Aller au contenu principal
  1. Accueil
  2. Information
  3. Présidentielle en RDC : Vers une libération massive des prisonniers politiques, mais pas tous

Présidentielle en RDC : Vers une libération massive des prisonniers politiques, mais pas tous

Chargement du lecteur...
©TV5Monde Blaise Basomboli, N'Daricalling Loppy, Clémence Dehondt

Le président Joseph Kabila a confirmé lors de son message de vœux aux Congolais, la libération de plus de 200 prisonniers politiques. Certains viennent de quitter officiellement les centres pénitentiaires, d'autres attendent toujours. Reportage de Blaise Basomboli, avec N'daricaling Loppy.

Les traits tirés et le regard dans le vide, Gérard Mulumba est libre, grâcié par le Président  Joseph Kaliba. Le Député congolais, membre de l'UDPS, a été placé en détention en novembre 2017 pour offense au chef de l'Etat et injure publique. A sa sortie de la prison de Makala, c'est le soulagement.

J'ai passé 14 mois en prison sans avoir rien fait. Mais je suis quand même content parce que la grâce présidentielle est venue soigner les "maux de plaies". J'accepte je suis content d'être gracié par le précident de la République.

Gérard MULUMBA, opposant/UDPS

En plus de Gérard Mulumba, d'autres prisonniers bénéficient de la grâce présidentielle. Comme Erick KIKUNDA, lui a passé 9 ans en prison, inculpé pour détention illégale d'armes de guerre et mouvement insurrectionnel. De nationalité belge, à sa libération Kinshasa a ordonné son expulsion. Et ce sont quelques milliers de prisonniers qui devraient voir leur peine s'interromprent. Mais d'autres cas considérés comme emblématiques et libérables par l'accord de la Saint-Sylvestre restent en détention.

Il n'existe pas de cas emblématiques. Il n'y a que des gens qui étaient en conflit avec la loi et qui ont été condamné parce qu'en conflit avec la loi... Ils ont purgé leur peine et ils méritaient de passer par la prison.

Alexis NTAMBWE MWAMBA, Ministre de la Justice

Du côté de l'opposition congolaise des voix s'élèvent pour dénoncer le non respect par le pouvoir en place de l'accord. Des figures politiques comme Eugene Diomi NDONGALA et Franck DIONGO sont toujours détenus.

Publicité