Aller au contenu principal
  1. Accueil
  2. Information
  3. RD Congo : Uvira, ville-morte, dénonce l'insécurité

RD Congo : Uvira, ville-morte, dénonce l'insécurité

Chargement du lecteur...
©TV5Monde

Les habitants d'Uvira expriment leur ras le bol face à l'insécurité. Cette ville de la province Sud-Kivu à l'est de la RDC a organisé sa première journée ville morte depuis l'élection de Félix Tshisekedi. La région est le théâtre d'affrontements quasi quotidiens entre factions armées.

 

D'ordinaire, le marché central d'Uvira grouille de monde. Mais ce lundi, les étals sont vides. Dans les rues, pas de transports en commun, ni de magasins ouverts. Seuls, quelques rares passants.
A Kalundu, dans le deuxième port du pays, les bateaux sont restés à quai. La journée ville morte décrétée par la nouvelle société civile congolaise a été massivement suivie.
pour dénoncer l'insécurité grandissante dans cette partie de la province du Sud-Kivu, notamment dans la plaine de la Ruzizi.

Nous sommes en train de subir des menaces de la part des autorités, nous disant de ne pas appeler la population d'observer cette journée ville morte, mais trop c'est trop. Nous ne pouvons pas nous calmer. Il faudrait que l'on fasse quelque chose pour qu'il y ait une amélioration.

Byamungu Faustin Tumani, coordinateur du mouvement "Engagement citoyen pour le changement"

Situé à la frontière avec le Burundi, le territoire d'Uvira est la cible de combats réguliers entre groupes armés locaux, FARDC, Maï-Maï, et armée burundaise. Dans ces affrontements disparates, les civils se retrouvent souvent en première ligne. Ce week-end, des hommes armés ont attaqué un bus sur le trajet Bukavu-Uvira. Bilan : au moins 9 morts.

Aujourd'hui à Uvira nous vivons une insécurité permanente. C'est caractérisé par des kidnappings, des enlèvements, des assassinats ciblés, des meurtres, des braquages sur la RN5.

André Byadunia Mashaka, Porte-parole de la Nouvelle société civile d'Uvira

De son côté, l'administrateur du territoire lance un appel au calme. Mais il admet des problèmes d'insécurité.

Le territoire d'Uvira est infesté par plusieurs groupes armés, nous venons de sortir de 15-20 ans de guerre, les armes circulent partout sur notre territoire. Nous n'avons pas encore réussi à ramasser toutes ces armes.

Alexis Kasangala, administrateur du territoire d'Uvira

Cette journée ville morte a été marquée par l'arrestation de 7 jeunes dans le quartier Kasenga d'Uvira, alors qu'ils tentaient de barricader la route.