Aller au contenu principal
  1. Accueil
  2. Information
  3. RDC : comment les médias congolais couvrent les élections ?

RDC : comment les médias congolais couvrent les élections ?

Chargement du lecteur...
©TV5Monde Reportage Francine Mokoko / Philippe Randrianarimanana / Véronique Perez

Depuis l'ouverture de la campagne électorale, le 22 novembre, les médias congolais doivent se plier aux règles édictées par le Conseil supérieur de l'audiovisuel sous peine de sanctions : équilibre des temps d'antenne et égalité d'accès aux médias, mais avec quelques nuances entre le public et le privé.

Chez Canal Kin Télévision, les affiches du MLC fleurissent sur les murs. Et pour cause, cette chaîne privée est financée par Jean-Pierre Bemba, le chef de ce parti d'opposition congolais. Mais sur le plateau, les portes sont théoriquement ouvertes à tous les candidats, pourvu qu'ils en fassent la demande et qu'ils payent.

Même les candidats de la coalition Lamuka, dont fait partie notre promoteur Jean-Pierre Bemba, paient leurs factures pour passer à l'antenne. Il n'y a pas de gratuité. Ils sont tous soumis à la même règlementation.

Jeanpi NDJONDJI, coordonateur à Canal Kin TV

La règlementation, c'est surtout celle du Conseil supérieur de l'audiovisuel congolais,  le CSAC. Cet orgasnime joue le rôle d'arbitre. Il veille au respect des règles par les candidats et les médias, qui doivent respecter un équilibre dans le temps d'antenne accordé, à commencer par les médias publics.
 

Nous organisons des émissions de campagne électorale, un entretien de 90 minutes où un candidat s'exprime devant des journalistes sélectionnés, mais également une déclaration de 15 minutes de candidat que nous diffusons à travers les médias publics. 

Chantal Kanymbo, rapporteure du Conseil supérieur de l'Audiovisuel

Dans la jungle des candidats, Actualité.cd veut éclairer les citoyens congolais. Entre présidentielle, législatives et provinciales, ce média en ligne ne néglige aucun scrutin 
avec, pour principe, une égalité de traitement entre majorité, opposition et indépendants.

Notre premier censeur, c'est le public, ensuite on regarde le CSAC, on regarde les autres. On a un code de déontologie, on joue notre survie en tant qu'entreprise de presse, car notre plus grande marchandise, c'est notre crédibilité, et on essaye de préserver cette crédibilité puisque l'avenir de nos médias en dépend.

Patient LIGODI, Directeur de Publication d'ACTUALITE.CD

Avec les scrutins du 23 décembre, Actualite.cd va vivre sa première expérience électorale. Un test crucial pour la démocratie congolaise, et pour tous ses médias.