finale" chargée d'enjeu face au Mali.

Le calendrier :
Lundi 10 juin : Canada - Cameroun, à 21h à Montpellier.
Samedi 15 juin : Pays-Bas - Cameroun, à 18h à Valenciennes.
Jeudi 20 juin : Cameroun - Nouvelle-Zélande, à 18h à Montpellier.

Publicité