Aller au contenu principal
  1. Accueil
  2. Information
  3. Présidentielle en Guinée : Amnesty dénonce la répression des manifestations contre la réforme constitutionnelle

Présidentielle en Guinée : Amnesty dénonce la répression des manifestations contre la réforme constitutionnelle

Des Guinéens manifestent ce 24 octobre 2019 dans Conakry contre la possibilité pour Alpha Condé d'être candidat à un troisième mandat. AP/ Youssouf Bah

À moins de trois semaines de l'élection présidentielle, Amnesty International dénonce la répression des manifestations en Guinée, à l'origine de la mort d'au moins 50 personnes en un an, ainsi que l'immunité dont jouissent les forces de sécurité dans un rapport. L'enquête de l'ONG est jugée "exclusivement à charge" par le gouvernement guinéen.

"Nous avons parlé à des familles meurtries qui nous ont décrit comment leurs enfants ont perdu la vie, victimes d'une balle reçue dans le dos, à la poitrine, à la tête ou au cou. Des blessés nous ont montré leurs graves séquelles au bras, genou ou pied, causées par des armes à feu, des grenades lacrymogènes ou même des véhicules des forces de sécurité", a déclaré dans ce rapport Samira Daoud, directrice régionale d'Amnesty International.

Le document de 63 pages souligne la responsabilité des forces de défense et de sécurité, "associées parfois à des groupes de contre-manifestants", dans les "homicides illégaux de manifestants et de passants".

 
Voir : Guinée : la population mobilisée contre un éventuel 3e mandat du président [LeMémo]

 

Chargement du lecteur...

Fondée sur une centaine d'entretiens, des documents officiels et des images des manifestations, l'étude "apporte la preuve que les autorités ont agi en contradiction avec les normes nationales et internationales", selon Amnesty.

Dans une réponse adressée le 18 septembre à l'ONG que l'AFP a pu consulter, le ministère de la Sécurité estime que ce rapport ne "paraît pas garantir une vision neutre et objective de la situation" et qu'il constitue un "réquisitoire exclusivement à charge contre notre gouvernement".

Mort d'au moins 50 manifestants

Selon Amnesty, la répression des manifestations, en particulier celles organisées depuis octobre 2019 par le FNDC contre la réforme constitutionnelle permettant au président Alpha Condé de briguer un troisième mandat le 18 octobre, "a causé la mort d'au moins 50 personnes", fait quelque 200 blessés et entraîné la détention arbitraire "d'au moins 70 personnes", dont plusieurs ont décrit des traitements inhumains ou dégradants.

Re)voir : Guinée, un réferendum marqué par des violences meurtrières
 

Chargement du lecteur...
TV5MONDE | S. GOLSTEIN • S. ANDRÉ

Le 22 mars, jour de législatives et d'un référendum constitutionnel boycottés par l'opposition, a été "particulièrement meurtrier, avec au moins 12 manifestants tués, dont neuf par balle", a souligné l'ONG.

 Lire : Guinée : une répression violente sous couvert de coronavirus ?

Le ministère dénonce pour sa part la "logique insurrectionnelle" du FNDC.
Une demi-douzaine de personnes ont également été tuées lors de manifestations contre les coupures de courant et contre les barrages routiers installés dans le cadre de la lutte contre le Covid-19.

Des enquêtes restées sans suite selon l'ONG

La "quasi-totalité" des enquêtes annoncées par les autorités sont "restées sans suite", a déploré Amnesty. Des hôpitaux ont refusé d'accepter des corps de personnes décédées pendant des manifestations, qui ne figurent donc pas dans les bilans officiels, selon le rapport.

"Notre gouvernement a largement fait la preuve de son engagement à respecter les libertés fondamentales", en particulier "vis-à-vis des militants de l'opposition", affirme dans sa réponse le ministère de la Sécurité, en regrettant que "les efforts déployés dans l'amélioration de la gouvernance démocratique ne sont pas reconnus à leur juste valeur".

Ce Mercredi 30 septembre, un jeune homme a été tué par balle dans une ville du centre, secouée par des heurts depuis la visite, la veille, du Premier ministre en campagne pour la candidature d'Alpha Condé, a-t-on appris auprès de sa famille et d'un responsable policier.
 

Publicité