Présidentielle aux Comores: la victoire d'Azali Assoumani définitivement validée

Image
Présidentielle aux Comores: la victoire d'Azali Assoumani définitivement validée (1)
AP Photo/Rafiq Maqbool
Mis à jour le
24 janvier 2024 à 15:01
par TV5MONDE AFP

La Cour suprême des Comores a validé définitivement mercredi 24 janvier la réélection contestée au premier tour de la présidentielle du sortant Azali Assoumani. Cette annonce intervient quelques jours après des heurts dans la capitale qui ont suivi l'annonce des résultats provisoires. L'opposition annonce rejeter "en bloc" les résultats.

"Il y a lieu de le déclarer élu dès le premier tour", a annoncé la plus haute juridiction de l'archipel de l'océan Indien, précisant que "sont déclarées irrecevables les demandes en annulation de l'élection présidentielle".

Plusieurs candidats de l'opposition avaient déposé des recours. Mais "les irrégularités invoquées sont formulées dans la généralité sans que des éléments de preuves soient produits", a estimé la Cour.

L'opposition aux Comores a annoncé rejeter "en bloc" les résultats définitifs de la présidentielle donnant une victoire au sortant Azali Assoumani, quelques jours après des heurts dans la capitale qui ont suivi l'annonce des résultats provisoires la semaine dernière.

Nous rejetons en bloc ces résultats. Nous n'allons pas entériner la fraude.

Aboudou Soefo, l'un des cinq candidats de l'opposition à la présidentielle réunis en collectif.

"Nous rejetons en bloc ces résultats. Nous n'allons pas entériner la fraude", a déclaré à l'AFP Aboudou Soefo, l'un des cinq candidats de l'opposition à la présidentielle réunis en collectif. "Je ne reconnais pas ces résultats", a renchéri un autre opposant candidat, Daoudou Abdallah Mohamed. 

Arrivé à la tête du pays une première fois en 1999 par un coup d'Etat, le colonel Azali est revenu au pouvoir en 2016, avant d'être réélu en 2019. Lors du récent scrutin, il a officiellement obtenu 57,2% des voix, affirme la Cour. Il rempile pour un troisième mandat consécutif, qui lui permet de rester au pouvoir jusqu'en 2029.

Au pouvoir jusqu'en 2029

Les résultats provisoires annoncés le 16 janvier par la commission électorale lui accordaient 62,97% des voix. Cette annonce a été suivie de heurts dans la capitale Moroni pendant les deux jours qui ont suivi. 

Lire : qui est Azali Assoumani, l'actuel président des Comores et candidat à un nouveau mandat ?

Dans les ruelles du centre, des groupes de jeunes hommes, le visage souvent dissimulé, ont jeté des pierres en direction des forces de l'ordre, qui ont répliqué avec des tirs de gaz lacrymogène. Une personne a été tuée et six blessées, selon les services d'urgence de l'hôpital de la ville. 

Des bâtiments ont été vandalisés et incendiés: la maison d'un ministre, des locaux d'une entreprise d'Etat, un entrepôt de riz. Certains ont déchiré des affiches électorales du président réélu, et des barrages de fortune faits d'amas de pierres et de bouts de bois ont été dressés en travers des routes.

"Détentions abusives" 

Un couvre-feu nocturne a été instauré pendant cinq jours, une mesure propre à "une vraie dictature féroce et sauvage", selon l'opposition. La connexion internet est régulièrement perturbée depuis plusieurs jours.

Lire : la diaspora inquiète de la montée des heurts dans l'archipel

Le gouvernement a confirmé que des arrestations ont eu lieu, sans donner de chiffre. "Plus de 200 jeunes" sont encore retenus par la police, selon l'opposition, qui dénonce des "détentions abusives". 

La contestation est rare dans ce pays tenu d'une main de fer et toute dissidence généralement rapidement étouffée. L'opposition a déclaré ne pas être à l'origine de ce qu'elle a qualifié de soulèvement "spontané", tout en saluant "le courage de ces jeunes". 

Les candidats de l'opposition à la présidentielle avaient appelé à une "journée nationale de protestation" vendredi 18 janvier, mais l'appel est resté lettre morte. Et Moroni, placée sous forte surveillance des forces de l'ordre, vit ces derniers jours dans une relative accalmie. 

La commission électorale avait donné la semaine dernière un chiffre de la participation exceptionnellement bas à la présidentielle, à 16%.

Selon ces chiffres provisoires, près de 55% des 340.000 électeurs inscrits avaient en revanche voté pour choisir les gouverneurs des trois îles (Grande-Comore, Anjouan et Mohéli) qui composent le pays, lors d'un scrutin qui s'est tenu simultanément.

L'opposition avait vu dans cette "impossible" disparité la démonstration d'"une grossière fraude". Les cinq candidats rivaux du président réélu avaient par ailleurs affirmé avoir constaté des irrégularités flagrantes, notamment des "bourrages d'urnes". 

Le taux de participation à la présidentielle a finalement été revu fortement à la hausse, à 56%, selon la Cour suprême mercredi. L'ambassade américaine aux Comores avait appelé la semaine dernière les autorités comoriennes à "clarifier" les résultats de la présidentielle. 

L'Union européenne s'est dite "préoccupée par les informations faisant état de violence post-électorale", appelant au respect des libertés d'expression et de manifestation.